Envoyer à un ami

A002 La dîme, un commandement de l'ancienne alliance.

Dois-je observer ce commandement ?

     La dîme est un commandement de l'ancienne alliance. Ce commandement fait partie de la loi donnée par Moïse au peuple d'Israël. Cette loi est maintenant remplacée par une alliance supérieure, les choses anciennes étant passées, voici toutes choses sont nouvelles. Du temps de Moïse, la polygamie était acceptée. C'est-à dire qu'un homme pouvait avoir plusieurs femmes. Ce n'était pas le plan parfait de Dieu, puisque Christ n'a qu'une seule épouse. La loi permettait ces dispositions car Christ n'était pas encore venu pour installer l'alliance meilleure et parfaite. Aujourd'hui les enseignements de Jésus et des apôtres sur le mariage et sur l'adultère montrent bien que la polygamie est une abomination pour Dieu. C'est donc bien que nous sommes sous une autre loi.

     Il en est de même pour la dîme, comme pour toutes les prescriptions de la loi. Elles sont englobées dans une loi supérieure. Autrefois, la loi disait: Tu donneras dix pour cent de tes revenus au Seigneur. Aujourd'hui, nous ne sommes plus sous la loi, il n'y a donc plus aucune obligation. En effet là où est l'Esprit, là est la liberté. Et ce n'est plus dix pour cent que je donne au Seigneur par obligation, mais c'est cent pour cent que je donne au Seigneur librement. Cent pour cent de mon argent, de mon temps, de mon énergie, de mes pensées, de mes émotions, de ma volonté, de mon corps, de mon esprit.

     Et ainsi, on revient au but premier de Dieu qui précède la loi de Moïse, qui est : « Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force. » (Deutéronome 6:5). Et il est significatif que Jésus Lui-même remonte à cette loi pré-mosaïque lorsqu'Il dit dans les évangiles : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. » Et : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là. » (Marc 12:30)

     Jésus fait ainsi une parenthèse sur la loi donnée par Moïse pour revenir à une loi supérieure par sa prééminence et par son antériorité.

     Pour la question de l'argent, aujourd'hui, tout est consacré au Seigneur, comme toute ma vie.

     De même lorsque Paul, parlant aux Galates leur dit : "vous n'allez pas, après avoir commencé par l'Esprit, vous remettre sous la loi. Allez-vous de nouveau marquer les jours, les fêtes, etc...". Il est clair que pour nous, chrétiens de la nouvelle alliance, il n'y a plus à observer le jour du sabbat. Nous n'observons pas non plus le Dimanche, puisque nous sommes chaque jour dans le repos de Dieu.