Envoyer à un ami

A149 La diaspora des chrétiens fidèles qui ont quitté les églises infidèles

Article d'Alan Morrison, de Diakrisis.

Nous assistons aujourd'hui à une nouvelle diaspora, la dispersion de tous les Chrétiens qui ont été contraints de se séparer des églises tièdes ou infidèles, parce que nous sommes parvenus à la fin des temps. Mais cette diaspora fidèle est riche de promesses!

Source http://www.diakrisis.org/New_Diaspora.htm

N.B. : J'ai utilisé dans cet article une certaine technique permettant de faire progresser mon massage. Cela signifie que vous verrez parfois apparaître dans le corps de l'article certaines objections classiques que des lecteurs pourraient soulever. Ces objections sont suivies de ma réponse.

Tout ce que j'écris vient de mon cœur. Parfois, ce qui sort de mon cœur est marqué du sceau d'une passion particulière. C'est le cas de cet article. Il concerne un sujet qui m'est très cher. Cet article parle de la manière dont beaucoup de Chrétiens vivent leur "vie d'église". Pour beaucoup d'entre eux, en effet, leur appartenance à une église, au lieu d'être pour eux l'occasion d'une croissance spirituelle idéale, s'est réduite à un voyage de cauchemar vers l'holocauste, à bord d'un train fantôme.

Je vous préviens donc que cet article n'est pas un froid traité sur l'organisation et le fonctionnement d'une église. Il s'agit plutôt d'un exposé passionné sur la manière dont la réalité s'est tellement écartée de l'idéal biblique, pour beaucoup de Chrétiens.

C'est un fait bien établi que beaucoup de Chrétiens véritables, engagés et fidèles à la Bible, ne sont plus membres d'aucune église. Il ne s'agit certes pas d'une situation idéale. Mais nous vivons dans des temps très particuliers. Des temps particuliers nécessitent des mesures particulières. Beaucoup de Chrétiens ont dû prendre aujourd'hui ces mesures particulières. Blessés, maltraités et complètement désillusionnés, ils n'appartiennent plus à aucune église.

En fait, nous assistons à la naissance d'une "nouvelle diaspora". Il s'agit d'une diaspora à l'échelle de la planète, riche d'un grand potentiel pour le Royaume de Dieu. Ces Chrétiens ont simplement besoin d'être traités avec compréhension et compassion, au lieu d'être rejetés et de faire l'objet de mesures d'intimidation.

"Diaspora" est un mot grec qui signifie "dispersés dans le monde entier", dispersés comme des graines emportées par le vent. Ce mot a été employé par l'apôtre Pierre, par exemple, lorsqu'il écrit : "Pierre, apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l'Asie et la Bithynie" (1 Pierre 1 :1). Cette dispersion était un facteur majeur dans l'histoire de l'Eglise primitive. Des Juifs déjà dispersés, qui croyaient au Seigneur, et qui s'ouvrirent à la foi en Christ, permirent de propager l'Evangile bien au-delà de Jérusalem, en Judée, en Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. Le Livre des Actes mentionne bien d'autres dispersions, suite à des persécutions. L'Evangile se répandit comme Dieu le voulait, et non comme les hommes auraient pu le planifier, à mesure que les Chrétiens étaient repoussés malgré eux vers de nouveaux pâturages.

Aujourd'hui, nous assistons à une forme nouvelle de dispersion. Dans le monde entier, de nombreuses brebis, privées de tout droit de cité dans leur église, persécutés et maltraités à la fois par le monde et par les églises auxquelles ils appartenaient, se sont réfugiées dans leur caverne d'Adullam.

(OBJECTION : Aucun Chrétien ne devrait jamais se réfugier dans une caverne ! Il devrait au contraire rester au milieu du monde pour répandre l'Evangile, au lieu de se permettre un isolationnisme égoïste.

REPONSE : Quand je dis que les membres de cette "nouvelle diaspora" se sont réfugiés dans leur caverne d'Adullam, je ne veux pas dire qu'ils sont allés se cacher d'une manière permanente, et qu'ils ont arrêté de répandre la Parole de Dieu. Rien ne serait plus loin de la vérité. Les membres de cette "nouvelle diaspora" ont un désir intense d'évangéliser. Toutefois, comme David avait besoin de récupérer, dans sa caverne d'Adullam, parce qu'il était poursuivi par la folie meurtrière de Saül (1 Samuel 22 :1), les membres de la "nouvelle diaspora" ont aussi besoin de guérir de leurs blessures, et de découvrir la direction de Dieu pour leur vie. En fait, tous ceux qui ont rejoint David dans la caverne d'Adullam, même s'ils n'étaient pas considérés comme fréquentables par les "gens bien" de l'époque, devaient devenir les troupes d'élite de David, ceux qui allaient accomplir l'œuvre du Seigneur (1 Sam. 22 :2 ; 1 Sam. 23 :5, etc…). En réalité, toute la période passée par David dans la caverne d'Adullam est très instructive pour la "nouvelle diaspora". David savait que cette période était temporaire et devait lui permettre de récupérer, "jusqu'à ce que je sache ce que Dieu fera de moi" (1 Sam. 22 :3). Finalement, le prophète Gad vint trouver David, pour lui dire qu'il était temps pour lui de sortir de sa caverne et pour rentrer dans le pays de Juda (1 Sam. 22 :5). La "nouvelle diaspora" est également très sensible à la direction divine.

Le problème, c'est que les gens appellent d'un ton méprisant de "l'isolationnisme" ce qui n'est en fait qu'un temps de "récupération". Si l'un de vos enfants venait juste de vivre une très mauvaise et très traumatisante relation de couple, le pousseriez-vous aussitôt à s'engager dans une nouvelle relation ? S'il était passé par plusieurs mariages particulièrement dévastateurs, et qu'il manifestait le désir de ne plus jamais se marier, commenceriez-vous à fulminer contre lui, en le mettant en garde contre les dangers du célibat ? Non, bien sûr ! Si certains Chrétiens ont subi tant de traumatismes et de mauvais traitements dans une église, pourquoi vouloir les obliger, avec menaces, de se joindre aussitôt à une autre église ? C'est une attitude sectaire, et tout simplement un manque de la plus élémentaire sensibilité. Des Chrétiens blessés qui ne fréquentent plus d'église ne sont pas des "isolationnistes". C'est une accusation injuste. Ils s'efforcent tout simplement de récupérer ! Ils ont besoin d'un temps de convalescence. Cela peut leur prendre quelques semaines, quelques mois, ou quelques années. Dans certains cas extrêmes, cela peut même durer quelques décennies ! On manque complètement de sensibilité si l'on est incapable de reconnaître cela. Il s'agit d'un aspect du ministère pastoral qui semble échapper à la compréhension de bien trop de Chrétiens engagés.)

Ainsi, nous nous trouvons aujourd'hui en présence d'une nombreuse "nouvelle diaspora". Qu'est-ce qui a bien pu créer un tel phénomène ?

Beaucoup se font de "l'église" une image idéale qui ne correspond absolument pas à la réalité. Presque tous les Chrétiens semblent croire que "l'église" doive apporter une solution à tous leurs problèmes. Tout ce qu'on demande aux Chrétiens, c'est de continuer à "venir à l'église", et leur soleil continuera à briller haut et fort ! "Venez à l'église, et le Seigneur va vous bénir ! Venez à l'église, et ne vous privez pas des "moyens de la grâce" ! Venez à l'église, et tous vos besoins seront satisfaits ! Venez à l'église écouter l'enseignement du Seigneur ! Venez à l'église ! Venez à l'église ! Venez à l'église !" On finit par en avoir la nausée !

C'est triste à dire, mais pour un grand nombre de Chrétiens, le fait de venir à l'église ne leur a rien donné de tout cela ! Pour eux, cela a été plutôt : "Venez à l'église, pour qu'on vous presse comme un citron ! Venez à l'église, pour qu'on vous poignarde dans le dos ! Venez à l'église, pour être empoisonné par toutes sortes de mensonges et de fausses doctrines ! Venez à l'église, pour caresser l'ego du pasteur ! Venez à l'église, et ce sera pour vous pire qu'un cauchemar ! Venez à l'église, pour qu'on vous y vole le peu de foi que vous pouvez avoir ! Venez à l'église, jusqu'à ce que vous soyez complètement dégoûté de la vie !"

Oui ! "Venez à l'église, jusqu'à ce que vous soyez complètement dégoûté de la vie !" C'est choquant de lire cela, n'est-ce pas ? Si vous pensez que j'exagère, je peux vous dire que pour beaucoup de Chrétiens, c'est une phrase qui est bien faible pour décrire ce qu'ils ressentent ! Pour eux, les églises ressemblent plus aux sordides environs de l'Enfer qu'aux sublimes faubourgs du Paradis ! Quand ils vont à l'église, ils se voient au milieu d'un nid de guêpes plutôt que dans le sein d'Abraham ! On les a si souvent poignardés dans le dos qu'ils finissent par vous donner le conseil suivant, comme on me l'a déjà donné : "Si vous chantez ce cantique ici, vous feriez mieux de vous asseoir au dernier rang !" Vous n'aimeriez peut-être pas que beaucoup de gens vous donnent ce conseil, mais il vous faudra pourtant l'accepter comme faisant partie de votre vie. Parce que c'est la vérité. Vous ne pouvez pas prétendre que la réalité n'est pas ce qu'elle est, même si elle ne vous fait pas du tout plaisir, et quel que soit votre désir de le prétendre !

J'en suis venu à conclure que beaucoup de Chrétiens idolâtrent tellement la notion "d'église", qu'ils ne voient plus à quel point leur église est envahie de ténèbres. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils se fâchent si fort contre moi quand je dis cela ! Ou alors, ils balayent le problème d'un revers de main, en invoquant la piètre excuse que "nous sommes tous des pécheurs". Comme s'ils voulaient justifier toutes les mauvaises actions commises par tous ceux qui sont censés être le tabernacle du Saint-Esprit.

Il se peut aussi que ces Chrétiens voient bien les ténèbres dans lesquelles est plongée leur église, mais qu'ils préfèrent soigneusement cacher cette réalité, ce qui peut expliquer pourquoi ils veulent me fermer à tout prix la bouche. Mais la seule manière de me fermer la bouche, c'est de me tuer ! Vous pouvez certes raconter une foule de mensonges sur moi. Mais vous perdez votre temps, parce que d'autres l'ont déjà fait bien souvent avant vous ! Ils ont déjà tenté de répandre sur mon compte tous les mensonges possibles et imaginables !

En février dernier, quelqu'un m'a écrit depuis l'Angleterre. Il me disait dans sa lettre : "Savez-vous qu'on raconte ici, dans les églises évangéliques conservatrices, que vous avez adhéré à une secte  ?" Etonnant ! Alan Morrison dans une secte ! Ce serait aussi grotesque que d'affirmer que Tony Blair est la marionnette de Margaret Thatcher, ou qu'Al Gore s'est joint au Ku Klux Klan ! Mais je crois que ceux qui veulent vous canarder sont prêts à dire n'importe quoi, même si c'est quelque chose de si improbable que ce sont les calomniateurs qui finissent par avoir l'air stupide. Pourtant, ce qui est terrible, c'est que ce ne sont pas les calomniateurs qui ont l'air stupide ! Car la grande majorité des membres des églises les écoutent. Et ce sont ces églises évangéliques "conservatrices" qui veulent forcer la "nouvelle diaspora" à se joindre à elles ! Je comprends à présent pourquoi le journaliste H. L. Mencken a dit que personne ne risquait de perdre le moindre centime en pariant sur le peu d'intelligence de l'opinion publique, ou pourquoi P. T. Barnum, le magnat du cirque, a dit que, chaque minute, naissait un gogo !

D'ailleurs, ce ne sont pas les bébés en Christ qui répandent de telles rumeurs. Ce sont les prétendus "Chrétiens mûrs", les anciens et les pasteurs des églises supposées être traditionnelles et conservatrices, qui fomentent de telles choses. Je n'arrive pas à comprendre comment des Chrétiens authentiques peuvent s'engager dans de telles activités. Mais je sais pour quelle raison ils le font. C'est parce qu'ils ont peur des gens comme nous. Ils ont peur de nous, parce que nous voyons clair à leur sujet. Nous posons trop de questions, nous dénonçons trop de scandales, nous découvrons trop de mensonges, nous révélons trop de contradictions ! Il n'y a aucune place pour des gens comme nous dans des églises qui constituent un système rigide, autoritaire et dictatorial, qui étouffe la vie de l'Esprit, et dans lequel la liberté que donne l'Evangile de Christ est miraculeusement transformée en pesant fardeau et en gros bâton ! Aujourd'hui, dans beaucoup d'églises, si vous voulez survivre, il vous faut vous mettre à quatre pattes et faire le gros dos ! Alors, on consentira à vous dire que "vous êtes vraiment dans la communion fraternelle", ou que vous êtes "un membre solide de l'église" ! Qu'est-ce qui peut donc pousser des Chrétiens sensibles et intelligents à s'enfuir le plus loin possible de telles églises ? Peut-on s'étonner de l'existence de cette "nouvelle diaspora" ?

(OBJECTION : Votre problème, c'est que vous êtes plein de haine et de colère ! Vous avez une telle amertume que vous n'êtes pas digne d'être un enseignant chrétien ! Vous avez besoin de vous repentir !

REPONSE : Mon ami, vous confondez la haine et la passion ! Vous pensez que je suis caustique, amer et haineux en écrivant ce que j'écris. Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Je n'ai aucune colère, et je ne suis pas hors de moi. D'ailleurs, je ne me mets pas en colère. On perd son temps quand on se met en colère. Peut-être n'aimez-vous pas mon style ? Que pensez-vous du style de Jude 12-13 ? Que pensez-vous du style de Jésus dans Matthieu 23 :13-30 ? Des Chrétiens ne devraient-ils jamais se passionner pour quoi que ce soit ? Je suis un passionné. Point. Les gens qui sont authentiques aiment cela. Ceux qui ne sont pas authentiques n'aiment pas cela !

Vous n'imaginez pas ne nombre de blessés qui sont sur mon carnet d'adresses e-mail ! Ce sont tous ceux qui ont souffert entre les mains des pharisiens, des autocrates et des ignares au cœur dur ! Quand je parle de cela, je deviens passionné ! J'ai toujours réagi ainsi ! Et je le ferai toujours.

Alors, je le répète : Je ne suis pas du tout en colère. Je suis simplement passionné. Si vous ne pouvez pas faire la différence entre colère et passion, c'est que vous avez besoin de vous éveiller à la souffrance des autres. Ce n'est pas une coïncidence si le mot "passionné" vient d'un mot latin qui signifie "souffrir". Les gens passionnés peuvent s'identifier à la souffrance et à ceux qui souffrent. Sur cette base, je ne peux m'empêcher de vouloir aider les opprimés, de me faire le champion de la cause de ceux que l'on foule aux pieds, d'éclairer les aveugles, et de tendre la main aux infirmes. C'est cela, la passion.)

Certains prétendent que si des Chrétiens ne vont pas à l'église, ne serait-ce que le dimanche, ils vont "se priver des moyens de la grâce". Je suppose que ceux qui invoquent ces "moyens de la grâce" veulent parler des "institutions créées par Dieu pour transmettre normalement à l'âme humaine Sa grâce, c'est-à-dire l'influence surnaturelle du Saint-Esprit" (selon la définition du théologien Charles Hodge). Certes, Dieu a prévu de transmettre à Ses enfants de nombreuses grâces, par les moyens d'une véritable communion fraternelle, de la lecture et de la prédication de la Parole de Dieu, et de la participation à la Sainte Cène. Mais je crois que les quelques contacts formels et sans vie que l'on confond aujourd'hui avec la "communion fraternelle", dans beaucoup d'églises, n'a que très peu de rapports avec ce que Dieu avait prévu pour assurer la consolation et la croissance de Son peuple !

Je sais que vous pourriez me citer vertement le verset 25 de l'épître aux Hébreux, au chapitre 10 : "N'abandonnons pas notre assemblée, comme c'est la coutume de quelques-uns" ! Mais le texte grec ne dit pas cela. Il dit : "N'abandonnez pas le fait de vous assembler…" En outre, il ne s'agit pas d'un commandement rigide "d'aller à l'église, sinon… !" Le contexte de ce passage montre que l'auteur mettait les Chrétiens en garde contre l'apostasie (Hébreux 10 :23, 26-31). Il faisait référence à ceux qui non seulement avaient abandonné la fréquentation de leur assemblée, mais qui étaient en train d'abandonner la foi, à cause des persécutions qu'ils subissaient. Je dis en passant qu'il ne me semble pas que les églises qui répandent des rumeurs et des mensonges soient trop persécutées. Ce sont plutôt les personnes qui sont victimes de leurs mensonges et de leurs calomnies qui sont persécutées ! Combien de fois il m'est arrivé de voir ce verset d'Hébreux 10 :25 jeté à la face de ceux qui n'avaient manqué qu'un seul culte du dimanche !

Le simple fait d'invoquer Hébreux 10 :25 pour rassembler ses troupes et les inciter à venir au culte du dimanche représente une vision complètement déphasée de la communion fraternelle chrétienne ! L'Eglise n'est pas censée être une secte ! Quand on voit de quelle manière certains considèrent le culte du dimanche comme le summum absolu de la vie spirituelle, on se demande s'ils ne font pas partie de la secte la plus pernicieuse ! Surtout quand il ne se passe dans ces cultes rien qui soit en mesure de nourrir la vie et la croissance spirituelles des Chrétiens !

Il est intéressant de constater que si beaucoup se sont exilés aujourd'hui loin d'une église évangélique, c'était en raison de l'absence d'un véritable ministère d'autorité spirituelle de type "apostolique". Aujourd'hui, n'importe qui peut créer une "église" et commencer à maltraiter des multitudes de gens dans la secte qu'il a créée. Quelle confusion ! S'il existait aujourd'hui de véritables apôtres ayant la carrure et l'autorité de Paul ou de Pierre (ce qui n'est pas le cas), je crois que les choses seraient vraiment différentes ! Il serait intéressant de voir de quelle manière ils auraient réagi devant cette "nouvelle diaspora". En tout cas, je ne peux pas imaginer qu'ils jetteraient Hébreux 10 :25 à la face de ces gens, sans aucune compassion ni la aucune sensibilité.

Beaucoup de gens, quand ils arrivent dans une église, sont déjà dans un piètre état, à cause de leur vie passée, de leurs mauvaises relations avec les autres, etc… La dernière chose dont ils ont besoin, c'est d'être à nouveau maltraités par les Chrétiens, alors qu'ils croyaient enfin se trouver dans les faubourgs du Ciel ! Je ne crois pas que la Bible harangue ces personnes avec dureté, pour les obliger à rester dans un tel environnement ! Notre Seigneur est plus compatissant que cela. Certes, on pourrait vous pardonner de penser différemment, rien qu'en entendant parler certains de Ses propres disciples ! Il me semble très légaliste d'avoir recours ainsi à un passage de l'Ecriture, sans discernement et sans amour. On dirait qu'il existe une manière assez "macho" de reprendre ceux qui ont été tellement blessés qu'ils ont dû se séparer d'une église. Considérer ces gens comme des "tire-au-flanc", comme je l'ai entendu dire, puis les critiquer parce qu'ils n'obéissent pas à l'Ecriture, non seulement c'est faire preuve d'une grande dureté, mais c'est aussi être complètement à l'opposé de la foi qui nous est commune. L'objectif principal de l'œuvre de Christ n'est pas de faire obéir les Chrétiens à la lettre de l'Ecriture, d'une manière mécanique, dure et légaliste. Au contraire, l'objectif principal de l'œuvre de Christ, dans la vie de Ses enfants, c'est d'augmenter leur amour pour Dieu et pour leur prochain, surtout pour ceux qui partagent la même foi. La foi n'est véritablement la foi qui sauve que si elle est agissante par l'amour (Galates 5 :6 ; Jacques 2 :14-26). Je dirais que c'est justement cet amour qui manque le plus à ceux qui critiquent aussi violemment la "nouvelle diaspora".

Je suis conscient du fait que certains passent facilement d'une église à l'autre, ou quittent une église sans motif véritable. Mais ce n'est pas de cela que je parle ici. Je ne suis pas du tout en train de décourager les Chrétiens de se joindre à une véritable assemblée. Ceux qui le disent veulent me caricaturer. C'est une tactique malhonnête assez fréquente dans le jeu d'attaques et de ripostes de la scène chrétienne aujourd'hui. Mon seul objectif est d'aider des âmes blessées, dans la situation où elles se trouvent à présent. C'est sur ce terrain que le Seigneur Jésus rencontrait les gens, et c'est sur ce terrain que je veux aussi les rencontrer. Il m'est arrivé de souffrir un peu dans des églises. Cela m'a rendu capable de comprendre les souffrances des autres. Cela leur permet aussi de me faire confiance, car la plupart d'entre eux ont eu à souffrir de voir leur confiance trahie. Il faut bien que quelqu'un aille aider ceux qui ont dû s'éloigner des églises.

Certains m'ont dit que je ferais mieux de me consacrer à l'édification de l'Eglise, au lieu de passer tellement de temps à écrire des articles sur Internet. A ma manière, je crois que je travaille effectivement à l'édification de l'Eglise, au moyen de ce que j'écris sur Internet. Peut-être n'aimez-vous pas ce que je fais, ou ne l'approuvez-vous pas, car c'est une manière d'agir qui n'est pas familière à beaucoup de gens. Je préfère m'occuper de la réalité, d'une manière pratique, plutôt que de rêver à des choses idéales.

La situation qui est la nôtre aujourd'hui, avec l'existence de cette "nouvelle diaspora", est complètement différente de celle qui existait du temps des écrits du Nouveau Testament. Toutefois, dès le troisième siècle, à une époque où la majorité des églises étaient profondément infectées par les doctrines gnostiques puis, plus tard, lorsqu'elles furent à nouveau infectées par l'arianisme, un grand nombre de Chrétiens authentiques durent quitter les églises et trouver d'autres solutions, ou même survivre dans un terrible isolement. Peu de choses ont été publiées sur cette période, mais la vie dut être très difficile pour beaucoup de Chrétiens. Il suffit de citer l'exemple d'Athanase, en 373. Il fut exilé et traité comme un vil paria par l'église apostate. Son anti-arianisme a sans doute fait de lui un homme très solitaire et isolé, mais, plus tard, on lui rendit justice.

Nous savons pourtant quel est le modèle idéal, selon les Ecritures. Mais il n'est pas toujours possible d'appliquer ce modèle. C'est cela que je veux simplement dire. Ceux qui ne peuvent pas l'appliquer, pour des raisons qui échappent à toute intervention humaine, ne doivent pas être considérés comme de vils pécheurs. La culpabilité doit dépendre des motivations du cœur, pas de l'existence de circonstances inévitables. N'importe quel homme de loi vous dira cela. C'est ainsi que le Seigneur agit. Il juge les motivations de notre cœur, plutôt que nos œuvres extérieures. Les Chrétiens dont je vous parle, qui ne peuvent plus, ou ne veulent plus, être membres d'une église, aiment profondément le Seigneur et Son peuple. Leur plus cher désir serait d'avoir une réelle communion fraternelle avec des Chrétiens qui partagent leurs idées. Ce sont eux qui, dans leur cœur, sont au bon endroit ! Surtout quand on les compare aux millions de gens qui "fréquentent" des églises, mais qui ne sont que des hypocrites à la parade.

(OBJECTION : Voulez-vous dire que l'on ne devrait plus fréquenter d'église ? Vous pouvez traiter de bigots ceux qui fréquentent une église, mais la Bible dit que nous devons fréquenter une église. Elle ne dit rien sur la bigoterie !

REPONSE : En réalité, même si je n'hésite pas à prendre une position controversée, je crois que la volonté de Dieu, pour un Chrétien, n'est pas simplement de "fréquenter une église". Pour beaucoup, "fréquenter une église" consiste à se rendre tous les dimanches dans un bâtiment, en complet veston et cravate, à chanter des cantiques, à fermer les yeux quand on prie, à écouter sagement le sermon (s'ils sont assez chanceux pour en avoir un !), à serrer la main du pasteur à la sortie, etc… Les Chrétiens de la "nouvelle diaspora" ne peuvent plus se contenter de faire tout cela, ne serait-ce que pour réduire au silence ceux qui les critiquent ! Il est certains que ces derniers se satisferaient certainement d'une telle façon de "fréquenter" l'église ! Mais c'est justement tout cela qui définit, selon moi, la bigoterie. Ce n'est certainement pas la volonté de Dieu pour un Chrétien. C'est pourtant ce que faisaient les pharisiens et les sadducéens. Ils étaient très diligents. Ils "fréquentaient" le Temple. Ils étaient très occupés à faire des œuvres pour Dieu. Mais il ne leur suffisait pas de "fréquenter" le Temple pour être agréables au Seigneur ! Des millions d'enfants d'Israël ont "fréquenté" le tabernacle ou le Temple, mais leur cœur était ailleurs. Ils faisaient preuve d'autant de bigoterie que tous les Chrétiens qui se contentent aujourd'hui de "fréquenter" une église.

Vous dites que la Bible ne dit rien sur la bigoterie ? Au contraire, je crois qu'elle en parle à de nombreux endroits. Elle nous met même vigoureusement en garde contre une telle attitude. Se contenter de fréquenter une église n'est que de la bigoterie. C'est une action extérieure dans laquelle le cœur n'est pas engagé. La Bible a beaucoup de choses à dire là-dessus. Le Seigneur Jésus a beaucoup parlé des hypocrites de son époque. Que pensez-vous de ce verset : "Si tu avais voulu des sacrifices, je t'en aurais offert ; mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes. Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c'est un esprit brisé : O Dieu ! tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit" (Psaume 51 :16-17) ?

Le Seigneur ne méprisait pas les cœurs honnêtes qui s'efforçaient de Lui obéir. Mais Il critiquait sévèrement ceux qui "fréquentaient" le Temple d'une manière hypocrite. Tout le monde est capable de fréquenter une église ou un temple. Mais avoir un esprit brisé et un cœur contrit, c'est tout autre chose ! Ceux qui sont dans la "nouvelle diaspora" ont un esprit infiniment plus brisé, et un cœur infiniment plus contrit, que les millions de "Chrétiens" qui fréquentent comme des robots leur église tous les dimanches.

Le Seigneur parle encore de bigoterie, quand Il dit ceci : "Le sacrifice des méchants est en horreur à l'Eternel, mais la prière des hommes droits lui est agréable" (Prov. 15 :8). Vous pouvez fréquenter un temple ou une église aussi souvent que vous le voulez, mais si votre cœur n'est pas changé, une telle fréquentation ne vous servira à rien.

Le Seigneur fustige encore la bigoterie, quand Il dit : "Car j'aime la piété et non les sacrifices, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes" (Osée 6 :6). Ou encore : "Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n'auriez pas condamné des innocents" (Matthieu 12 :7). Je crois que ceux qui condamnent la "nouvelle diaspora" avec tant de vigueur n'ont pas compris ce que le Seigneur leur dit dans ce passage : "Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices". Quand on contraint des gens qui ont été profondément blessés à "fréquenter une église", n'est-ce pas faire preuve d'un manque évident de miséricorde ? C'est ce que je veux dire, quand je dis que ce n'est pas la volonté de Dieu que Ses enfants se contentent de "fréquenter une église". Une authentique communion fraternelle, c'est infiniment plus que cela !

Toutefois, c'est bien la volonté de Dieu que Son peuple se réunisse à certains moments pour Lui rendre un culte et prier, si cela est possible. Mais cela n'est pas la même chose que simplement "fréquenter" une église. Comprenez-vous ce que je dis ici ? Je ne suis pas opposé par principe à la fréquentation d'une église, comme certains aimeraient le faire croire. Mais je crois qu'il existe un énorme problème non résolu, un problème de manipulations et de mauvais traitement infligés à des Chrétiens dans les églises. Ce problème est soigneusement caché par ceux qui craignent que le fait de le dévoiler publiquement ferait fuir les gens de leur église. Toutefois, je crois que les églises deviendraient bien plus attractives si elles s'engageaient sérieusement à faire le ménage chez elles !

N'accablez donc pas d'injures les Chrétiens de la "nouvelle diaspora" ! Cessez d'utiliser vos clichés théologiques, et de les abreuver copieusement de citations du Tome 4 des œuvres de Calvin ! Faites plutôt un effort d'imagination pour savoir comment vous allez permettre à tous ces Chrétiens de faire à nouveau confiance à votre église ! Tout ce que je désire, c'est m'exprimer au sujet de cette situation si confuse, pour tenter d'en sortir quelque chose de bien ! C'est le Seigneur qui sera mon juge, et qui l'est déjà, sans aucun doute.)

Je connais un grand nombre de Chrétiens qui ont été sérieusement blessés dans une église, et même dans plusieurs églises successives. Quand ils se sont tournés vers une autre église pour essayer d'en recevoir un conseil ou un secours, on les a souvent menacés en agitant Hébreux 10 :25, comme si ce verset résumait à lui seul tout le problème de la communion fraternelle, ou comme si la fréquentation d'une église était le seul objectif de la vie chrétienne. Les menaces étaient assaisonnées d'un chantage émotionnel toujours plus fort. On leur disait que si une seule brindille manquait au feu, son éclat diminuerait, que le Corps de Christ ne supportait pas les "cavaliers seuls" et les "électrons libres", ou que Dieu n'avait que faire des "individualistes" et des "réfractaires".

Pourtant, ce qu'il est intéressant de constater, c'est que ce sont justement ceux qui ont cessé de fréquenter une église qui recommencent à briller et à reprendre de l'éclat ! Ils recommencent à fonctionner correctement quand ils ont décidé de se séparer des églises qui leur ont fait tant de mal, et qui ont tellement endommagé leur intégrité spirituelle. Ils ont commencé à comprendre à quel point Dieu Se souciait d'eux quand ils se sont séparés (ou quand, dans certains cas, on les a forcés à se séparer) des églises qui avaient tout fait pour écraser et anéantir les facultés de discernement et de réflexion que Dieu leur avait données.

(OBJECTION : Il y a déjà beaucoup trop d'individualisme dans les églises aujourd'hui. En fait, c'est la plaie des églises. C'est ce qui a conduit aux problèmes que vous évoquez. Vous encouragez cette attitude nuisible !

REPONSE : Il me semble que vous confondez "individualisme" et "individualité". Dans les églises, on accuse souvent d'individualisme ceux qui s'efforcent simplement de réfléchir et de penser d'une manière individuelle. Vous dites que l'individualisme est la plaie des églises, et que je favorise l'extension de cette plaie en prenant parti pour les "individualistes". Mais vous avez besoin de comprendre la différence importante qui existe entre "individualisme" et "individualité". L'individualisme, c'est mettre en avant son propre ego, avant tout autre considération. Tandis que l'individualité consiste simplement à nous servir de notre discernement, et des facultés que Dieu nous a données. Notre individualité nous a été donnée par notre Créateur. Mais si elle se transforme en "individualisme", c'est que nous avons fait de notre propre personne une idole. Il n'y a rien de mal à faire preuve d'individualité. Nous avons été créés en tant qu'individus. Toute organisation qui s'efforce de supprimer les individualités devient une secte. C'est triste à dire, mais beaucoup d'églises, dans leur désir de lutter contre la maladie de l'individualisme, finissent par anéantir l'individualité et le caractère unique de beaucoup de leurs membres. Nous ne devons pas confondre individualisme égocentrique et saine individualité, cette dernière nous étant naturellement donnée par Dieu.)

Beaucoup de membres de la "nouvelle diaspora" ont commencé par être malmenés dans une église charismatique lourdement influencée par la doctrine de la couverture spirituelle. Ils y ont entendu un grand nombre de "paroles de connaissance" et de "prophéties", aussi fausses les unes que les autres, chargées de menaces, et inspirées par un esprit de domination. Ils sont allés ensuite à la découverte d'une église évangélique à la guimauve, qui leur servait une soupe froide un dimanche, et un liquide tiédasse le dimanche suivant. Dans cette église, on a continué à les froisser en méprisant leur amour de la vérité, et en rejetant leurs capacités de discernement. Ensuite, toujours dans leur recherche de la "saine doctrine", ils sont allés dans une église Réformée "tous terrains", pour s'apercevoir qu'ils étaient rejetés parce qu'ils n'étaient pas assez bien habillés, ou à cause de leur "mauvaise" théologie. Ils ont fini par être brutalisés par un corps pastoral antipathique, légaliste et formaliste. Partant de là, déjà couverts de cicatrices et de bleus, ils ont échoué dans une église appartenant à une grande dénomination classique. Là, non seulement on a continué à ne pas les comprendre, mais on leur a injecté de nouvelles doses du poison qui leur avait déjà fait tant de mal dans leur église charismatique chaotique, tout en y ajoutant une bonne dose de libéralisme. Après cela, blessés, suturés et saignant de la tête aux pieds, ils se sont rendu compte qu'ils n'avaient plus aucun endroit où se rendre. Ils ont fini bien malgré eux par accepter leur isolement. Mais on continue à leur jeter Hébreux 10 :25 au visage toutes les cinq minutes !

Pourtant, ils sont enfin LIBRES ! Libres d'apprendre à leur propre rythme ! Libres de jouir de la communion fraternelle avec ceux qui peuvent vraiment leur apporter quelque chose. Libres de découvrir des choses qu'ils n'auraient jamais découvertes dans les églises tendancieuses où ils étaient enchaînés, étouffés et manipulés auparavant. Libres d'être eux-mêmes, au lieu de devoir porter le masque pour être les courtisans que l'on apprécie tellement dans ces milieux, où ce qui compte, c'est de plaire aux hommes. Libres de servir, d'aimer et d'adorer leur Seigneur, et d'être aimés par Lui !

(OBJECTION : Quelle manière scandaleuse de parler de l'Eglise de Dieu ! Je suis épouvanté que vous ayez une telle opinion du Corps que le Seigneur Lui-même est en train de bâtir !

REPONSE : Je vous en prie, ne confondez pas l'Eglise visible avec le Corps de Christ ! Ce que je dis ne concerne absolument pas le Corps de Christ. Comment pourrais-je mal parler du Corps de Christ ? Je parle de ces institutions sociales qui exploitent et avilissent les enfants de Dieu, institutions que l'on ose appeler "églises". Même si beaucoup de gens sont toujours prêts à défendre leur église, je crois que la plupart d'entre eux ne le réalisent pas à quel point l'apostasie est profonde dans les églises. Je crois qu'aujourd'hui, la plupart des pasteurs et des membres des églises chrétiennes ne sont pas de véritables Chrétiens, mais que ce sont des imposteurs. En fait, je crois que le véritable peuple de Dieu est aujourd'hui ce qu'il a toujours été, selon la définition de l'apôtre Paul : "un reste, selon l'élection de la grâce" (Romains 11 :5). Je suis parfaitement au clair sur le fait que les églises et les assemblées devraient toujours être formées selon le modèle biblique. Ce sont elles qui devraient faire publiquement retentir le message de l'Evangile, et ce sont aussi elles qui devraient être les jardins fertiles permettant aux Chrétiens de grandir en toute sécurité. Comme l'a dit Williams Perkins, les deux grandes missions de l'Eglise consistent à aller chercher les brebis pour les conduire dans la bergerie, puis de les préserver des loups. Mais je crois aussi que l'on n'a pas fait ce qu'il fallait pour empêcher les loups d'entrer dans la bergerie. En fait, ce sont même eux qui dirigent les bergeries, le plus souvent ! Ce n'est pas cela le Corps de Christ, c'est l'église apostate, celle qui accueillera et acclamera un jour l'Antichrist.)

Pourquoi pensez-vous qu'il arrive si fréquemment que ces brebis reçoivent autant de mauvais traitements, église après église ? C'est parce que ces églises ont l'habitude d'opprimer un certain type de personnes, celles qui font en général preuve d'intelligence, qui posent des questions, qui exercent leur discernement, qui ne sont pas conformistes, qui ne sont pas naïves, et qui ne se laissent pas plumer comme des pigeons ! En réalité, ceux qui sont opprimés dans les églises sont réellement ceux qui sont les plus intéressants ! Franchement, j'aimerais beaucoup réunir tous ces opprimés, pour former une église vraiment intéressante ! Mais ils sont tous complètement éparpillés sur toute la surface de la terre. En outre, les calomniateurs et les menteurs diraient aussitôt que j'ai formé une secte !

Ce sont ces opprimés qui constituent la "nouvelle diaspora" !

Les canards engraissés et non persécutés de la "Chrétienté" méprisent souverainement les membres de cette "nouvelle diaspora". Surtout parce qu'ils ne peuvent plus leur soutirer leur argent ! Les "Chrétiens" rigides et légalistes détestent la "nouvelle diaspora", parce qu'ils sont jaloux de sa liberté. Les évêques, les archevêques et les papes condamnent vigoureusement la "nouvelle diaspora", parce qu'elle représente une menace pour leur autorité usurpée. Les "Chrétiens" qui font passer leur confession de foi trafiquée avant l'autorité de la Bible haïssent la "nouvelle diaspora", parce qu'elle risque de bouleverser leurs projets humains. Par-dessus tout, si cette "nouvelle diaspora" est tant méprisée, c'est parce qu'elle veut abattre les idoles, qu'elle est attachée à la Parole de Dieu, et qu'elle refuse de se laisser séduire.

(OBJECTION : Je vous mets au défi de me montrer un seul passage dans la Bible où nous voyons l'un des apôtres, ou quiconque, nous conseiller de "rester seuls", parce que quelque chose ne pas dans une église. Pouvez-vous aussi me montrer un seul passage du Nouveau Testament qui nous parle d'un Chrétien qui ne ferait pas partie d'une église locale ? Vous n'en trouverez aucun !

REPONSE : En réponse à votre première question, je veux réfuter cette expression "rester seuls", que vous appliquez à la "nouvelle diaspora". Nous avons déjà dénoncé le fait qu'il existe un vaste scandale non résolu dans les églises aujourd'hui. Je veux parler de tous les Chrétiens qui y sont maltraités. En conséquence, il existe un grand nombre de Chrétiens blessés qui ont abandonné, tout au moins temporairement, toute idée de se joindre à une église. L'expression que vous employez, "rester seuls", est manifestement une remarque désobligeante destinée à faire croire que les membres de cette "nouvelle diaspora" sont des gens qui veulent rester seuls, et qui sont centrés sur eux-mêmes, parce qu'ils ne veulent avoir aucun contact avec le peuple de Dieu, et ne veulent pas rendre compte à Dieu de leurs actions. Cette description n'a rien à voir avec la réalité. Mais beaucoup ont appris que la boue, ça colle. Ils ont aussi appris que plus c'est boueux, plus ça colle !

Dire qu'ils veulent "rester seuls" n'est pas la seule épithète dont on les qualifie. Bien d'autres insultes sont jetées à la tête des gens de la "nouvelle diaspora". Ce sont aussi des "cavaliers seuls", des "électrons libres", des "chiens errants", des "individualistes", et des "isolationnistes". On emploie ces termes injurieux pour illustrer le fait que tous ceux qui ne veulent pas fréquenter une église sont automatiquement coupables d'égocentrisme et de désobéissance à la Parole de Dieu. Toutefois, le fait d'étiqueter quelqu'un peut être un moyen commode de salir cette personne aux yeux du monde. Mais cela ne traduit pas nécessairement la vraie position de cette personne devant Dieu. C'est notre position devant Dieu qui compte, infiniment plus que la manière dont le monde nous juge.

Je peux absolument vous assurer que ceux qui sont dans la "nouvelle diaspora" ne veulent pas "rester seuls". En fait, ils ne sont pas seuls. Ils sont en relation avec l'Esprit de Dieu, d'une manière bien plus profonde que beaucoup de leurs accusateurs ! Aucun véritable Chrétien ne marche seul. Si un Chrétien a prié de tout son cœur le Seigneur de lui montrer ce qu'il doit faire, et que le Seigneur l'a clairement conduit dans un endroit où il n'y a pas d'église, du moins pas encore, il peut être un rayon de lumière pour tous ceux qui l'entourent, et il se confie entièrement en Dieu pour la suite. Seul un pharisien endurci pourrait trouver à redire à cela.

Il est très facile de porter des jugements négatifs sur les autres, quand nous n'avons pas compris grand-chose à leurs combats personnels, ni à ce qui se passe réellement entre eux et le Seigneur. On comprend que l'une des principales critiques des pharisiens à l'égard du Seigneur Jésus-Christ consistait à dire qu'Il était un "cavalier seul", un "électron libre", un "individualiste", etc… (Matthieu 21 :23, par exemple). Les gens religieux ne peuvent pas supporter ceux qui sont spirituels. Ils passent leur temps à les opprimer, à leur imposer leur autorité despotique, et à placer sur leurs épaules toutes sortes de pesants fardeaux. Les gens religieux n'aiment pas la lumière qui brille dans les yeux des Chrétiens spirituels. C'est pour cela qu'ils ont tué le Seigneur Jésus-Christ. Ils continueront à Le tuer, chaque fois qu'ils verront la même lumière spirituelle briller dans les yeux de Ses disciples.

Il peut être commode d'appliquer à ceux de la "nouvelle diaspora" l'étiquette méprisante de "gens qui veulent rester seuls". Mais cela ne correspond pas du tout à la réalité, parce qu'ils ne sont pas seuls. Aucun vrai Chrétien ne veut rester seul. Mais ils rendent compte directement au Seigneur, et ils le savent. Il se peut qu'ils soient temporairement isolés, aux yeux du monde, parce qu'on les a blessés et qu'on leur a fait subir des mauvais traitements. Il se peut qu'ils se sentent seuls par moments, parce qu'ils ont dû se séparer d'un environnement corrompu. Mais ils ne l'ont pas fait de gaîté de cœur. Pourtant, ils ne sont jamais seuls, ils en sont convaincus (Matthieu 28 :20). Quand ils prient pour avoir la direction de Dieu, le Seigneur la leur révèle et travaille dans leur vie. Leur seule difficulté peut être la présence éventuelle de gens qui viennent les observer pour les critiquer et leur marquer leur désapprobation. Mais ce sont des gens qui n'ont pas compris leur situation. Au lieu de montrer de la compassion, ils préfèrent les critiquer.

Je reviens à votre deuxième question : "Pouvez-vous aussi me montrer un seul passage du Nouveau Testament qui nous parle d'un Chrétien qui ne ferait pas partie d'une église locale ? Vous n'en trouverez aucun !" Certains semblent croire que la grâce de Dieu ne peut se répandre dans ce monde qu'au travers de la machinerie officielle de l'église visible. Ce n'est absolument pas vrai. Christ dispense Ses grâces, et œuvre pour bâtir Son Eglise, d'une multitude de manières. Elles sont infiniment plus nombreuses que ne peut le concevoir notre petite cervelle ! En ce qui concerne l'Evangile, combien notre vision est limitée, et combien elle nous limite ! Prenez l'exemple du démoniaque de Gadara (Marc 5 :1-20). Une fois converti, il supplia le Seigneur Jésus de lui permettre de Le suivre (Marc 5 :18). Mais Jésus ne le lui permit pas. Il lui demanda plutôt de retourner dans sa région de la Décapole. C'était un tout jeune converti, tout seul dans la Décapole, sans aucune église. Imaginez la réaction des pharisiens ! Imaginez les accusations qu'ils ont dû porter contre Jésus ! "Il pousse les gens à être des "cavaliers seuls, des "électrons libres" et des individualistes !" Est-ce que cet homme est resté seul ? Pas du tout ! Il a suivi simplement le chemin que le Seigneur lui avait indiqué. Il a fait l'œuvre du Seigneur. Il y a une grande sagesse là-dedans, sagesse que les gens religieux n'ont jamais pu ni comprendre ni envisager. Car, plus tard, quand le Seigneur eut l'occasion de faire une belle mission dans la Décapole, ce "cavalier seul" avait probablement préparé le terrain ! (Marc 7 :31-37). Les voies du Seigneur ne sont pas nos voies !

Il y a aussi l'histoire de l'eunuque Ethiopien (Actes 8 :26 :40). Il était assis sur son char et lisait Esaïe 53, en revenant de Jérusalem, où il était allé adorer le Seigneur. Soudain, Philippe se trouve miraculeusement conduit là, pour lui interpréter d'Ecriture, et conduire cet homme à la vérité concernant la mort du Seigneur Jésus-Christ. Il fait une vraie conversion et reçoit le baptême. Tout aussi soudainement, Philippe est transporté ailleurs. L'eunuque "ne le vit plus", et fut laissé seul, pour rentrer en Ethiopie et y devenir un flambeau pour l'œuvre de l'Evangile. A cette époque, il n'y avait là aucune église chrétienne. Cet homme avait-il décidé de "rester seul" ? Pas du tout ! Il suivait simplement le chemin que le Seigneur lui avait clairement indiqué. Plus tard, il se peut qu'une assemblée de Chrétiens ait été formée autour de l'eunuque. En attendant, il devait travailler, selon le terme utilisé par nos critiques, en "cavalier seul". Mais, pour le Seigneur, il était "Son serviteur élu".

L'exemple biblique le plus instructif, concernant tous ces "cavaliers seuls", ces "électrons libres", ces "individualistes", et tous ceux qui sont injustement critiqués, est sans doute celui de l'homme qui "ne nous suit pas", et dont l'apôtre Jean se plaint auprès du Seigneur (Marc 9 :38). Voici ce que dit ce passage :

"Jean lui dit : Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom ; et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne nous suit pas. Ne l'en empêchez pas, répondit Jésus, car il n'est personne qui, faisant un miracle en mon nom, puisse aussitôt après parler mal de moi. Qui n'est pas contre nous est pour nous. Et quiconque vous donnera à boire un verre d'eau en mon nom, parce que vous appartenez à Christ, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense" (Marc 9 :38-41).

C'était un homme qui ne faisait pas partie des apôtres choisis par Jésus, mais qui accomplissait les œuvres du Seigneur (Marc 6 :7). Pour Jean, c'était un homme qui voulait "rester seul", et il voulait l'empêcher de continuer à faire les œuvres de Dieu. Il est intéressant de remarquer le contexte de cette conversation. Les disciples venaient juste de se disputer pour savoir lequel d'entre eux était le plus grand (Marc 9 :33-34). Jésus utilisa cette occasion pour leur montrer que la vraie grandeur spirituelle résidait dans l'esprit de service, et non dans le rang et le statut social (Marc 9 :35). Puis Il prit un petit enfant dans Ses bras, pour montrer à Ses disciples que le fait de faire du bien à l'un de ces petits revient à le faire au Seigneur Lui-même. C'est à ce moment que Jean choisit de "répondre" au Seigneur Jésus en lui parlant de cet homme qui chassait seul les démons, et qui "ne les suivait pas". Comme si Jean essayait de réaffirmer l'autorité des apôtres, aussitôt après que Jésus les ait réprimandés pour leurs idées de grandeur.

En outre, il est très ironique de voir que cet homme qui ne suivait pas les apôtres réussissait à accomplir les œuvres du Seigneur, dans un domaine où les apôtres avaient lamentablement échoué (comparez Marc 9 :38 avec les versets 17 et 18) ! Y avait-il de la jalousie dans la remarque de Jean ? Voilà un homme qui, apparemment, restait "à l'écart", mais qui exerçait un ministère fructueux. Il travaillait pour le Seigneur Jésus-Christ, et, apparemment, sous Sa protection. Jean dit au verset 38 : "Nous l'en avons empêché, parce qu'il ne nous suit pas". "C'est un cavalier seul, un électron libre, un individualiste qui veut rester seul !" Mais le Seigneur Jésus leur dit : "Ne l'en empêchez pas" (v. 39). Comme s'Il disait à Ses disciples : "Vous avez l'impression qu'il est tout ce que vous dites de lui. Mais ce que vous ne comprenez pas, c'est qu'il M'appartient. Il travaille pour Moi d'une manière que vous ne pouvez pas comprendre maintenant".

Matthiew Henry, le Puritain, qui a vécu de 1662 à 1714, a fait un commentaire très instructif de ce passage de l'Ecriture. Je le cite intégralement, parce qu'Henry est un commentateur biblique très équilibré et très respecté. Ses paroles s'appliquent étonnamment bien à la situation de nombreux membres de la "nouvelle diaspora". Voici ce qu'il écrit, concernant cet homme qui ne "suivait pas" les disciples :

"Certains pensent qu'il était disciple de Jean le Baptiste et qu'il utilisait le nom du Messie sans savoir qu'Il était déjà venu, et qu'il s'agissait de Jésus. Il semble plutôt que cet homme employait le nom de Jésus parce qu'il croyait qu'Il était le Christ, tout comme les autres disciples. Pourquoi n'aurait-il donc pas reçu cette puissance de Christ, dont l'Esprit, comme le vent, souffle où il veut, même sans avoir reçu le même appel direct que les apôtres ? Peut-être y avait-il bien d'autres hommes dans son cas. La grâce de Christ n'est pas limitée à l'église visible. Il est étrange que celui qui chassait les démons au nom de Christ ne se soit pas joint aux apôtres, et ne suive pas Christ en leur compagnie, en préférant agir séparément. Je ne vois rien qui aurait pu l'empêcher de les suivre, à moins qu'il répugnât à tout abandonner pour les suivre, ce qui n'aurait pas été un bon principe. Mais la chose ne semblait pas juste aux apôtres, qui lui interdirent d'employer le nom de Christ comme eux, tant qu'il ne les suivrait pas comme eux. Cela ressemble à la réaction de Josué concernant Eldad et Medad, qui prophétisèrent dans le camp, sans être avec tous les autres devant le tabernacle. Il dit à Moïse : "Moïse, mon seigneur, empêche-les !" (Nombres 11 :28). "Arrête-les, réduis-les au silence ! C'est un schisme !" Nous sommes tellement enclins à penser que ceux qui ne suivent pas Jésus avec nous ne Le suivent pas du tout, et que ceux qui ne font pas les choses comme nous les faisons ne font rien de bon ! Mais le Seigneur connaît ceux qui Lui appartiennent, quelle que soit leur dispersion. Ces récits doivent nous encourager à veiller soigneusement à ne pas nous laisser inspirer par un excès de zèle pour l'unité de l'Eglise, ou pour ce que nous croyons juste et bon. Nous risquerions de nous opposer à quelque chose qui pourrait au contraire faire progresser l'Eglise, et servir ses véritables intérêts, bien que ce soit par d'autres moyens que les nôtres". (Matthieu Henry, Commentaire de la Bible, Marc 9 :38).

Matthiew Henry emploie quelques expressions remarquables dans son commentaire. J'aimerais en rappeler quatre :

  1. "Pourquoi n'aurait-il donc pas reçu cette puissance de Christ, dont l'Esprit, comme le vent, souffle où il veut, même sans avoir reçu le même appel direct que les apôtres ?" Certains pensent aujourd'hui qu'un Chrétien ne peut travailler pour le Seigneur que s'il a été formellement mandaté et envoyé par une église. Mais le Saint-Esprit ne sera jamais lié par nos conceptions étriquées de la manière dont nous devons témoigner pour l'Evangile !
  2. "La grâce de Christ n'est pas limitée à l'église visible". La grâce de Christ est liée au Corps de Christ, qu'il ne faut pas confondre avec l'église visible. Si l'église visible peut véhiculer la moindre grâce, c'est parce que cette grâce vient de la présence du Corps de Christ en son sein. Cette grâce salvatrice est donc dispensée de multiples manières, bien au-delà de ce que nous pouvons imaginer. Là où vont des membres du Corps de Christ, la grâce de Dieu les accompagne. Plus exactement, la grâce de Dieu les précède ! La grâce de Dieu peut même être agissante dans les ténèbres les plus épaisses, si le Seigneur le désire. Nous ne devons pas essayer de la limiter, en instaurant nos règles et nos régulations humaines. Je ne dis pas que les règles et les régulations soient mauvaises en soi. Mais si elles s'opposent à l'action du Saint-Esprit, elles n'ont pas lieu d'être.
  3. "Mais le Seigneur connaît ceux qui Lui appartiennent, quelle que soit leur dispersion". Le peuple du Seigneur est bien plus dispersé que ce que nous dictent nos limitations étroites. La "nouvelle diaspora" est une dispersion dirigée par le Seigneur, pour faire sortir Son peuple d'églises mortes et malsaines, afin qu'il puisse vraiment toucher ceux qui l'entourent, et qu'il s'engage dans d'autres sphères d'activité. Cette dispersion est due à la providence et à la souveraineté de Dieu. Elle ne peut correspondre qu'à un objectif plus élevé et plus noble.
  4. "Ces récits doivent nous encourager à veiller soigneusement à ne pas… nous opposer à quelque chose qui pourrait au contraire faire progresser l'Eglise, et servir ses véritables intérêts, bien que ce soit par d'autres moyens que les nôtres". L'Eglise Corps de Christ, peut grandir, s'étendre et être nourrie par bien d'autres moyens que ceux que nous aimerions lui prescrire, ou que ceux que nous comprenons dans les Ecritures. La créativité de Dieu est illimitée. Nous devons prendre bien soin de ne pas marcher sur les plates-bandes du Seigneur, en nous opposant à tout ce qui ne cadre pas avec nos préconceptions étroites. "O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles !" (Romains 11 :33).

Oui, je vous assure que la "nouvelle diaspora" est un vrai cauchemar pour les tyrans autoritaires ! Mais l'Eglise, en tant que Corps et Epouse de Christ, n'a pas de place pour les tyrans autoritaires ! Toutefois, l'église visible est tellement remplie aujourd'hui de tyrans autoritaires, de gens qui veulent tout contrôler, d'hérétiques, d'ivraie, de faux docteurs, de pharisiens, de libéraux, d'imposteurs et de séducteurs, de "chatouilleurs d'oreilles" onctueux, de gens qui veulent restreindre la souveraineté de Dieu et l'action du Saint-Esprit, que beaucoup de Chrétiens ont dû se résoudre à la quitter, en attendant de voir des jours meilleurs, ou, avec l'aide du Seigneur, de créer eux-mêmes quelque chose de meilleur.)

Il y a tant de gens qui s'imaginent que certaines choses ne peuvent pas être dans la volonté de Dieu, ni conformes aux Ecritures, si elles ne sont pas faites exactement comme ils le pensent, ou comme ils l'ont toujours fait dans leur milieu. Mais, gloire à Dieu, Il ne nous suit pas dans nos ornières ! Il ne s'agit pas de donner carte blanche à tous ceux qui veulent agir d'une manière capricieuse, superficielle ou arbitraire, à tous ceux qui papillonnent d'une église à l'autre, ou qui quittent une église sans aucune raison. Je sais que la "nouvelle diaspora" est accusée de faire cela. Mais ce n'est qu'un mensonge. Il serait très facile aux Chrétiens de la "nouvelle diaspora" de se joindre à l'une des églises corrompues qui sont près de chez eux, mais cela ne prouverait rien. Cela pourrait satisfaire ceux qui se contentent d'une belle apparence. Mais cela ne serait absolument pas une solution spirituelle.

Etre obligé de vivre en dehors d'une église n'est pas la situation idéale. Mais si l'on peut trouver une bonne nourriture et une bonne communion fraternelle dans un nouvel endroit plus intéressant, cela vaut infiniment mieux que d'être constamment persécuté ou détruit à petit feu dans des institutions sociales déguisées en foyers spirituels. Les Chrétiens de la "nouvelle diaspora" aimeraient beaucoup s'intégrer à une véritable communauté, remplie d'un vibrant amour et dispensant un enseignement vrai. Mais ils n'ont aucun désir de se joindre à un club social, ni à un asile de fous, ni à un mausolée, ni à un établissement pénitentiaire. C'est pourtant le seul choix qu'on offre à beaucoup de Chrétiens aujourd'hui !

(QUESTION : Voulez-vous dire que nous devons complètement rejeter les églises, et n'avoir plus rien à faire avec les pasteurs, les anciens, les diacres, etc… ?

REPONSE : Je suis surpris que vous n'ayez pas encore compris le message ! Bien sûr, ce n'est pas ce que je dis ! J'ai écrit des articles pour souligner l'importance des ministères dans l'Eglise, et concernant le rôle des anciens, pasteurs et enseignants, et des diacres. Le problème est que si l'on commence à dire la moindre chose négative sur les églises, ceux qui veulent absolument les défendre sortent tout de suite de leurs gonds, et tentent de décrire les membres de la "nouvelle diaspora" comme des gens opposés à toute autorité et allergiques à toute forme de réunion dans une église. C'est faux. Beaucoup de gens ont dû quitter les églises parce qu'il s'y exerçait une fausse autorité et domination despotique qui allaient bien au-delà d'un ministère du berger, tel que le décrit l'Ecriture. Beaucoup trop de pasteurs considèrent leur fonction dans l'église comme une occasion de contrôler et de dominer les gens, au lieu de les nourrir et de les protéger. Trop de Chrétiens ne savent absolument pas ce qu'est un véritable ministère de berger. Pour eux, leurs pasteurs ont toujours plutôt ressemblé à Genghis Khan ou à Machiavel ! Il n'est donc pas étonnant qu'ils ne veuillent plus franchir le seuil d'une église ! Il va falloir que nous fassions beaucoup d'efforts si nous voulons que nos églises redeviennent attirantes pour tous ces gens, c'est-à-dire qu'elles deviennent vraiment les faubourgs du Paradis, et pour qu'ils soient encouragés à revenir occuper leur place sans crainte !)

Qu'il soit donc clair, une fois pour toutes, que les Chrétiens de la "nouvelle diaspora" ne veulent pas "rester seuls". Ils travaillent avec passion pour leur Seigneur, le mieux qu'ils peuvent, compte tenu des circonstances particulières de notre époque. Lorsque la fausse église actuelle se révélera pleinement telle qu'elle est, et qu'elle sera jugée en conséquence, le Seigneur Se servira de la "nouvelle diaspora" comme Il le voudra et quand Il le voudra, exactement comme Il S'est servi de la diaspora du premier siècle, celle à laquelle s'adressait Pierre. Dieu a toujours agi ainsi, depuis le début de Sa création.

J'aime la "nouvelle diaspora". Voulez-vous savoir pourquoi ? Parce que je crois qu'il va en sortir quelque chose de merveilleux. En fait, je suis pleinement persuadé que les Chrétiens de la "nouvelle diaspora" seront au cœur des églises de demain. Je crois qu'à mesure que la fin des temps approche, et que les détritus de ce monde fugace s'amoncellent, le Seigneur finira par abandonner toutes ces "églises" mortes, formelles et ternes, ou folles, chaotiques et vénéneuses. Il fera sortir quelque chose d'extraordinaire de cette "nouvelle diaspora", pour offrir un dernier défi à ce système babylonien en train de tomber en ruines. C'est-à-dire que la "nouvelle diaspora" fera ce que toutes ces églises obséquieuses, égoïstes et plongées dans le compromis sont incapables de faire aujourd'hui

J'espère seulement que je vivrai assez longtemps pour voir cela se produire ! J'espère que vous le verrez aussi !