Envoyer à un ami

A170 Réponses à  des Catholiques (2/5)

Article de Joe Mizzi.

Source http://www.justforcatholics.com

Joe Mizzi est Maltais, et exerce un ministère auprès des Catholiques, notamment de ceux qui veulent être sauvés.

Question 7 : Croyez-vous que Marie est restée vierge toute sa vie ? Beaucoup de Catholiques auxquels je parle croient qu'elle est toujours restée vierge.

Réponse de Joe Mizzi :

Marie était vierge quand Jésus a été conçu dans son sein. Des siècles avant Sa naissance, le prophète Esaïe avait fait cette prophétie : "C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel" (Esaïe 7 :14).

Cette prophétie s'est accomplie en Christ, ainsi que l'a affirmé l'évangéliste Matthieu : "Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous" (Matthieu 1 :23).

Tous les Chrétiens croient que Christ est né d'une vierge. C'est important. Tout d'abord, parce qu'il fallait que Christ accomplisse les prophéties bibliques concernant le Messie. Sinon, Jésus de Nazareth n'aurait pas pu démontrer qu'Il était le Messie promis. Ensuite, la doctrine de la naissance virginale de Jésus est fondamentale, parce que Jésus n'est pas un simple être humain. Il est aussi le Fils de Dieu. La naissance virginale de Jésus permet d'expliquer la double nature de Christ, qui est à la fois Dieu et homme.

Mais Marie est-elle restée vierge tout le reste de sa vie ?

Ce qui est curieux, c'est que l'on puisse poser cette question ! Quelle est donc la signification théologique de la virginité perpétuelle de Marie ? Devons-nous considérer la virginité comme un état plus béni que celui du mariage ? C'est pourtant ce qu'enseigne l'Eglise Catholique, qui vous maudit même si vous pensez autrement : "Si quelqu'un dit que le mariage est supérieur à la virginité ou au célibat, et qu'il n'est pas préférable de rester vierge ou célibataire, plutôt que de se marier, qu'il soit anathème" (Concile de Trente).

Dès le début de l'histoire de l'Eglise, l'ascétisme, le monachisme et le célibat ont commencé à être considérés comme des moyens de sanctification. Les relations sexuelles, même dans le cadre du mariage, étaient considérées comme une cause de souillure. Compte tenu de ce préjugé, il n'est pas surprenant que l'on ait vu paraître le culte de la Vierge. C'est ainsi qu'Epiphane a pu écrire en 375 : "Le titre de Vierge est toujours associé à la Sainte Marie, car cette sainte femme a été préservée de toute souillure".

Mais cela est contraire à l'enseignement de l'Ecriture : "Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure" (Hébreux 13 :4). La Bible compare la relation d'amour entre Christ et Son Eglise à la relation conjugale entre un mari et son épouse : "C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l'Eglise" (Ephésiens 5 :31-32).

Si l'on écarte donc ce préjugé contre le don divin de la vie sexuelle, nous devons penser que Marie et son époux Joseph ont eu une vie conjugale normale, après la naissance de Jésus-Christ.

Après avoir dit que Christ était né d'une vierge, l'évangéliste Matthieu ajoute : "Joseph s'étant réveillé fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus" (1 :24-25). Le verbe "connaître" est l'expression biblique désignant l'acte sexuel. Joseph n'a donc pas connu Marie jusqu'à la naissance de son premier-né, Jésus. L'implication est suffisamment claire.

Les Evangiles mentionnent aussi que Jésus avait des frères et des sœurs : "N'est-ce pas le fils du charpentier ? N'est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? E t ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ? D'où lui viennent donc toutes ces choses ?" (Matthieu 13 :55-56).

Les auteurs Catholiques font tout ce qu'ils peuvent pour trouver des excuses leur permettant d'expliquer pourquoi Jésus avait des frères et des sœurs, tout en affirmant que Marie est restée vierge toute sa vie ! Ils invoquent même des écrits apocryphes, comme le Proto-Evangile de Jacques. Certains disent qu'il s'agissait d'enfants d'un premier mariage de Joseph. D'autres prétendent qu'il s'agissait de cousins, ou de proches parents. Mais, si c'était le cas, pourquoi les auteurs bibliques ont-ils employé les mots de "frères" et "sœurs", au lieu de parler de "cousins" ou de "proches parents" ? (Voir aussi Luc 1 :36 et Colossiens 4 :10).

Si l'on veut bien lire honnêtement le Nouveau Testament, on doit en conclure que Marie est restée vierge jusqu'à la naissance de Jésus-Christ. On ne peut fonder sur la Bible la doctrine de la virginité perpétuelle de Marie, à moins de tordre les Ecritures jusqu'au point de rupture. Cependant, malgré ce défaut de preuves bibliques, l'Eglise Catholique va jusqu'à maudire tout Chrétien qui ne croirait pas en la virginité perpétuelle de Marie : "Si quelqu'un refuse de confesser que Christ S'est incarné dans la sainte et glorieuse Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, de laquelle Il est né, qu'il soit anathème" (Second Concile de Constantinople).

Question 8 : Qu'enseigne l'Eglise Catholique Romaine en ce qui concerne l'Immaculée Conception ? Quelle est la signification de ce dogme ?

Réponse de Joe Mizzi :

Voici ce que l'Eglise Catholique enseigne : "Tout au long des siècles passés, l'Eglise a pris de plus en plus conscience que Marie, "à qui une grâce a été faite" de la part du Seigneur (Luc 1 :28), a été rachetée dès le moment de sa conception. C'est ce que déclare le dogme de l'Immaculée Conception, proclamé par le Pape Pie IX en 1854 : "La Très Sainte Vierge Marie fut préservée de toute souillure du péché originel, dès le premier moment de sa conception, par une grâce singulière et un privilège accordés par le Dieu Tout-Puissant, et en raison des mérites de Jésus-Christ, le Sauveur de l'espèce humaine (Pie IX, Ineffabilis Deus, 1854)" (Catéchisme de l'Eglise Catholique, paragraphe 491).

Pendant des siècles, il y eut un grand débat dans l'Eglise, avant que le dogme de l'Immaculée Conception soit proclamé en 1854. Les théologiens Catholiques admettent que cette doctrine n'est pas révélée explicitement dans l'Ecriture. Le Catéchisme fait seulement référence à Luc 1 :28 comme preuve biblique. Pourtant, ce verset ne peut absolument pas signifier que Marie ait été conçue sans péché. La même expression est employée dans Ephésiens 1 :6, concernant tous les Chrétiens ! Personne ne prétend pourtant que tous les Chrétiens ont été conçus sans péché dans leur nature humaine !

Au cours des premiers siècles de l'Eglise, il n'est jamais fait mention de l'Immaculée Conception. "Les premiers écrits en faveur de ce dogme ne sont apparus qu'au douzième siècle, sous la plume d'un moine anglais appelé Eadmer. Parmi ceux qui se sont opposés à ce dogme figurent des personnalités qui sont pourtant révérées par l'Eglise de Rome : Bernard de Clairvaux, Peter Lombard, Saint Bonaventure, et Saint Thomas d'Aquin, pour ne citer qu'eux. Ce n'est qu'au quatorzième siècle que Duns Scot élabora une théorie qui fut reprise par les Franciscains, ardents défenseurs de ce dogme, dans leurs débats avec les Dominicains, qui leur étaient violemment opposés" (H.M. Carson, Roman Catholicism Today).

Contrairement à cet enseignement catholique, la Bible enseigne clairement que "tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu" (Romains 3 :23). Tous les descendants d'Adam partagent sa nature de péché : "C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché" (Romains 5 :12). Tous les hommes ont donc besoin d'être sauvés. Marie elle-même appelle Dieu "mon Sauveur" (Luc 1 :47). Il est évident qu'elle ne connaissait pas le dogme catholique de l'Immaculée Conception !

La Bible déclare que seul Christ est né sans péché (Hébreux 4 :15). Christ seul est Immaculé dès Sa conception. C'est pour cela que Christ, qui n'a jamais connu le péché, "a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice" (1 Pierre 2 :24).

Les implications de ce dogme sont très sérieuses. Voici ce que le Pape a déclaré :

"Par conséquent, si quelqu'un ose - à Dieu ne plaise ! - penser différemment de ce que nous avons défini, qu'il sache et comprenne qu'il se condamne par son propre jugement, qu'il a fait naufrage par rapport à la foi, et qu'il s'est coupé de l'unité de l'Eglise. En outre, en raison de ses propres actions, il s'expose à subir les peines définies par la loi, s'il exprime oralement, par écrit, ou par tout autre moyen, les erreurs qu'il a acceptées dans son cœur" (Pie IX, Ineffabilis Deus).

Le Magistère de l'Eglise Catholique (c'est-à-dire le pape et les évêques) voudrait nous faire croire à cette doctrine que ni les Ecritures ni les Pères de l'Eglise ont enseignée. Ce sont les saintes Ecritures qui peuvent nous rendre sages à salut, par la foi en Jésus-Christ (1 Timothée 3 :15). Nous n'avons besoin d'aucune doctrine étrangère à la Bible pour être sauvés. En fait, c'est l'Eglise Catholique qui a "fait naufrage par rapport à la foi", en acceptant une doctrine qui est contraire à l'enseignement de la Bible. C'est elle qui s'est coupée de l'unité de l'Eglise. La véritable Eglise n'a jamais rien eu à voir avec les inventions théologiques de l'Eglise de Rome.

Question 9 : Mes amis me disent que les apparitions de la Vierge Marie sont en réalité des manifestations du diable, qui se fait passer pour un ange de lumière. Si cela était vrai, pourquoi ces apparitions nous demandent-elles de nous convertir et de revenir à son Fils Jésus ? Il me semble que Satan ne voudrait surtout pas que nous le fassions ! Comment ces apparitions pourraient-elles venir du Malin ?

Réponse de Joe Mizzi :

Vos amis pourraient certainement avoir raison ! Voici l'avertissement que nous donne la Bible : "Satan lui-même se déguise en ange de lumière" (2 Cor. 11 :14). Cela signifie qu'il peut apparaître comme un messager de Dieu. Il nous faut donc admettre que certaines apparitions attribuées à Marie, pour ne pas dire toutes, peuvent être des apparitions du diable, qui se déguise pour tromper et séduire.

L'Eglise Catholique elle-même ne reconnaît pas officiellement comme authentiques toutes les apparitions attribuées à la Vierge Marie. Le Vatican approuve certaines apparitions, mais pas d'autres. Souvent, il ne publie aucune directive officielle. Comment donc savoir avec certitude si telle apparition est bien une apparition de Marie ? Pour le fidèle Catholique, la réponse est simple : il ne peut dépendre que de la décision du Vatican. Il doit donc faire confiance à la décision des autorités de l'Eglise, et non pas aux déclarations des apparitions. L'Eglise Catholique veut toujours garder ses fidèles dans la soumission à ce qu'elle décrète !

Beaucoup de Catholiques fervents attachent une grande importance aux apparitions de Marie. Il est donc d'autant plus important pour eux d'exercer leur discernement et de rester prudents, de peur d'être induits en erreur. Car le but du diable est de nous tromper et de nous induire en erreur. Il est suffisamment intelligent pour nous donner un message qui semble venir de Dieu. Il n'est donc pas surprenant qu'il puisse demander "de se convertir" et de "revenir au Fils de Dieu" !

Par ailleurs, vous ne devriez avoir aucune difficulté à reconnaître le caractère mensonger de certains messages, si vous connaissez la Parole de Dieu ! Par exemple, la prétendue Marie a donné un scapulaire lors d'une apparition. Sur ce scapulaire était écrit : "Tous ceux qui mourront en portant ce scapulaire ne connaîtront pas le feu éternel". Qu'en pensez-vous ? Accepteriez-vous de confier votre destinée éternelle à un tel message ? Croyez-vous vraiment que le fait de porter ce bout d'étoffe autour de votre cou vous garantisse le salut ? Ou préfèreriez-vous faire confiance à la Parole de Dieu, qui affirme que "Dieu a tant aimé le monde, qu'Il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle" ? (Jean 3 :16).

Nous avons besoin d'un message qui vienne vraiment du Ciel. Nous avons besoin que Dieu réponde aux questions qui nous sont réellement vitales : "Que dois-je faire pour être sauvé ? Est-ce que Dieu nous a parlé ? Est-ce que Dieu nous a révélé ce que nous avons besoin de savoir ? Y a-t-il des informations importantes qui ne seraient pas dans la Bible ?" "Dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ" (2 Timothée 3 :15).

Si la Bible nous suffit (et elle nous suffit !), nous n'avons besoin d'aucun autre message. Nous ne devons rien ajouter au saint message de la Bible. N'oublions pas les avertissements de la Bible concernant les ruses du Malin !

Je vous conseillerai donc fortement de vous en tenir à ce qui est écrit dans les Ecritures. Elles sont pour nous un guide sûr pour le Ciel !

Question 10 : Pourquoi avez-vous changé d'attitude envers Marie, la mère de Jésus ?

Réponse de Joe Mizzi :

Quand j'étais un jeune Catholique, j'étais très consacré à la "Madone". Le soir, quand je priais, je lui demandais tout particulièrement de garder mon âme. J'ai changé d'attitude envers Marie quand j'ai commencé à lire la Bible. J'ai été très surpris de voir que la Bible ne dit pas grand-chose sur Marie. Les dernières paroles qui sont rapportées d'elles sont le sage conseil qu'elle a donné aux serviteurs, lors de la noce de Cana : "Faites tout ce qu'il vous dira". La dernière mention de Marie dans la Bible se trouve dans Actes 2 : elle priait dans la chambre haute avec les disciples, avant la venue du Saint-Esprit. Galates 4 :4 la mentionne encore brièvement, sans la nommer : "Lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme".

Par la grâce de Dieu, Marie a reçu l'unique privilège de devenir la mère du Seigneur Jésus-Christ. Aucune autre personne n'a eu, et n'a pu avoir, le même privilège. Toutefois, nous ne devons pas attribuer à Marie un rôle que Dieu ne lui a pas donné. Elle n'est pas le sauveur. Seul Jésus est le Sauveur. Elle n'est pas notre médiatrice. Jésus est le seul médiateur (veuillez lire 1 Timothée 2 :5).

J'avais l'habitude d'invoquer le nom de Jésus et celui de Marie pour mon salut, jusqu'à ce que je lise ce que l'apôtre Pierre a écrit concernant Christ : "Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés" (Actes 4 :12).

A présent, j'invoque le nom de Jésus seul pour mon salut. Car Il est Dieu venu dans une chair semblable à la nôtre, pour mourir pour les péchés de Son peuple. En agissant ainsi, je respecte Marie bien plus que je ne le faisais quand j'étais Catholique. Car, à présent, je suis son exemple, et j'accomplis le plus grand désir de son cœur : "Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur" (Luc 1 :46-47).

Son désir était de ne pas s'exalter elle-même. Pourtant, beaucoup de gens l'ont exaltée depuis des siècles, contrairement à son désir explicite : "Mon âme exalte le Seigneur".

En outre, Marie nous enseigne, à propos du salut, à nous confier en Dieu seul, car elle ne s'est pas confiée en elle-même, ni en quelque autre saint. Elle s'est confiée en Dieu seul. Elle a dit : "Mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur".

Si vous respectez Marie, et je sais que vous le faites, exaltez le Seigneur comme elle l'a fait ; confiez-vous en Dieu pour votre salut, comme elle l'a fait.

Question 11 : On m'a enseigné que le rosaire est conforme aux Ecritures, parce qu'il parle de la vie de Christ. Le "Je vous salue Marie", dans sa première partie, est tiré directement de la Bible. Qu'en pensez-vous ?

Réponse de Joe Mizzi :

Considérez tout d'abord la forme du rosaire : il s'agit de 10 répétitions du "Je vous salue Marie", cinq fois de suite ! Qu'est-ce que notre Seigneur a dit, à propos des prières répétitives ? "Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés" (Matthieu 6 :6-7). La prière est l'expression spontanée de notre cœur devant Dieu, que ce soit une louange, une action de grâces, une confession, ou une demande. Le fait de répéter sans cesse la même prière tend à abrutir l'intelligence.

Ensuite, et c'est plus important, remarquez bien que Jésus nous demande d'adresser notre prière à Dieu : "Prie ton Père". Il n'y a aucun exemple, dans toute la Bible, d'un Chrétien qui adresserait une prière à quelqu'un d'autre que Dieu. Pour une bonne raison. Car, pour entendre nos prières, les prières de milliers de personnes qui prient en même temps, il faut être omniscient et omniprésent. Dieu seul est omniscient et omniprésent. Dieu seul connaît toutes choses : "Si un homme, si tout ton peuple d'Israël fait entendre des prières et des supplications, et que chacun reconnaisse la plaie de son cœur et étende les mains vers cette maison, exauce-le des cieux, du lieu de ta demeure, et pardonne ; agis, et rends à chacun selon ses voies, toi qui connais le cœur de chacun, car seul tu connais le cœur de tous les enfants des hommes" (1 Rois 8 :38-39).

Dieu connaît les cœurs, et Il entend nos prières. Mais Marie n'est pas Dieu. Elle est un être humain limité. Elle ne connaît pas les cœurs de tous les hommes. Seul Dieu connaît le cœur de tous les hommes.

Enfin, quand les Catholiques adressent à Marie cette prière : "Priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort", ils placent leur confiance, en ce qui concerne leur salut, entre les mains d'une créature, au lieu de la placer dans le Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Marie elle-même ne l'a pas fait, parce qu'elle a confessé que Dieu était son Sauveur.

Voici comment le Catéchisme Catholique explique le "Je vous salue Marie" : "Notre confiance va encore plus loin, déjà maintenant, au point de remettre entièrement à ses soins l'heure de notre mort" (paragraphe 2677). Je vous prie de lire Actes 7 :59 dans votre Bible. Vous y verrez comment un Chrétien se comporte à l'heure de sa mort. A qui Etienne a-t-il confié son esprit, juste avant de mourir ? Ensuite, posez-vous cette question : "A qui vais-je confier l'heure de ma mort, à Marie, une créature sauvée, ou au Seigneur Jésus, notre Dieu et notre Sauveur ?

Question 12 : Je lis dans 1 Corinthiens 1 :18 : "Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu". J'ai été intéressé d'apprendre que le texte grec dit : "mais pour nous qui sommes en train d'être sauvés". Que pensez-vous de l'emploi de cette forme verbale ? J'ai toujours cru que le salut était donné à un moment particulier, et qu'il n'était pas un processus graduel. (Question posée par un Protestant).

Réponse de Joe Mizzi :

Il y a trois aspects dans le salut : un aspect passé, un aspect présent, et un aspect futur. Celui qui est Chrétien est passé par le salut. C'est le temps passé qui est employé par exemple dans Ephésiens 2 :8 : "Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu". C'est pourquoi l'apôtre Paul parle de la justification comme une possession présente du Chrétien : "A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère" (Romains 5 :9). Dans ce sens, le salut est un événement précis, déjà accompli dans le passé.

Il y a aussi un aspect présent dans le salut. Il s'agit de la "sanctification". Le Chrétien, étant passé par la nouvelle naissance, croît en grâce et en connaissance en Christ, pour devenir de plus en plus semblable à Lui. Il est justifié et libéré de la condamnation. Il est en train d'être libéré de la pratique du péché, et apprend à vivre saintement. C'est un processus qui s'étend sur toute la vie. L'apôtre Paul avait sans doute cet aspect du salut à l'esprit en écrivant 1 Corinthiens 1 :18.

Il y a un troisième aspect au salut, qui est futur. Il s'agit de notre "glorification". Il faut encore que nous soyons débarrassés de ce corps mortel, pour recevoir un corps immortel et glorifié : "Nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps. Car c'est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l'espérance qu'on voit n'est plus espérance : ce qu'on voit, peut-on l'espérer encore ?" (Romains 8 :23-24).

Le jugement vient sur le monde. La colère de Dieu va se déverser sur une humanité pécheresse. Cependant, les Chrétiens nés de nouveau seront sauvés de cette colère. Relisez Romains 5 :9 cité plus haut : nous serons (au futur) sauvés de la colère de Dieu.

Suis-je sauvé ? Oui ! J'ai été sauvé de la culpabilité du péché. Je suis en train d'être sauvé de la puissance du péché dans ma vie. Et je serai sauvé de la colère de Dieu, ainsi que de la présence du péché, quand Jésus-Christ va revenir pour nous prendre avec Lui.

A suivre.