Envoyer à un ami

A269 Un Messie, deux venues

Article de Jacob Prasch.

Pourquoi Jésus le Messie doit revenir régner sur la terre en tant que Fils de David.

Source http://www.moriel.org/sermons/one_messiah.htm

Dans cet article fondamental, Jacob Prasch, dont nous avons déjà publié plusieurs articles, montre, par la Parole de Dieu, pourquoi Jésus-Christ doit revenir régner sur la terre, en tant que Fils de David.

"Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; car Jean a baptisé d'eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ? Il leur répondit : Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre" (Actes 1 :4-8).

La doctrine de la Restauration.

"Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ?" Nous entendons beaucoup parler en ce moment du Mouvement de la Restauration. Pourtant, l'expression "rétablir le royaume" n'est employée qu'une seule fois dans le Nouveau Testament, dans le passage ci-dessus. Il ne s'agit pas du règne de l'Eglise Triomphante, mais du rétablissement du royaume d'Israël.

Le Mouvement de la Restauration cherche à "restaurer" trois choses, qui n'ont d'ailleurs jamais été établies !

La première chose qu'il cherche à "restaurer" est la vision du "triomphalisme de l'Eglise", ou du "Royaume Maintenant". Il s'agit de la doctrine erronée selon laquelle l'Eglise doit conquérir le monde avant que Jésus ne retourne sur la Terre pour instaurer Son Royaume.

Certes, l'Eglise finira par être victorieuse, mais sa victoire ne sera manifestée qu'après le retour de Jésus-Christ. "Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds" (Romains 16 :20).

Daniel parle très clairement de la persécution des saints qui surviendra pendant les derniers jours :

"Je vis cette corne (qui représente l'Antichrist) faire la guerre aux saints, et l'emporter sur eux, jusqu'au moment où l'ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume" (Daniel 7 :21-22).

La doctrine du "Royaume Maintenant" enseigne faussement que les saints prendront possession du royaume avant le retour de Jésus-Christ. Mais la Bible enseigne clairement que les saints ne prendront possession du royaume qu'après le retour de Christ.

De telles fausses doctrines se sont répandues dans l'Eglise à divers moments de l'Histoire, en général à des périodes cruciales de l'Histoire de l'humanité.

Au cours du déclin de l'Empire Romain, cette doctrine s'appelait le "montanisme". Elle s'accompagnait d'un chaos semblable à celui que l'on peut constater dans le Mouvement de la Restauration" moderne, jusqu'à l'accent placé sur les "signes, les prodiges et les miracles", qui attiraient les gens sans leur permettre de comprendre ce que la Bible enseignait réellement. Il y avait aussi de nombreuses prédictions et prophéties qui ne se sont pas accomplies.

Au cours de la Renaissance, il y eut les Anabaptistes de Münster, qui étaient dirigés par les "Prophètes de Zwickau", qui annonçaient des choses semblables à celles qu'annoncent aujourd'hui les "Prophètes de Kansas City", c'est-à-dire des prédictions complètement délirantes et irresponsables, qui ne s'accomplissent pas.

L'autorité prophétique.

La seconde chose que ce mouvement tente de restaurer est une conception non biblique de l'autorité prophétique. Dans la conception biblique de l'autorité prophétique, un prophète est responsable de ce qu'il annonce.

J'ai entendu un partisan du Mouvement Vineyard me dire que le Nouveau Testament enseignait que "nous prophétisons en partie". Cela permet donc aux partisans de John Wimber, et à Paul Cain, d'avoir parfois raison et parfois tort, tout en continuant à prétendre qu'ils sont de vrais prophètes de Dieu. Une telle conception est complètement fausse et terriblement dangereuse ! Ces gens sont séduits.

L'autorité apostolique.

Troisièmement, le Mouvement de la Restauration s'efforce de restaurer l'autorité apostolique, mais pas de manière biblique. Dans le Nouveau Testament, l'autorité apostolique est essentiellement fondée sur la vérité doctrinale.

Est-ce que l'autorité apostolique existe toujours dans l'Eglise aujourd'hui, au sens où l'exerçaient les douze apôtres ? Oui, elle existe toujours, dans les écrits des apôtres et de l'apôtre Paul.

L'autorité apostolique a toujours été essentiellement doctrinale. Elle existe toujours aujourd'hui dans l'Eglise, préservée par le Saint-Esprit, dans les écrits des apôtres. Certes, il existe aussi d'autres apôtres, par exemple ceux qui implantent des églises nouvelles. Mais, dans le Nouveau Testament, l'autorité apostolique était toujours exercée de manière collective.

"Pendant qu'ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu'ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l'œuvre à laquelle je les ai appelés" (Actes 13 :2).

Jésus a envoyé Ses disciples deux par deux. Dans la Bible, l'autorité s'exerce toujours de manière collective.

En revanche, dans le mouvement actuel de la Restauration, ou dans le mouvement fondé sur l'implantation de cellules de maison, le modèle est représenté par une structure pyramidale, contrôlée au sommet par un "apôtre". En fait, ce que l'on appelle aujourd'hui "autorité apostolique" n'est qu'une forme particulièrement pesante de "couverture spirituelle".

En outre, dans la Bible, les apôtres devaient toujours rendre des comptes à l'Eglise. Paul et Barnabas, à leur retour de leurs voyages, rendaient des comptes à l'Eglise d'Antioche qui les avait envoyés.

L'exercice de l'autorité apostolique dans la Bible impliquait une soumission mutuelle des apôtres, comme nous le voyons dans le chapitre 15 du Livre des Actes. Il ne s'agissait jamais d'un "one man show".

Aujourd'hui, ce que le Mouvement de la Restauration appelle "autorité apostolique" n'est qu'un système organisé selon les principes de la "couverture spirituelle", et fondé sur des doctrines gnostiques. En effet, les dirigeants de ce mouvement prétendent posséder une "gnose", c'est-à-dire une révélation subjective que vous devez accepter sans discussion, sous peine d'être accusé d'être séduit !

La véritable restauration.

Il existe pourtant une véritable restauration biblique. Elle concerne la restauration du Royaume d'Israël. La doctrine du "remplacement", qui affirme que l'Eglise a remplacé Israël, est une doctrine complètement anti-biblique. Elle nie toutes les prophéties bibliques, ainsi que le plan de Dieu pour Israël et pour les Juifs dans la fin des temps.

Romains 11 nous montre clairement qu'Israël est la "racine" de l'Eglise. C'est la racine qui nourrit l'arbre, et non l'inverse. La racine est enfouie dans le sol. Le fait que vous ne voyiez pas la racine ne signifie pas qu'elle n'est pas présente. Si un arbre n'a pas de racines, il ne peut pas vivre.

Si Israël avait été définitivement écarté, l'Eglise n'existerait plus non plus ! Si Dieu avait rejeté Israël à cause de ses péchés et de son infidélité, Il aurait tout autant de raisons, et peut-être même davantage, de rejeter l'Eglise !

Les péchés d'Israël, tout au long de l'Histoire, sont les mêmes que ceux de l'Eglise. Quand les Israélites en sont venus à offrir leurs enfants en sacrifice à des démons, l'Eglise en est également venue, dans nos "démocraties occidentales christianisées", à sacrifier massivement des fœtus, par la pratique de l'avortement.

Paul enseigne dans Romains 11 que les Gentils qui se repentent et qui acceptent Jésus sont "greffés sur le tronc", à la place des Juifs qui ont rejeté leur propre Messie. Mais la racine demeure Israël. Tout ce qui est caché dans le sol, c'est l'Israël de l'Ancien Testament. Tout ce qui est au-dessus du sol, c'est l'Eglise du Nouveau Testament. Sur le plan spirituel, l'Eglise est la continuité de l'Israël de l'Ancien Testament. Elle n'a pas remplacé Israël.

La restauration d'Israël.

Israël reste la racine ! Les branches originelles étaient Juives. Les premiers Chrétiens étaient des Juifs. Les auteurs du Nouveau Testament étaient des Juifs. Les Chrétiens de la fin des temps seront aussi des Juifs.

Dans Son discours sur le Mont des Oliviers, Jésus a parlé de la dimension nationale de la restauration d'Israël : "Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis" (Luc 21 :24).

Jésus utilise les mêmes mots que Paul dans Romains 11 :25, sauf que Jésus parle d'Israël en tant que nation. Dans Romains 11, Paul parle du temps actuel des Gentils, dans l'attente de la conversion des Juifs. Dans Luc 21, Jésus montre ce qui va se passer à la fin des temps, dans une perspective eschatologique.

La fin de ce temps des Gentils est annoncée par les prophéties de Daniel. Le plan final de Dieu, pour la rédemption du monde entier, dépend du salut d'Israël. L'accomplissement de ce plan, sur le plan prophétique, dépend de la restauration d'Israël.

"Car si leur rejet a été la réconciliation du monde, que sera leur réintégration, sinon une vie d'entre les morts ?" (Romains 11 :15).

Le plan de Dieu.

Quand le Nouveau Testament parle de restauration, il ne s'agit donc pas de ce qu'annonce sottement ce mouvement triomphaliste que nous voyons se développer aujourd'hui. Mais il parle de la restauration d'Israël, qui permettra à Dieu de bénir toutes les nations.

En Hébreu, un même mot ("goy") désigne les Gentils et les nations. Dans les derniers jours, Dieu Se servira du peuple Juif pour bénir l'Eglise. Le Seigneur a permis tous ces événements actuels au Moyen-Orient pour prouver que Jésus-Christ va bientôt revenir. Ils représentent l'un des signes que Jésus nous a donnés.

Mais il y a aujourd'hui, dans le Corps de Christ, de nombreux faux docteurs qui trompent les gens, et qui affirment aux Chrétiens que les signes donnés par Jésus pour que nous puissions être prêts, ne sont absolument pas des signes !

Pourquoi les Juifs rejettent Jésus.

Il y a deux raisons principales pour lesquelles les Juifs rejettent Jésus comme leur Messie. La première raison est le funeste antisémitisme historique des Chrétiens, surtout au sein de l'Eglise Catholique Romaine et de l'Eglise Orthodoxe. Les Protestants en ont été généralement exempts, à l'exception notable de Martin Luther, dont les écrits ont directement inspiré Adolf Hitler quand il a écrit "Mein Kampf".

Luther enseignait que tous les Juifs devaient être parqués dans un corral, et contraints de confesser Christ à la pointe de l'épée. Il a dit : "Si nous ne tuons pas les Juifs pour prouver que nous sommes Chrétiens, nous, les Allemands, nous en porterons la responsabilité !"

La seconde raison pour laquelle la plupart des Juifs rejettent Jésus comme leur Messie, c'est qu'ils constatent que Jésus n'a pas conduit le monde dans la paix. Il n'a pas vaincu les ennemis d'Israël. Il n'a pas instauré le Royaume Messianique en Israël. Il n'a pas apporté la justice aux nations, ni la prospérité et la sécurité au monde. Les Juifs disent : "Si Jésus est le Messie, où est donc son règne messianique sur le trône de David ?"

Il y aura la guerre jusqu'à la fin.

Nous trouvons la réponse à cette question dans Daniel 9. Le Messie devait venir et mourir, avant que le second Temple soit détruit.

Le Messie ne devait pas apporter la paix au monde lors de Sa première venue. Il fallait d'abord qu'Il S'attaque à la source du problème, c'est-à-dire au péché. Ce n'est que lors de Son retour qu'Il apportera la paix au monde.

"Après les soixante-deux semaines, un Oint sera retranché, et il n'aura pas de successeur. Le peuple d'un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu'au terme de la guerre" (Daniel 9 :26).

Le Judaïsme, dans le Midrash Bereshith, page 243 de l'édition de Varsovie, enseigne que le Messie devait disparaître en l'an 33. La littérature talmudique le confirme également, affirmant que le Messie aurait dû venir et mourir avant la destruction du second Temple. Nous y lisons que les membres du Sanhédrin, témoins de la destruction du Temple, ont pleuré, en disant : "Malheur à nous ! Où est le Messie ? Il aurait déjà dû venir !"

Le Rabbi Leopold Cohen.

Le Rabbi Leopold Cohen, un rabbin âgé ultra orthodoxe, chercha à comprendre le sens du chapitre 9 du prophète Daniel. Dans la littérature rabbinique et les écrits des anciens sages, il découvrit deux choses. La première, c'est que le Messie aurait déjà dû venir. La seconde, c'est que tous ceux qui lisent le chapitre 9 de Daniel se mettent sous une malédiction.

Le Rabbi Leopold Cohen en tira donc la seule conclusion qui lui paraissait honorable. Il devint un pasteur Baptiste !

L'antisémitisme chrétien.

Il est relativement facile d'étudier le problème de l'antisémitisme chrétien. Les Juifs disent : "Comment pouvez-vous attendre que je croie que Jésus est le Messie, quand des Chrétiens ont assassiné mes grands-parents ?"

La seule manière de régler ce problème de l'antisémitisme chrétien est de parler aux Juifs du vrai Jésus : Jésus le Juif, le Rabbi Yeshua Ben Yosef de Nazareth, en leur rappelant que les Juifs ont assassiné leurs propres prophètes au nom de Moïse !

Ce fut au nom de Moïse qu'ils jetèrent Jérémie en prison, qu'ils scièrent Esaïe en deux, et qu'ils tuèrent Zacharie !

Les Juifs doivent-ils rejeter Moïse, sous prétexte que des Juifs ont accompli des atrocités au nom de Moïse ?

Devons-nous rejeter Moïse, sous prétexte qu'un jour, un Juif a pénétré dans une mosquée de Hébron pour y assassiner cinquante Musulmans ? Dois-je accuser Moïse, parce que certains assassinent en son nom ?

Nous ne pouvons donc pas accuser Jésus, et Le rendre responsable de ce que des Chrétiens ont pu faire en Son nom, tout au long des siècles !

Je dois accepter Moïse et la Torah uniquement sur la base des paroles de Moïse. De même, je dois accepter ou rejeter Jésus uniquement sur la base de ce qu'Il a dit et fait.

L'accomplissement de toutes les prophéties.

Pourquoi le Messie n'a-t-Il pas apporté la paix au monde ? Il s'agit d'un autre problème. Pour que Jésus soit bien le Messie, Il doit accomplir toutes les prophéties messianiques de l'Ancien Testament.

Il y a deux sortes de prophéties messianiques dans l'Ancien Testament : les prophéties qui concernent le "Messie souffrant" (comme dans le "chant du Serviteur" d'Esaïe ou dans certains Psaumes de David), et les prophéties concernant le "Messie Fils de David", le Roi triomphant qui vaincra tous les ennemis de Dieu, instaurera Son Royaume à Jérusalem, et fera régner la paix dans le monde entier.

Si Jésus n'est pas le Messie des Juifs, Il n'est pas non plus le Christ de l'Eglise. Car "Christ" et "Messie" signifient tous deux "Oint", en grec et en hébreu.

Jésus n'a pas encore accompli toutes les prophéties de l'Ancien Testament. Il ne les a accomplies que sur le plan spirituel, mais pas encore sur le plan historique. Comme Jésus est le Messie, Il doit accomplir toutes les prophéties qui ne sont pas encore accomplies.

Le "Messie Souffrant" est appelé "Ha Mashiach Ben Yosef", "le Messie, Fils de Joseph". Le "Messie Roi Conquérant" est appelé "Ha Mashiach Ben David", "le Messie Fils de David".

Le Dimanche des Rameaux.

Pour les Juifs, ce qui s'est passé le jour du "Dimanche des Rameaux" se passait pendant la fête de la Pâque, l'une des trois grandes fêtes annuelles, au cours desquelles les Juifs chantaient le "Hallel Rabah" (tiré des Psaumes 113 à 118).

La partie principale de ce Hallel Rabah était le passage suivant :

"O Eternel, accorde le salut ! O Eternel, donne la prospérité ! (Hosanna, Hosanna !) Béni soit celui qui vient au nom de l'Eternel ! Nous vous bénissons de la maison de l'Eternel… Louez l'Eternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours !" (Psaume 118 : 25, 26, 29).

Les Juifs devaient chanter ces paroles à la Pâque, en agitant les mains. Ils devaient aussi les chanter pendant la Fête des Tabernacles, en secouant des branches de palmiers qu'ils tenaient dans leurs mains.

C'est le Dimanche des Rameaux que les Juifs commençaient à célébrer la Pâque. Cette fête nous parle du Messie, qui devait être sacrifié, en tant qu'Agneau de Dieu. Tandis que, dans la typologie du calendrier juif, la Fête des Tabernacles correspond au Millénium. Cette fête des Tabernacles, citée dans Jean 7 :2, et rapprochée d'Ezéchiel 47, a toujours été associée, dans la pensée juive, au Royaume de David.

C'est pour cela que, lorsque Jésus a été transfiguré sur la montagne, avec Moïse et Elie, Pierre voulut construire trois "tentes" (tabernacles). Dans sa pensée, c'était pour dire : "Voici le Messie ! Instaurons donc le Royaume !"

Quand Jésus entra à Jérusalem, le Dimanche des Rameaux, les Juifs voulaient suivre quelqu'un qui les débarrasserait des Romains, de même que les Maccabées les avaient débarrassés des Grecs, et qui les introduirait dans le Royaume Messianique. C'est pour cela qu'ils commencèrent à célébrer la Pâque avec des rameaux et des branches de palmiers, comme s'il s'agissait de le Fête des Tabernacles !

A Sa première venue, Jésus a entièrement accompli les trois premières fêtes du calendrier Juif, celles du printemps : la Pâque, la Fête des Prémices (représentant la résurrection), et la Fête des Semaines (ou Pentecôte).

A Sa seconde venue, Jésus accomplira les trois fêtes de l'automne : la Fête des Trompettes, le Jour des Expiations, et, finalement, la Fête des Tabernacles.

L'accomplissement de toutes les prophéties.

Les Juifs contemporains de Jésus ne voulaient pas entendre parler d'un Messie Souffrant et Serviteur, qui devait prendre la place de l'Agneau du sacrifice et être immolé. Ils voulaient un Roi Conquérant, qui les ferait entrer dans le Millénium.

Le Messie Souffrant et Serviteur est appelé "le Fils de Joseph" (Ha Mashiach Ben Yosef). Le Messie Roi Conquérant est appelé "le Fils de David" (Ha Mashiach Ben David).

Jésus de Nazareth, étant le Messie d'Israël, doit donc accomplir toutes les prophéties. Toutefois, il est clair que Jésus n'a pas encore accompli toutes les prophéties. Il n'a accompli que les prophéties concernant le Messie Souffrant et Serviteur, celles qui concernent le Fils de Joseph.

En d'autres termes, il n'y a qu'un Messie, mais deux venues de ce Messie. A Sa première venue, Jésus a été le Fils de Joseph, le Serviteur Souffrant. A Sa seconde venue, Il reviendra en tant que Fils de David, le Roi conquérant qui viendra instaurer Son Royaume sur la terre.

L'amillénarisme et le postmillénarisme sont de fausses doctrines.

Les doctrines de l'amillénarisme et du postmillénarisme sont des inventions de l'Eglise Catholique Romaine, qui a suivi les erreurs de Constantin et de Saint Augustin, à une époque où la Chrétienté était devenue une religion d'Etat. Ces deux doctrines n'ont aucun fondement biblique.

Dans une perspective juive du Nouveau Testament, la seule position valable est celle du prémillénarisme. S'il n'y a pas de Millénium, Jésus n'est pas non plus le Messie ! S'il n'est pas le Messie des Juifs, il n'est pas non plus le Christ de l'Eglise. Jésus doit accomplir toutes les prophéties de l'Ancien Testament. Or, jusqu'à présent, il n'a accompli que les prophéties qui concernent le Fils de Joseph.

La restauration du Royaume.

Quand les apôtres ont posé au Seigneur cette question : "Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ?", cela voulait dire, dans leur esprit : "Seigneur, nous savons que Tu es le Fils de Joseph. Mais quand seras-Tu le Fils de David ? Quand vas-Tu restaurer le Royaume d'Israël, comme l'a fait David ?"

Même Jean-Baptiste a eu des difficultés à comprendre cela : "Il (Jean-Baptiste) en appela deux, et les envoya vers Jésus, pour lui dire : Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?" (Luc 7 :19).

Les apôtres eux-mêmes, après la résurrection, alors qu'ils se trouvaient sur le Mont des Oliviers, le jour de l'Ascension, étaient incapables de comprendre qu'il n'y avait qu'un Messie, mais qui devait venir deux fois sur la terre, la première fois en tant que Fils de Joseph, le Messie Souffrant, et la seconde fois en tant que Fils de David, le Messie Triomphant.

Etudions un moment la vie de Joseph, en parallèle avec celle de Jésus.

Joseph était le fils bien-aimé de son père.

"Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils" (Genèse 37 :3).

Joseph était le fils bien-aimé de son père.

"Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection" (Matthieu 3 :17).

Jésus le Messie, Fils de Joseph, était le Fils Bien-aimé de Son Père.

Communion et service.

"Israël lui dit : Va, je te prie, et vois si tes frères sont en bonne santé et si le troupeau est en bon état ; et tu m'en rapporteras des nouvelles. Il l'envoya ainsi de la vallée d'Hébron ; et Joseph alla à Sichem" (Genèse 37 :14).

Joseph vivait à Hébron, mot qui signifie en hébreu "endroit de communion". Joseph vivait avec son père dans une "position de communion", et il fut envoyé par son père pour rechercher le bien-être de ses frères.

"Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes" (Philippiens 2 :5-7).

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle" (Jean 3 :16).

Jésus demeurait avec Son Père dans une "position de communion", et Il fut envoyé par Son Père pour rechercher le bien-être de Ses frères.

Le péché de ses frères.

"Joseph rapportait à son père les mauvais propos de ses frères" (Genèse 37 :2).

Joseph informait son père des péchés de ses frères, et ses frères le haïssaient.

"Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. Jésus leur dit : Mon temps n'est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. Le monde ne peut vous haïr ; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses œuvres sont mauvaises" (Jean 7 :5-7).

De même, Jésus a rendu témoignage des péchés de Ses frères, et Ses frères Le haïssaient aussi. Jésus a dit à Ses disciples :

"Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait" (Jean 15 :18-19).

Ses frères l'ont haï davantage.

"Joseph eut un songe, et il le raconta à ses frères, qui le haïrent encore davantage" (Genèse 37 :5).

Joseph révéla à ses frères la position très élevée qu'il devait occuper. Ses frères le haïssaient déjà parce qu'il rendait témoignage de leurs péchés. A présent, ils le haïrent encore plus.

"Alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire" (Matthieu 24 :30).

"Les principaux sacrificateurs et les scribes cherchèrent à mettre la main sur lui à l'heure même, mais ils craignirent le peuple. Ils avaient compris que c'était pour eux que Jésus avait dit cette parabole" (Luc 20 :19).

Jésus a aussi révélé à Ses frères la position de gloire qu'Il devait occuper, et Ses frères L'ont haï à cause de cela.

Il a prédit qu'il régnerait.

Joseph dit à ses frères : "Nous étions à lier des gerbes au milieu des champs ; et voici, ma gerbe se leva et se tint debout, et vos gerbes l'entourèrent et se prosternèrent devant elle" (Genèse 37 :7).

"De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel" (Matthieu 26 :64).

Joseph avait dit à ses frères qu'il règnerait un jour. Jésus avait aussi annoncé à Ses frères qu'Il règnerait.

Rejeté et condamné.

"Ils le virent de loin ;  et, avant qu'il fût près d'eux, ils complotèrent de le faire mourir" (Genèse 37 :18).

"Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous" (Luc 19 :14).

"Et ils crièrent : Crucifie, crucifie-le !" (Luc 23 :21).

Comme Joseph, Jésus fut rejeté et condamné à mort.

Accusé d'être fou.

"Ils se dirent l'un à l'autre : Voici le faiseur de songes qui arrive" (Genèse 37 :19).

"Les parents de Jésus, ayant appris ce qui se passait, vinrent pour se saisir de lui ; car ils disaient : Il est hors de sens" (Marc 3 :21).

Joseph fut accusé par ses frères d'être un "faiseur de songes". Les parents de Jésus le Messie, le Fils de Joseph, L'ont accusé d'être hors de sens.

Vendu pour de l'argent.

"Alors Juda dit à ses frères : Que gagnerons-nous à tuer notre frère et à cacher son sang ? Venez, vendons-le aux Ismaélites, et ne mettons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre chair. Et ses frères l'écoutèrent. Au passage des marchands madianites, ils tirèrent et firent remonter Joseph hors de la citerne ; et ils le vendirent pour vingt sicles d'argent aux Ismaélites, qui l'emmenèrent en Egypte" (Genèse 37 :26-28).

Juda trahit son frère Joseph et le vendit pour vingt pièces d'argent.

"Alors l'un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs, et dit : Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai ? Et ils lui payèrent trente pièces d'argent" (Matthieu 26 :14-15).

Judas (c'est le même prénom que Juda) trahit Jésus, le Fils de Joseph, pour trente pièces d'argent (pour tenir compte de l'inflation).

Le cœur d'un serviteur.

"Joseph trouva grâce aux yeux de son maître, qui l'employa à son service, l'établit sur sa maison, et lui confia tout ce qu'il possédait" (Genèse 39 :4).

Tout ce qu'a fait Joseph avant de régner, il l'a fait en tant que serviteur. De même, nous lisons dans Luc 22 :25-27 et Philippiens 2 :7 que Jésus a fait tout ce qu'Il a fait en tant que Serviteur, avant de régner.

Tout prospérait entre ses mains.

"Dès que Potiphar l'eut établi sur sa maison et sur tout ce qu'il possédait, l'Eternel bénit la maison de l'Egyptien, à cause de Joseph ; et la bénédiction de l'Eternel fut sur tout ce qui lui appartenait, soit à la maison, soit aux champs" (Genèse 39 :5).

C'est le Seigneur qui faisait prospérer tout ce que faisait Joseph.

"Il a plu à l'Eternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; et l'œuvre de l'Eternel prospérera entre ses mains" (Esaïe 53 :10).

Dieu veillera à faire prospérer l'œuvre de Son Fils, le Fils de Joseph.

Il a été tenté.

"Après ces choses, il arriva que la femme de son maître porta les yeux sur Joseph, et dit : Couche avec moi ! Il refusa, et dit à la femme de son maître : Voici, mon maître ne prend avec moi connaissance de rien dans la maison, et il a remis entre mes mains tout ce qui lui appartient. Il n'est pas plus grand que moi dans cette maison, et il ne m'a rien interdit, excepté toi, parce que tu es sa femme. Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ?" (Genèse 39 :7-9).

Joseph a été confronté à une tentation extrême, mais il a résisté et a refusé de pécher.

"Alors Jésus fut emmené par l'Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur, s'étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Jésus répondit : Il est écrit : L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" (Matthieu 4 :1-11).

Joseph a été tenté, mais il a résisté. Le Messie, le Fils de Joseph, a été confronté Lui aussi à une tentation extrême, mais Il a résisté.

Faussement accusé.

"Lorsqu'elle vit qu'il lui avait laissé son vêtement dans la main, et qu'il s'était enfui dehors, elle appela les gens de sa maison, et leur dit : Voyez, il nous a amené un Hébreu pour se jouer de nous. Cet homme est venu vers moi pour coucher avec moi ; mais j'ai crié à haute voix. Et quand il a entendu que j'élevais la voix et que je criais, il a laissé son vêtement à côté de moi et s'est enfui dehors" (Genèse 39 :13-15).

Joseph fut accusé faussement.

"Les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient quelque faux témoignage contre Jésus, suffisant pour le faire mourir. Mais ils n'en trouvèrent point, quoique plusieurs faux témoins se fussent présentés. Enfin, il en vint deux, qui dirent : Celui-ci a dit : Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours. Le souverain sacrificateur se leva, et lui dit : Ne réponds-tu rien ? Qu'est-ce que ces hommes déposent contre toi ? Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu. Jésus lui répondit : Tu l'as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel. Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, disant : Il a blasphémé ! Qu'avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d'entendre son blasphème" (Matthieu 26 :59-65).

Joseph fut faussement accusé. On a répandu des mensonges sur lui. Le Messie, le Fils de Joseph, fut de même faussement accusé, et l'on a répandu des mensonges sur Lui.

Il a annoncé d'avance à deux criminels que l'un vivrait et que l'autre mourrait.

"Pendant une même nuit, l'échanson et le panetier du roi d'Egypte, qui étaient enfermés dans la prison, eurent tous les deux un songe, chacun le sien, pouvant recevoir une explication distincte… Joseph lui dit (à l'échanson) : En voici l'explication. Les trois sarments sont trois jours. Encore trois jours, et Pharaon relèvera ta tête et te rétablira dans ta charge ; tu mettras la coupe dans la main de Pharaon, comme tu en avais l'habitude lorsque tu étais son échanson… Joseph répondit (au panetier), et dit : En voici l'explication. Les trois corbeilles sont trois jours. Encore trois jours, et Pharaon enlèvera ta tête de dessus toi, te fera pendre à un bois, et les oiseaux mangeront ta chair" (Genèse 40 :5-19).

Joseph a prédit que l'un de ces criminels vivrait, et que l'autre serait mis à mort.

"L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant : N'es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous ! Mais l'autre le reprenait, et disait : Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation ? Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes ; mais celui-ci n'a rien fait de mal. Et il dit à Jésus : Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis" (Luc 23 :39-43).

Jésus a été condamné en même temps que deux criminels. Comme Il le leur avait annoncé, l'un a reçu la vie éternelle, et l'autre la mort éternelle.

La délivrance promise.

"Joseph lui dit : En voici l'explication. Les trois sarments sont trois jours. Encore trois jours, et Pharaon relèvera ta tête et te rétablira dans ta charge ; tu mettras la coupe dans la main de Pharaon, comme tu en avais l'habitude lorsque tu étais son échanson" (Genèse 40 :12-13).

Jésus a promis à cet homme condamné qu'il serait délivré.

"Et il dit à Jésus : Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis" (Luc 23 :42-43).

Yeshua, le Fils de Joseph, a promis à cet homme condamné qu'il serait délivré. Aujourd'hui, ce même Fils de Joseph promet la délivrance à tous les hommes condamnés, s'ils se repentent, s'ils Lui demandent pardon pour leurs péchés, et s'ils Le suivent.

Joseph fut livré par ses frères entre les mains des Gentils. Mais Dieu fit concourir cette trahison au bien de tout Israël, et au bien du monde entier de l'époque, pour que tous les hommes puissent trouver le chemin de la délivrance.

De même, le Messie, le Fils de Joseph, fut trahi par Ses frères Juifs et livré entre les mains des Gentils. Mais Dieu fit concourir cette trahison au bien de tout Israël, et au bien du monde entier, dans toutes les époques, pour que tous les hommes puissent trouver le chemin de la délivrance.

Oublié par ceux qu'il avait aidés.

"Le chef des échansons ne pensa plus à Joseph. Il l'oublia" (Genèse 40 :23).

"Jésus, prenant la parole, dit : Les dix n'ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ? Ne s'est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ?" (Luc 17 :17-18).

Joseph a été oublié par celui qu'il avait aidé. De même, Jésus, le Fils de Joseph, fut oublié par ceux qu'Il avait aidés et guéris.

Elevé à la gloire.

"Pharaon fit appeler Joseph. On le fit sortir en hâte de prison. Il se rasa, changea de vêtements, et se rendit vers Pharaon" (Genèse 40 :14).

"Et Pharaon dit à Joseph : Puisque Dieu t'a fait connaître toutes ces choses, il n'y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi. Je t'établis sur ma maison, et tout mon peuple obéira à tes ordres. Le trône seul m'élèvera au-dessus de toi" (Genèse 41 :39-40).

Joseph fut retiré de son cachot, un lieu de mort, et fut élevé en un instant à la gloire par le roi.

"Je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu'il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir" (Ephésiens 1 :16-21).

En un seul jour, Joseph fut élevé d'une position d'ignominie à une position de gloire. De même, le Messie, le Fils de Joseph, fut en un seul jour élevé d'une position d'ignominie à une position de gloire.

Un conseiller admirable.

"Et Pharaon dit à Joseph : Puisque Dieu t'a fait connaître toutes ces choses, il n'y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi" (Genèse 41 :39).

Joseph prouva à Pharaon qu'il était un merveilleux conseiller.

Dans Esaïe 9 :6, nous lisons : "Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix".

Exalté à la plus haute place.

"Pharaon dit à Joseph : Vois, je te donne le commandement de tout le pays d'Egypte" (Genèse 41 :41).

Joseph fut promu à la gloire et à l'honneur suprême, et il reçut aussi un nom nouveau.

"C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père" (Philippiens 2 :9-11).

Jésus aussi fut promu à la gloire et à l'honneur suprême, et Il reçut aussi un nom nouveau.

Il prit une épouse parmi les Gentils.

"Pharaon appela Joseph du nom de Tsaphnath-Paenéach ; et il lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre d'On. Et Joseph partit pour visiter le pays d'Egypte" (Genèse 41 :45).

Après avoir été élevé à la gloire, Joseph prit une épouse parmi les Gentils.

"Car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Eglise, qui est son corps, et dont il est le Sauveur" (Ephésiens 5 :23-32).

Après son élévation dans la gloire, Jésus-Christ prit aussi une Epouse parmi les Gentils : Il fit entrer les Gentils dans Son Eglise.

C'est pour cette raison que les Juifs lisent le Livre de Ruth dans les synagogues lors de la Fête de la Pentecôte, que nous appelons "le jour de la naissance de l'Eglise". Car le Livre de Ruth raconte l'histoire d'un homme Juif qui épousa une femme prise parmi les Gentils.

Dans les deux cas, cette épouse fut appelée à partager la gloire de son époux.

Il avait environ trente ans.

"Joseph était âgé de trente ans lorsqu'il se présenta devant Pharaon, roi d'Egypte" (Genèse 41 :46).

Joseph avait trente ans quand il commença son œuvre publique à la tête de l'Egypte.

"Jésus avait environ trente ans lorsqu'il commença son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph" (Luc 3 :23).

Jésus, le fils de Joseph, avait environ trente ans quand Il commença Son ministère.

"Faites ce qu'il vous dira".

"Quand tout le pays d'Egypte fut aussi affamé, le peuple cria à Pharaon pour avoir du pain. Pharaon dit à tous les Egyptiens : Allez vers Joseph, et faites ce qu'il vous dira" (Genèse 41 :55).

"Sa mère dit aux serviteurs : Faites ce qu'il vous dira" (Jean 2 :5).

La même phrase est employée à l'égard de Joseph comme à l'égard de Jésus, le Fils de Joseph.

Tout genou fléchira devant lui.

"Pharaon ôta son anneau de la main, et le mit à la main de Joseph ; il le revêtit d'habits de fin lin, et lui mit un collier d'or au cou. Il le fit monter sur le char qui suivait le sien ; et l'on criait devant lui : A genoux ! C'est ainsi que Pharaon lui donna le commandement de tout le pays d'Egypte. Il dit encore à Joseph : Je suis Pharaon ! Et sans toi personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d'Egypte" (Genèse 41 :42-44).

Quand Joseph fut élevé à la gloire, tout genou dut fléchir devant lui. Il reçut tout pouvoir et toute gloire.

"C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père" (Philippiens 2 :9-11).

"Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre" (Matthieu 28 :18).

Tout genou dut fléchir devant Joseph. Tout genou devra fléchir devant Jésus, le Fils de Joseph, car Il a reçu tout pouvoir et toute gloire dans le ciel et sur la terre.

Le pain de vie.

"Quand tout le pays d'Egypte fut aussi affamé, le peuple cria à Pharaon pour avoir du pain. Pharaon dit à tous les Egyptiens : Allez vers Joseph, et faites ce qu'il vous dira. La famine régnait dans tout le pays. Joseph ouvrit tous les lieux d'approvisionnements, et vendit du blé aux Egyptiens. La famine augmentait dans le pays d'Egypte. Et de tous les pays on arrivait en Egypte, pour acheter du blé auprès de Joseph ; car la famine était forte dans tous les pays" (Genèse 41 :55-57).

"Jésus leur dit : Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif" (Jean 6 :35).

"Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés" (Actes 4 :12).

On venait de tous les pays pour obtenir du pain auprès de Joseph. Il n'y avait pas d'autre moyen pour éviter de mourir de faim. De même, il n'y a aucun moyen d'être sauvé, si ce n'est par le Fils de Joseph, Jésus.

Il ne faisait pas confiance aux hommes.

"Les frères de Joseph s'assirent en sa présence, le premier-né selon son droit d'aînesse, et le plus jeune selon son âge ; et ils se regardaient les uns les autres avec étonnement" (Genèse 43 :33).

Pourquoi ? Parce que Joseph connaissait le passé de péché de ses frères.

"Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu'il les connaissait tous, et parce qu'il n'avait pas besoin qu'on lui rendît témoignage d'aucun homme; car il savait lui-même ce qui était dans l'homme" (Jean 2 :24-25).

Jésus le Messie est comme Joseph : Il connaît l'histoire passée et les péchés de Ses frères.

Il n'a pas été reconnu la première fois.

Nous lisons dans la Genèse que les frères de Joseph ne l'ont pas reconnu la première fois qu'ils l'ont rencontré. Ils l'ont reconnu la seconde fois.

"Joseph ne pouvait plus se contenir devant tous ceux qui l'entouraient. Il s'écria : Faites sortir tout le monde. Et il ne resta personne avec Joseph, quand il se fit connaître à ses frères. Il éleva la voix, en pleurant. Les Egyptiens l'entendirent, et la maison de Pharaon l'entendit. Joseph dit à ses frères : Je suis Joseph ! Mon père vit-il encore ? Mais ses frères ne purent lui répondre, car ils étaient troublés en sa présence. Joseph dit à ses frères : Approchez-vous de moi. Et ils s'approchèrent. Il dit : Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour être mené en Egypte" (Genèse 45 :1-4).

"Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu'ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né" (Zacharie 12 :10).

Les frères du Messie, le Fils de Joseph, ne L'ont pas reconnu lors de Sa première venue. Mais ils Le reconnaîtront lors de Sa seconde venue. Ils réaliseront que Celui qu'ils ont trahi et livré est Celui qui a été élevé sur le trône, et qui était venu pour les sauver.

Celui qui a été crucifié est le Rédempteur, le Roi. Le Fils de Joseph est aussi le Fils de David.

Le Serviteur Souffrant est aussi le Roi Conquérant.

Quand ses frères se sont repentis, Joseph leur pardonna. Et quand le peuple Juif, quand les frères de Jésus se repentiront, Il leur pardonnera aussi.

Au début, Joseph a utilisé le peuple Egyptien, des Gentils, pour donner du pain à ses frères. Mais, plus tard, il fit sortir tous les Gentils pour se révéler à ses frères.

Actuellement, le Fils de Joseph utilise des Gentils, les Chrétiens, pour donner le Pain de Vie à Ses frères. Mais le jour vient, pendant la Grande Tribulation, où le Fils de Joseph Se révèlera personnellement à Ses frères, les Juifs.

Tout pouvoir revient finalement au Roi.

"Joseph acheta toutes les terres de l'Egypte pour Pharaon ; car les Egyptiens vendirent chacun leur champ, parce que la famine les pressait. Et le pays devint la propriété de Pharaon" (Genèse 47 :20).

"Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance" (1 Cor. 15 :24).

Joseph œuvra pour que toute autorité et tout pouvoir soient remis entre les mains du Roi d'Egypte. Le Messie, le Fils de Joseph, remettra toute autorité et tout pouvoir antre les mains du Roi, Son Père.

Le Sauveur.

"Ils dirent : Tu nous sauves la vie ! que nous trouvions grâce aux yeux de mon seigneur, et nous serons esclaves de Pharaon" (Genèse 47 :25).

Joseph fut reconnu comme étant le sauveur de tout le peuple.

"Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres" (Tite 2 :11-14).

Le Messie, le Fils de Joseph, le Seigneur Jésus-Christ, a été reconnu comme étant le Sauveur de toute l'humanité.

Il était devenu totalement méconnaissable pour ses frères.

"Pharaon ôta son anneau de la main, et le mit à la main de Joseph ; il le revêtit d'habits de fin lin, et lui mit un collier d'or au cou" (Genèse 41 :42). Ainsi revêtu de tous ses ornements, Joseph était devenu complètement méconnaissable pour ses frères.

Après le premier siècle, Jésus fut reconnu par les Gentils comme leur Roi. On oublia qu'Il était venu pour être le Roi des Juifs. Il est devenu totalement méconnaissable pour Ses frères Juifs.

Un Messie, deux venues.

Après son élévation à la gloire, Joseph reçut un nouveau nom (Genèse 41 :45). Les Gentils ont appelé Rabbi Yeshua Ben Yosef d'un nouveau nom, Jésus, un nom grec. Ce n'était pas Son nom originel.

Un Messie, deux venues.

Les Juifs n'ont pas reconnu Joseph lors de leur première rencontre, mais lors de leur seconde rencontre. Les Juifs n'ont pas reconnu Jésus, le Fils de Joseph, lors de Sa première venue. Mais ils Le reconnaîtront lors de Sa seconde venue. Ils reconnaîtront Celui qu'ils ont trahi et crucifié, comme étant Celui qui était venu leur apporter le salut.

Un Messie, deux venues.

Jésus va revenir en tant que Fils de David. Tout œil Le verra. Les Juifs verront Celui qu'ils ont percé et prendront le deuil, comme on prend le deuil pour un premier-né.

Ceux qui regardent à Jésus, Celui que nous avons tous percé, et qui prennent le deuil, comme on prend le deuil pour un premier-né, recevront les mêmes bénédictions et les mêmes promesses que celles qu'Il a données à Son propre peuple.

Le Messie, le Fils de Joseph, reviendra régner sur la terre en tant que Messie, Fils de David. Et Il restaurera le Royaume d'Israël.