Le grand principe de la Bible: la vie au travers de la mort!

Source http://www.searchlight-missions.org/light_for_life/through_death_to_life.html

C'est la volonté de Dieu que nous Lui permettions d'abord de travailler dans nos propres vies, pour apprendre à pratiquer les vérités qu'Il nous demandera ensuite d'apporter aux autres. En pratiquant nous-mêmes ce que nous prêchons, nous pourrons alors apporter aux autres ces précieuses vérités, d'une manière qui pourra réellement changer leur vie.

"Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous" (2 Corinthiens 4 :11-12).

Dans la vie de ceux que Dieu envoie prêcher Sa Parole, Il veut Lui-même écrire en grandes lettres ce principe fondamental : "la vie au travers de la mort". C'est aussi le principe selon lequel nous devons être "sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus". Nous pouvons observer ce même principe à l'œuvre dans la vie de David, comme dans la vie de tous les prophètes de l'Ancien Testament. Ce qu'ils ont vécu n'était que l'ombre du Calvaire, et leurs déclarations prophétiques annonçaient d'avance l'œuvre de la Croix. Il en a été ainsi dans tous les temps !

Nous pouvons voir le même principe en action dans la vie de l'apôtre Paul, dans la vie des martyrs, et dans la vie de tous les serviteurs de Dieu qui ont été puissamment utilisés par Lui. C'est un aspect de la Croix que beaucoup ne voient pas : le principe de "la vie au travers de la mort". C'est de même principe qui doit agir dans notre propre vie, pour que cette doctrine de la Croix du Calvaire puisse devenir vivante chez ceux qui nous écoutent !

Cela explique pourquoi nous entendons si souvent parler de la Croix, mais sans la puissance de la Croix ! Nous pouvons très bien avoir compris en quoi consiste l'œuvre expiatrice de Jésus, en tant que notre substitut sur la Croix, et nous pouvons avoir compris qu'Il est mort pour nous. Si nous n'avons pas compris que nous sommes identifiés avec Lui dans Sa mort, sans savoir que nous sommes morts avec Lui, nous ne pouvons pas connaître cette puissance de la Croix qui nous donne la victoire sur le péché.

De la même manière, nous pouvons avoir compris la doctrine de notre identification avec Christ dans Sa mort, sans avoir compris comment faire passer la mort et la résurrection de Christ dans notre expérience de chaque jour, afin d'être vraiment conformes à Lui dans Sa mort. Seule cette conformité nous permet non seulement d'avoir réellement la victoire sur le péché, mais aussi de recevoir l'esprit du Calvaire. L'absence de cet esprit permet d'expliquer pourquoi il est possible de prêcher la Croix, sans manifester dans notre vie les marques de l'esprit du Calvaire.

D'où le danger d'enseigner notre "identification" avec Christ, sans une conformité concrète à Sa mort. Car seule cette conformité nous confère la véritable puissance de la Croix. Nous pouvons en effet nous appuyer sur le fait que nous sommes "morts avec Christ", et croire que tout est immédiatement accompli dans notre vie, par la foi en cette réalité. Mais nous pouvons passer à côté du fait que cette révélation de notre identification avec Christ dans Sa mort doit être suivie par une conformité concrète à Sa mort. Cette conformité à Sa mort doit être de plus en plus profonde, jusqu'à ce que la "communion de Ses souffrances", sur le chemin de la Croix, devienne une expérience réelle dans notre vie de chaque instant.

Unis à Christ dans Ses souffrances.

L'expérience de Jérémie doit aussi être celle de tous les véritables messagers de la Croix. En décidant de suivre le Seigneur au Calvaire, nous devrons aussi passer par le chemin qu'a connu Jérémie, et vivre les mêmes expériences que lui. Car Jérémie savait ce que signifie "suivre le chemin de la Croix du Seigneur", bien qu'il ait vécu des siècles avant Jésus-Christ. Jérémie connaissait l'ombre de la Croix. De même, puissions-nous aussi connaître la réalité de la Croix, en communion avec l'Agneau du Calvaire, tout en proclamant le message de la tragédie et de la victoire du Mont Golgotha. La mort de Christ nous permettra alors de participer aux souffrances de Christ, ce qui permettra à une vie triomphante de se manifester en nous.

C'est ce que souligne parfaitement ce passage de la deuxième épître aux Corinthiens que nous avons cité en exergue : "Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous" (2 Corinthiens 4 :11-12).

Nous voyons clairement à quel point David a été "livré à la mort", quand il s'est écrié "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?", dans certaines de ses heures de souffrance, au point que le Saint-Esprit ait pu prononcer par sa bouche ces paroles prophétiques qui annonçaient la mort de Christ au Calvaire !

Quand nous réfléchissons à cette réalité, nous recevons de profondes révélations sur la manière dont la vie de Dieu peut être communiquée à l'âme des hommes. Nous réalisons que Dieu veut faire profondément pénétrer dans notre vie Ses paroles divines, pour que nous puissions ensuite les apporter au monde, d'une manière qui donne la vie. Mais Dieu ne fait pas de Ses prophètes des "machines". Il veut travailler dans le cœur et dans la vie de ceux qu'Il prépare à Son service, en les faisant passer par la fournaise de la souffrance.

Façonnés à l'image de l'Agneau.

Nous vivons une époque très solennelle, celle des derniers temps. Beaucoup d'entre nous peuvent se poser la question suivante : "De quelle manière l'Eglise de Christ doit-elle être préparée à la rencontre du Seigneur ?" Voici notre réponse : "Elle ne pourra être préparée qu'en recevant au plus profond de son cœur l'Esprit et la Vie de Jésus, et en devenant conforme à l'Agneau, façonnée à Son image".

Certains d'entre nous ont déjà connu un aperçu de cette préparation. Ils en ont goûté une certaine mesure. Le message de la Croix brûle déjà dans leurs cœurs. Mais de quelle manière pourront-ils transmettre ce message à d'autres, afin qu'il soit revêtu d'une réelle puissance divine ? De quelle manière cette "vie de Jésus", que nous avons reçue grâce à la communion de Ses souffrances, pourra-t-elle atteindre les autres ?

La réponse est simple : Nous devons accepter d'être livrés à la mort, comme tous les prophètes l'ont été. Nous désirons intensément transmettre aux autres le message de la Croix dans toute sa puissance. Mais nous ne pourrons le faire que lorsque ce message aura accompli tous ses effets d'abord dans notre vie, comme dans la vie de David, de Jérémie et de Paul !

Accepterons-nous de donner vie à ce message dans notre propre vie, dans les larmes, de la même manière que David a exprimé ce Psaume 22 tout d'abord dans sa propre vie, dans les larmes, avant que le Saint-Esprit puisse l'exprimer par sa bouche, comme une prophétie annonçant les souffrances de Christ ? Oui, nous devons connaître les larmes du Calvaire, dans la communion aux souffrances de Christ, tout autant que David les a connues, si nous voulons que le Saint-Esprit nous permette d'apporter un message de la Croix qui puisse réellement donner la vie aux autres !

Si nous nous contentons de recevoir la révélation de la doctrine de la mort de Christ, nous pourrons passer cette doctrine aux autres pour qu'ils en reçoivent aussi la révélation, mais nous ne pourrons pas leur transmettre la vie de Christ ! Nous pourrons expliquer en détail en quoi consiste notre identification avec Christ et notre mort au péché, nous pourrons parler de victoire personnelle, pour que ceux qui nous écoutent reçoivent aussi la même victoire, mais nous ne transmettrons pas la vie de Christ ! Car cette vie de Christ ne peut passer au travers de nous que lorsque le Saint-Esprit nous aura fait passer par la "communion de Ses souffrances".

Sur la Croix du Calvaire, le Seigneur Jésus S'est écrié : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" Il répétait les mêmes paroles que celles que David avait prononcées en pleurant, des siècles auparavant. C'est à ce moment précis, sur la Croix du Calvaire, que Jésus donnait Sa vie à un monde mourant.

La vie de Jésus ne peut être libérée qu'au travers de la mort ! "Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous," a écrit Paul. Est-ce une phrase qui proclame la "puissance", ou le "bonheur" ? Non ! "Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus".

La conformité à Sa mort.

Cher enfant de Dieu, avez-vous jamais demandé à Dieu de vous faire entrer "en communion avec les souffrances de Christ" ? Vous Lui avez peut-être demandé plus de puissance ! Mais la réponse de Dieu est toujours celle-ci : "Tu dois être sans cesse livré à la mort !" Sans cesse ! Pas seulement de temps en temps ! Vous pourriez dire : "Mais je pensais qu'il me suffisait de croire que j'avais été crucifié avec Christ, de comprendre que j'avais été identifié avec Christ dans Sa mort, pour passer avec Lui dans Sa vie de résurrection, puis être assis avec Lui dans les lieux célestes ! Je croyais que j'avais définitivement laissé la Croix en arrière, et qu'il me suffisait de me maintenir dans ma position céleste !" Oui, tout cela est vrai, mais n'est pas encore toute la vérité !

2 Corinthiens 4 :10-12 et Philippiens 3 :10 occupent une place centrale dans la vie spirituelle de tous ceux qui veulent vraiment connaître le Seigneur. "Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ" (Romains 6 :11). "Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu" (Colossiens 3 :3). C'est une position spirituelle que nous devons maintenir chaque jour, une position aussi solide que le roc. Mais la vie de résurrection de Christ ne pourra donner la vie aux autres, dans toute sa puissance, que lorsque nous serons effectivement conformes à Christ dans Sa mort !

"Sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus !" Certains pourraient dire que nous ne leur présentons pas quelque chose de très attractif ! Mais pourquoi voulez-vous toujours recevoir quelque chose d'attractif ? N'est-ce pas notre nature charnelle qui cherche toujours ce qui est attractif pour elle, qui recherche une "manière attractive" de suivre Jésus ? Le spectacle du Calvaire était-il vraiment attractif ? Christ était-Il "attractif" en marchant vers le Calvaire ? Non, "Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire" (Esaïe 53 :2). Mais, "en vue de la joie qui lui était réservée, Il a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu (Hébreux 12 :2).

Si nos yeux ont été ouverts par le Saint-Esprit à la vision divine d'un Seigneur souffrant, nous devrions voir la beauté de l'Esprit de l'Agneau, qui est celui du Seigneur Jésus. Nous devons discerner le côté céleste de notre communion aux souffrances de Christ, L'accompagnant dans Sa mort, et considérant comme une joie le fait de suivre Ses pas. Nous devons donc désirer intensément souffrir avec Lui, car c'est seulement en souffrant avec Lui que nous serons glorifiés avec Lui (Romains 8 :17). "Cette parole est certaine : Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui" (2 Tim. 2 :11-12).

Livrés à la mort.

Que signifie donc "être livrés à la mort" ? Le Seigneur a été "livré pour nos offenses". Le Père L'a "livré" pour nous tous. "Il fut livré entre les mains des hommes". Le mot grec peut aussi être traduit par "abandonné". C'est le même mot que nous trouvons dans Galates 2 :20 : "J'ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi". Jésus m'a donc aimé et S'est abandonné à la mort pour moi ! Il S'est volontairement abandonné entre les mains de ceux qui Le crucifiaient, par amour pour moi ! Il S'est livré à la mort pour moi ! Le Père L'a livré entre les mains de ceux qui L'ont crucifié, entre les mains des Gentils et des chefs du peuple Juif. Il a été abandonné à la mort !

Nous pouvons trouver sans cesse ce mot dans les Evangiles : "Le Fils de l'Homme sera livré aux mains des pécheurs" (Marc 14 :41). C'est cet aspect de la vie de Jésus qui doit être manifesté dans notre corps mortel. Jésus nous appelle à accepter d'être "livrés à la mort" à cause de Son Nom, de même qu'Il a été livré pour nous. Combien nous avons besoin de cette vision, qui dépasse tout ce que l'on peut désirer en matière de confort personnel, de joie, de bonheur et d'extase !

Nous devons désirer la vraie puissance, non seulement pour être des témoins, mais aussi pour être des martyrs ! La vraie puissance, c'est celle d'accepter "d'être livrés entre les mains des hommes", d'accepter de nous livrer nous-mêmes à la volonté de Dieu, pour donner la vie aux autres, d'être livrés à la mort à cause de Jésus".

"Sans cesse livrés à la mort", "sans cesse abandonnés à la mort" ! Quels sont les instruments que Dieu pourra utiliser pour nous conduire dans cette communion aux souffrances de Christ ? "Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant ; les enfants se soulèveront contre leurs parents, et les feront mourir" (Matthieu 10 :21). Relisez Matthieu 24 :9 : "Alors on vous livrera aux tourments, et l'on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom".

Oh ! Enfants de Dieu, acceptez-vous d'être haïs ? Ou gardez-vous encore, au fond de votre cœur, quelque chose qui ressemble à un ressentiment qui cherche à se manifester ? Si c'est le cas, vous n'avez pas encore appris la leçon du Calvaire. Vous ne savez pas encore ce qu'est la "communion de Ses souffrances, pour être conformes à Lui dans Sa mort" !

"Et l'on vous fera mourir !" Il y a de nombreuses manières de faire mourir quelqu'un ! "Vous serez haïs". Oui, quand ce message de Dieu est devenu une réalité dans votre vie, il devient réellement "l'épée de l'Esprit", qui transperce les autres jusqu'à la moelle, qui sépare âme et esprit ! Certains pourront alors vous en vouloir, et se retourner contre vous, comme ils se sont retournés contre Jérémie pour le rejeter.

Vous avez adouci le message de la Croix ! Vous avez tenté de l'adapter aux sentiments de notre 20e siècle ! Mais à présent, cela est terminé ! Si nous sommes fidèles, nous allons ressentir le tranchant de la Croix, que nous le voulions ou non ! "Le frère livrera son frère à la mort !" Acceptez-vous de laisser votre frère ou votre sœur venir chez vous et vous "livrer à la mort", par l'injustice et le faux jugement ?

Allez-vous l'accepter avec l'esprit du Calvaire ? Dans 1 Pierre 4 :19, nous lisons : "Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien".

La vie est manifestée en nous.

"Nous qui vivons…" Au milieu de la mort, nous vivons ! Cette vie divine en nous ne peut pas être détruite ! De même qu'un grain de blé, en étant détruit, libère sa puissance de vie aux yeux du monde… Tout ce qui n'est pas de Dieu doit périr ! Et le plus tôt sera le mieux ! La véritable vie de Dieu en nous traversera toutes les épreuves !

Parfois, cette "vie de Jésus" est bien en vous, mais elle reste pratiquement inaperçue, parce qu'elle ne peut pas sortir ! La carapace extérieure de la chair n'a jamais été brisée ! C'est pour cela que nous devons sans cesse être livrés à la mort !

Seuls ceux qui "vivent" sont ainsi livrés à la mort, parce qu'ils possèdent la véritable Vie de Jésus en eux, cette Vie qui provient de la mort. Ils sont livrés à la mort pour que la Vie de Jésus qui est en eux puisse se manifester. Si la mort n'agit pas dans l'homme extérieur, l'homme charnel, la Vie de Jésus reste enfermée dans une coquille rigide. Elle ne peut pas s'exprimer. "Donnez, et il vous sera donné : on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis" (Luc 6 :38).

Quand notre âme passe par ce processus d'écrasement et d'épreuve, c'est alors que nous commençons à donner la vie aux autres. Nous cessons de penser toujours à nous-mêmes et à nos propres besoins. Considérez donc quelle est votre place, dans la mort de Christ, et dites : "J'ai été crucifié avec Christ. Ce n'est plus moi qui vis, mais c'est Christ qui vit en moi !" Puis dites aussi : "J'accepte d'être sans cesse livré à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit manifestée en moi. J'accepte de ne pas demander à Dieu qu'Il m'épargne les épreuves. J'accepte d'être livré entre les mains des hommes. Je ne demanderai pas d'être libéré des mains cruelles qui me persécutent et qui me mettent à l'épreuve. Tout ce que je demanderai, c'est que la vie de Jésus qui est en moi puisse jaillir et donner la vie à ceux qui me font mourir !"

"Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus". Pourquoi devons-nous être livrés, comme Celui qui a été transpercé au Calvaire ? Vous pourriez dire : "Qu'ai-je à faire avec tout cela ?" Je vous répondrais que vous pouvez choisir ! Car vous pouvez vous rebeller si vous le voulez. Votre part, c'est d'accepter ce chemin, et de choisir d'être livré pour communier aux souffrances de Christ et à Sa mort. Alors, Celui qui est mort et ressuscité vous dira : "Je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom !"

Une bénédiction pour les autres.

Si nous acceptons d'être livrés à la mort, quel en sera le résultat ? "Nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle". C'est quelque chose qui concerne notre corps mortel. La vie de Jésus sera manifestée dans notre corps mortel ! Cela nous montre clairement que ce chemin est un chemin de mort pour notre être extérieur, afin que la vie que nous avons à l'intérieur puisse se manifester, qu'elle puisse être vue. C'est la manifestation de cette vie qui sera en bénédiction aux autres ! "Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous". La mort agit ! Il y a donc une action de la mort dans la vie du Chrétien ! La mort agit, et à mesure que la mort agit, la vie peut être libérée pour atteindre les autres.

C'est ce qu'un auteur a décrit comme étant "le chemin du sacrifice des élus de Dieu". C'est le chemin qu'ont suivi David, Jérémie et tous les prophètes. C'est, aujourd'hui encore, le chemin de la proclamation du message du Calvaire, comme c'était le chemin de la proclamation de la venue future de ce message, à l'époque de David. Dans sa transcription moderne, ce message signifie que nous devons accepter que nos frères nous livrent à la mort.

Cette mort n'est pas nécessairement la mort physique de notre corps, mais c'est une mise à mort d'une infinie cruauté, par le rejet, la calomnie et le jugement injuste, simplement parce que nous sommes fidèle à Dieu. "Selon qu'il est écrit : C'est à cause de toi qu'on nous met à mort tout le jour, qu'on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés" (Romains 8 :36-37).

Nous suivons l'Agneau partout où Il va.

Que Dieu nous donne une intelligence ouverte à ce message, pour que le Saint-Esprit y fasse pénétrer Sa Vérité, afin que nous soyons prêts à suivre l'Agneau partout où Il va ! Pouvez-vous dire ceci : "Oui, je vis ; je sais que je vis avec Christ de Sa vie divine. Je vois à présent devant moi le chemin où Dieu m'a conduit depuis un certain temps. Jusque-là, je résistais. Je n'y marchais pas de bon cœur. Je disais que nous en avions fini avec la Croix, que je ne croyais pas qu'il nous fallait tellement entendre parler de la Croix. Je n'en voulais pas ! Mais, à présent, je suis prêt à l'accepter" ?

"Combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant !" (Hébreux 9 :14). "Lorsque le temps où il devait être enlevé du monde approcha, Jésus prit la résolution de se rendre à Jérusalem" (Luc 9 :51).

Accepterez-vous pour vous-même ces expressions : "livré à la mort", "abandonné à la mort", et direz-vous à Dieu : "Oui, Seigneur ! Oui, Seigneur !", pour donner la vie aux autres ? Voulez-vous cesser de rechercher quoi que ce soit pour vous-même ? "Oui, Seigneur, j'accepte que les autres puissent obtenir ce que j'aurais aimé recevoir !" Voulez-vous choisir ce chemin qui mène à la mort, afin que les autres puissent recevoir la vie ? Et ce qui manque aux souffrances de Christ, voulez-vous l'achever en votre chair, pour son Corps, qui est l'Eglise (Colossiens 1 :24) ?

Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que vous allez accepter de vivre, de pleurer, de souffrir, d'aimer avec une patience infinie, une tendresse infinie, un amour sans faille, chaque membre du Corps de Christ. Cela signifie que vous allez rechercher, non plus votre propre progression spirituelle, mais l'édification spirituelle du Corps de Christ. Cela signifie que vous allez abandonner tout désir personnel pour vous consacrer au service de Dieu. Vous ne chercherez plus ni reconnaissance des autres, ni profit personnel. Vous ne rechercherez même plus que l'on s'intéresse à vous. Cela signifie que vous vous abandonnerez sans réserve entre les mains de Dieu, pour le bien de Son Corps, pour le bien de l'Eglise, et pour le bien de Jésus-Christ !

C'est donc avec tendresse que je vous adresse ce message, enfant de Dieu, en vous priant de l'examiner attentivement devant le Seigneur, afin qu'au nom de Jésus, vous laissiez le Saint-Esprit accomplir en vous toute Sa volonté, et que vous puissiez participer aux souffrances de Christ. Si vous répondez "Oui !", n'essayez pas de chercher comment Dieu agit chez les autres, car Dieu agira envers vous comme si vous étiez unique au monde ! Il saura comment vous introduire dans la communion de Ses souffrances !

Peut-être Dieu vous prépare-t-Il à ce qui va venir. Les derniers jours s'achèvent rapidement. Combien, parmi nous, seront trouvés fidèles ? Combien, parmi nous, resteront fidèles à Dieu ? Le monde exige des martyrs ! Mais le monde peut trouver ses martyrs dans la vie secrète et cachée de nombreux enfants de Dieu ! Ici même, tout autour de nous, il y a des âmes profondes et vraies qui sont en train d'apprendre que la véritable puissance, dans leur vie, réside dans la communion aux souffrances de Christ, pour le bien du Corps de Christ !

Dans les ténèbres de notre époque présente, partout dans le monde, Dieu est en train de faire mûrir, dans la fournaise de l'épreuve, un grand nombre d'âmes qui brilleront comme l'or, le jour de Son avènement ! Choisissons donc librement de nous abandonner entre les mains de Dieu, afin qu'Il nous permette de communier aux souffrances de Son Fils. C'est ainsi que nous pourrons manifester Sa vie, et que nous serons Ses canaux pour transmettre Sa vie aux autres !