Envoyer à un ami

A339 Le plan magnifique de Dieu (2/4).

Un livre de Peter Scothern.

Deuxième article d'une série de 4 articles.

Chapitre 3 : Comment naître de nouveau.

Etape 1 :
Reconnaissez votre besoin de recevoir la vie et la nature de Christ. Soyez décidé à recommencer une nouvelle vie, et à établir une nouvelle relation avec le Seigneur ressuscité. Détournez-vous de tout ce qui est douteux, hypocrite et impur.

Etape 2 :
Confessez vos fautes et vos manquements à Dieu. Soyez franc et ouvert avec Lui. Considérez la crucifixion de Jésus-Christ. Rappelez-vous que Jésus est mort en portant vos péchés dans Son corps sur la croix (1 Pierre 2 : 24).

Etape 3 :
Humblement et sincèrement, demandez pardon à Dieu pour vos péchés. Désirez être purifié dans toute votre vie. Dieu nous a fait cette promesse : "Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché… Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité" (1 Jean 1 : 7, 9).

Croyez que Dieu vous aime et vous pardonne. Montrez-Lui votre reconnaissance en Le remerciant.

Etape 4 :
Ouvrez votre cœur et votre intelligence à la présence de Jésus-Christ en vous. Invitez le Jésus vivant et ressuscité à entrer dans toute votre vie. Abandonnez-vous entièrement à Sa volonté pour votre vie. Jésus Se tient à la porte de votre vie (Apocalypse 3 : 20). Ouvrez la porte et souhaitez-Lui la bienvenue !

Etape 5 :
Lisez Romains 10 : 9 et mettez-le en pratique. Confessez de votre bouche que vous avez reçu Christ dans votre vie. N'ayez pas honte d'être à présent identifié à la Personne la plus merveilleuse de tout l'univers ! D'autres Chrétiens nés de nouveau vous soutiendront et vous assisteront. Entrez en relation et en communion avec eux.

Etape 6 :
Lisez votre Bible chaque jour, en commençant par l'Evangile de Jean, dans le Nouveau Testament. Parlez régulièrement à Dieu, par la prière et dans une communion personnelle avec Lui. Joignez-vous à un groupe de Chrétiens qui montrent un réel désir de marcher avec Dieu. Appréciez par-dessus tout le fait que vous soyez à présent dans le Seigneur, et cherchez à obéir à Ses commandements. N'ayez pas peur du ridicule, ni de l'opposition. Priez pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi vous aimez et vous servez le Seigneur.

Chapitre 4 : L’étape suivante.

Tout de suite après mon expérience de la nouvelle naissance, j'ai été fortement poussé à me faire baptiser d'eau par immersion. J'ai compris cette nécessité en étudiant régulièrement les Ecritures, en particulier le Nouveau Testament. Presque toutes mes lectures parlaient du baptême d'eau ! J'ai appris que, même à mon âge relativement jeune, Dieu pouvait nous parler personnellement de cette manière.

Un commandement divin.

En étudiant ce sujet avec encore plus de soin, j'ai compris que le baptême d'eau était un commandement divin, et non une simple option. Parce je désirais ardemment plaire au Seigneur dans tous les domaines de ma nouvelle vie, je me mis à étudier ce thème avec encore plus de sérieux.

Je dois souligner ici que ma décision finale n'a été prise sous aucune influence humaine. J'ai accepté d'être baptisé d'eau parce que c'était un ordre divin et biblique, auquel il fallait se soumettre, pour la louange et la gloire de Dieu. Mon étude de la Bible m'a montré de quelle manière le Seigneur Jésus fut baptisé dans le Jourdain, à Bethabara, par Jean-Baptiste, alors qu'Il était âgé de trente ans. Jésus était un adulte quand Il fut baptisé pour obéir à Son Père, "car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste" (Matthieu 3 : 13-17 ; Luc 3 : 21-23). Quand notre Seigneur était un bébé, Il fut simplement présenté au Seigneur dans le Temple de Jérusalem, alors qu'il était âgé de huit jours.

Cela régla le problème pour moi. J'avais été "baptisé" en tant que bébé dans mon église "chrétienne," et je me demandais s'il fallait passer à nouveau par le baptême, en tant qu'adulte. Le Seigneur Jésus régla ce problème, par Sa propre expérience. Si je voulais devenir Son véritable disciple, je devais suivre Son exemple en toutes choses. Je devais toujours obéir à la voix de mon Bon Berger, et obéir à Sa volonté en tout temps.

L'Eglise du Nouveau Testament et le baptême d'eau.

L'apôtre Paul, auparavant appelé Saul, s'était clairement converti sur le chemin de Damas (Actes 9). Trois jours plus tard, un disciple fidèle, Ananias, fit passer Paul par le baptême d'eau. Au cours de la prédication convaincante de Philippe, à Samarie, beaucoup se convertirent à Christ, et furent promptement baptisés. Le jour de la Pentecôte, l'apôtre Pierre ordonna à ses auditeurs convaincus de péché :

"Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera" (Actes 2 : 38-39).

Il ne fait aucun doute que les premiers Chrétiens étaient immédiatement baptisés d'eau, selon l'ordre de notre Seigneur. Le verbe Grec "baptizo" signifie "immerger, plonger." Il indique que ce baptême se pratiquait en plongeant brièvement dans l'eau le nouveau converti. Dans ce contexte, le baptême d'eau signifie "mourir à notre vieille vie charnelle et égoïste," pour "ressusciter dans une vie nouvelle, la vie de Christ." C'est un témoignage visible de notre changement de cœur intérieur.

Le baptême par immersion.

Le récit biblique du baptême de Jésus suggère fortement que Jésus fut immergé, et pas simplement aspergé d'eau. Jean-Baptiste conduisait ses opérations à Bethabara, dans le Jourdain. A cet endroit, la rivière était plus profonde, et coulait plus lentement, peu avant de se jeter dans la Mer Morte. Jean baptisait là, parce qu'il y avait "beaucoup d'eau" (Jean 3 : 23).

L'apôtre Paul, parlant de la traversée miraculeuse de la Mer Rouge, utilise cet événement pour illustrer de quelle manière le baptême d'eau devait se pratiquer (voir 1 Cor. 10 : 1-2). Dieu avait ordonné aux Israélites de traverser la Mer Rouge et d'y pénétrer. Ils obéirent, et les eaux de la Mer formaient comme un mur de part et d'autre. Ils passèrent à sec, au milieu de l'eau qui s'était partagée, dans un acte qui ressemble à un baptême d'eau. Cet événement remarquable les sépara de leur ancienne vie en Egypte, et ils commencèrent une nouvelle vie, en route vers la terre de la promesse. La Bible nous montre clairement que le baptême d'eau se pratiquait par immersion.

Après mon expérience de la nouvelle naissance, je me joignis à un groupe de Chrétiens engagés et consacrés. Quand je leur fis part de mon désir d'être baptisé, ils furent aussitôt d'accord, et préparèrent un service de baptême spécial pour cette occasion. Ayant obéi au Seigneur, je fus rempli d'une joie indicible. Mon expérience chrétienne fut chargée d'un nouveau zèle et d'une nouvelle vision.

Avez-vous été baptisé ?

Je recommande à tout Chrétien nouvellement converti de considérer sérieusement l'ordre donné par le Seigneur, concernant le baptême d'eau :

"Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde" (Matthieu 28 : 19-20).

Finalement, Jésus lance un défi à tous les Chrétiens :

"Si vous m'aimez, gardez mes commandements" (Jean 14 : 15).

Prouvez donc votre amour pour Jésus-Christ, et faites-vous baptiser, selon l'ordre du Seigneur !

Chapitre 5 : Comment recevoir le baptême du Saint-Esprit.

Trois mois après l'expérience de ma nouvelle naissance, j'ai reçu une convocation pour rejoindre l'Armée de l'Air. Je devais effectuer vingt-deux mois de service militaire. Ma première nuit dans le dortoir de la caserne fut une véritable épreuve pour ma toute récente foi en Jésus. Toutefois, le Seigneur me soutint, et je pus vaincre mes craintes, tout en reconnaissant mon besoin permanent de l'onction, de la puissance et de la force du Seigneur.

Alors que je cherchais la réponse à mon problème, le Saint-Esprit attira mon attention sur le Livre des Actes. Je compris de quelle manière Dieu avait revêtu les disciples de puissance, au cours d'une extraordinaire visitation du Saint-Esprit. Parmi les disciples qui attendaient à Jérusalem, le jour de la Pentecôte, figurait l'apôtre Pierre, qui avait nié connaître Jésus par trois fois. Il y avait aussi Thomas, qui s'était fait remarquer pour son incrédulité et son manque de foi. Il y avait aussi les deux fils de Zébédée, auxquels Jésus avait reproché de vouloir faire descendre le feu du ciel pour consumer ceux qui s'étaient opposés à eux. C'est à de tels disciples, avec toutes leurs faiblesses et tous leurs manquements, que Jésus avait promis de faire descendre sur eux la puissance du Saint-Esprit.

Un événement remarquable.

Selon le chapitre 2 des Actes, Dieu Se manifesta d'une manière sans précédent :

"Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d'eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer" (Actes 2 : 1-4).

Cette extraordinaire visitation du Saint-Esprit eut un impact puissant sur les disciples. Ils furent immergés dans la puissance de Dieu. Chargés de hardiesse divine, ils prêchèrent sans aucune crainte l'Evangile, avec courage et conviction. Leurs fautes et leurs manquements précédents avaient été complètement effacés par l'influence sanctifiante du Saint-Esprit.

En méditant sur cet événement, je sus que c'était la réponse à mon problème. Dès ce moment, je recherchai le Seigneur de tout mon cœur, pour être rempli et sanctifié par le Saint-Esprit. Trois semaines plus tard, tout seul dans ma chambre, je fus béni d'une manière inexprimable, lorsque Dieu, dans Sa grâce, me baptisa du Saint-Esprit. Mon être tout entier fut submergé par une gloire céleste. Des fleuves d'eau vive se déversèrent dans mon âme assoiffée. Des langues célestes s'exprimèrent par mes lèvres. Je fus littéralement saturé de la puissance de Dieu. A partir de cette visitation bénie, ma vie chrétienne fut complètement transformée.

Avez-vous reçu le Saint-Esprit ?

Cher lecteur, avez-vous été rempli du Saint-Esprit quand vous avez cru ?

Certains enseignent que vous êtes baptisés du Saint-Esprit à votre conversion, et qu'il ne s'agit pas d'une expérience distincte de celle de la nouvelle naissance. Mais lisez le chapitre 9 des Actes, et vous y découvrirez ce que dit la Bible à propos de l'expérience de l'apôtre Paul. Il ne fait pas de doute que Paul s'était converti à Jésus-Christ sur le chemin de Damas. Pourtant, ce n'est que trois jours plus tard qu'il reçut le Saint-Esprit, quand Ananias lui imposa les mains (Actes 9 : 17). Ce fut la même chose quand Philippe l'évangéliste alla prêcher l'Evangile à Samarie, avec des signes et des miracles pour le confirmer. Beaucoup se convertirent à Christ, et Philippe les baptisa. Il est certain que l'évangéliste avait été convaincu qu'ils s'étaient réellement convertis, avant de les baptiser. Pourtant, peu après, Philippe demanda à Pierre et à Jean de venir à Samarie, pour qu'ils prient afin que les Samaritains reçoivent le Saint-Esprit. Ils reçurent le baptême du Saint-Esprit, et ce fut une expérience distincte de celle de leur nouvelle naissance (Actes 8 : 17).

Jésus-Christ reçoit le Saint-Esprit.

Le Seigneur Jésus a reçu le Saint-Esprit après Son baptême dans le Jourdain. Les cieux s'ouvrirent, et le Saint-Esprit descendit sur Lui sous la forme d'une magnifique colombe céleste. Revêtu de la puissance d'En Haut, Jésus commença alors Son ministère de prédication et de guérison. A cette époque, le Seigneur avait environ trente ans (Luc 3 : 21-23).

Nous passons par la nouvelle naissance lorsque le Saint-Esprit vient nous "couvrir" et implanter en nous la semence incorruptible de la vie de Christ. Avant cette expérience miraculeuse, le Saint-Esprit nous convainc de péché. Quand nous nous repentons sincèrement, Il nous guide à notre Sauveur, Jésus-Christ. A notre conversion, nous recevons la nature de Christ, la vie de Christ en nous.

C'est ce que Paul explique quand il écrit :

"Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas" (Romains 8 : 9). Voir aussi 1 Pierre 1 : 11.

Paul parle ici clairement de l'Esprit de Christ, c'est-à-dire de la nature et de la vie de Christ, en tant que Personne distincte de la Personne du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit est la Troisième Personne de Dieu. Il est une Personne, et pas simplement une influence, ou quelque être spirituel abstrait. A la nouvelle naissance, nous recevons la vie de Christ. Cette visitation divine nous permet de devenir semblables à Jésus. Quand nous recevons le baptême du Saint-Esprit, nous recevons une puissance, qui nous donne l'équipement divin dont nous avons besoin pour notre ministère et le service que nous devons accomplir, ainsi que pour notre vie personnelle.

Cher lecteur, avez-vous reçu Christ ? Avez-vous aussi reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ?

C'est cette même question que l'apôtre Paul avait posée aux disciples d'Ephèse :

"Pendant qu'Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l'Asie, arriva à Ephèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit : Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? Ils lui répondirent : Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint-Esprit" (Actes 19 : 1-2).

Notez soigneusement la question de Paul : "Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ?" En d'autres termes, les disciples d'Ephèse avaient réellement cru en Jésus, mais ils n'avaient pas encore reçu le Saint-Esprit.

"Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. Ils étaient en tout environ douze hommes" (Actes 19 : 6-7).

Les disciples d'Ephèse reçurent le Saint-Esprit, en tant qu'expérience séparée et distincte de leur conversion et de leur nouvelle naissance.

La preuve divine.

Il est également intéressant de remarquer quelle était la preuve divine du fait qu'ils avaient reçu le Saint-Esprit. Le jour de la Pentecôte, les disciples "furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer" (Actes 2 : 4).

Lorsque Corneille et les membres de sa famille furent remplis du Saint-Esprit, suite à la prédication de l'apôtre Pierre, "ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu" (Actes 10 : 46).

Les disciples d'Ephèse se mirent aussi à "parler en langues et à prophétiser" (Actes 19 : 6).

Lorsque Pierre et Jean répondirent à l'appel de Philippe, et virent imposer les mains aux Chrétiens de Samarie, pour qu'ils reçoivent le Saint-Esprit, on peut penser que ces derniers se mirent aussi à parler en langues et à prophétiser, car Simon fut intrigué par les manifestations surnaturelles dont il fut témoin (Actes 8 : 16-18).

Pourquoi donc penser que le Saint-Esprit devrait agir différemment aujourd'hui ? Le Saint-Esprit continue toujours à convaincre de péché, à guider les Chrétiens sincères, et à conférer Sa puissance aux Chrétiens faibles.

Nous pouvons donc nous attendre à voir aujourd'hui les mêmes manifestations que celles qui sont rapportées dans les Ecritures. Comment pouvons-nous oser limiter le ministère du Saint-Esprit, par nos théories étriquées et nos idées traditionnelles ? Si ces choses étaient possibles au temps des apôtres, elles sont toujours possibles aujourd'hui !

Des millions de Chrétiens, dans le monde entier, ont expérimenté les mêmes manifestations spirituelles que celles qui sont décrites dans le Livre des Actes. Ce sont les manifestations du Saint-Esprit. Un nombre incalculable de Chrétiens sincères et remplis du Saint-Esprit ont parlé en langues et prophétisé. La promesse divine annoncée par l'apôtre Pierre, le jour de la Pentecôte, est certainement toujours valable pour les Chrétiens de cette génération !

"Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera" (Actes 2 : 39).

Chapitre 6 : Transformés à Son image.

Dans un langage simple, que signifie "être transformé à l'image de Dieu ?" Comment pouvons-nous analyser le processus qui fait de nous des enfants de Dieu ? Quels signes doivent le prouver ?

Les Saintes Ecritures nous donnent la réponse à ces questions intéressantes. La nature et le caractère de Jésus sont décrits au chapitre 5 de l'épître aux Galates. La Bible appelle cela le "fruit de l'Esprit."

"Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n'est pas contre ces choses" (Galates 5 : 22-23).

En étudiant la nature parfaite de Jésus, nous découvrons qu'Il a manifesté ces neuf aspects du fruit de l'Esprit.

L'amour.

L'amour est un aspect essentiel de la nature divine. Cet amour s'est parfaitement manifesté dans la vie de Christ. Jésus était ému de compassion quand Il voyait les multitudes, et Il guérissait leurs malades (Matthieu 14 : 14). Notre Seigneur a pleuré de compassion devant la tombe de Lazare(Jean 11 : 35). Jésus a tant aimé le monde qu'Il a volontairement accepté de donner Sa vie pour nous offrir le salut :

"Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis" (Jean 15 : 13). Lisez aussi 1 Corinthiens 13.

La joie.

Jésus a continuellement éprouvé cette joie divine, en face des persécutions, de la crucifixion et de la mort :

"… ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu" (Hébreux 12 : 2).

Jésus mettait toute Sa joie à faire la volonté de Son, Père. Avant d'aller à Gethsémané, notre Seigneur chanta des cantiques avec Ses disciples (Matthieu 26 : 30).

La paix.

Christ est le Prince de la paix. Jésus a partagé cette paix avec Ses disciples :

"Je vous donne ma paix" (Jean 14 : 27).

Sur les eaux agitées du lac de Galilée, Jésus a ordonné : "Silence ! Tais-toi ! (mot à mot : La paix !) Et le vent cessa, et il y eut un grand calme." (Marc 4 : 39). La tempête cessa. Quand Jésus apparut soudain à Ses disciples, après Sa résurrection, Il leur dit : "Je vous donne ma paix" (Jean 14 : 27). Il calma ainsi leurs craintes. Jésus donnait toujours la paix aux âmes troublées, aux cœurs remplis de crainte et aux esprits perturbés.

La patience.

"Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance" (2 Pierre 3 : 9).

La patience du Seigneur est persévérante ! Il peut patienter pendant des années pour toucher de Son salut une âme perdue. Ne cessons jamais de prier pour le salut ou la restauration de ceux que nous aimons, même s'ils se sont très éloignés du Seigneur.

La bonté.

Un petit enfant, sur les genoux de sa mère, pourrait faire cette prière :

Doux et bon Jésus,
Je suis un petit enfant,
Réponds à ma simplicité,
Aide-moi, Seigneur, à venir à Toi !

L'apôtre Paul rappelle à l'église de Corinthe "la douceur et la bonté de Christ" (2 Cor. 10 : 1). Le Roi David rend témoignage qu'il "devient grand" par la bonté du Seigneur (Psaume 18 : 35). La bonté est une vertu divine, caractéristique du Dieu puissant qui a créé l'univers. L'humilité et la douceur vont de pair avec la bonté.

La bénignité (ou la bienveillance).

Dieu est bon ! Il est bienveillant !

"Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie, et j'habiterai dans la maison de l'Eternel jusqu'à la fin de mes jours" (Psaume 23 : 6).

"La bonté (la bienveillance) de l'Eternel remplit la terre" (Psaume 33 : 5).

"La bonté (la bienveillance) de Dieu subsiste toujours" (Psaume 52 : 1).

C'est la bienveillance de Dieu qui nous conduit à la repentance ! Vraiment, Dieu est un Dieu bon et bienveillant !

La fidélité (ou la foi).

C'est Jésus qui donne la foi, et qui la perfectionne.

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie" (Ephésiens 2 : 8-9).

Paul vivait par la foi de Jésus-Christ (Galates 2 : 20). Les disciples de Jésus Lui ont ardemment demandé : "Augmente notre foi !" (Luc 17 : 5).

La douceur.

La douceur suggère la modestie, la déférence, l'humilité de l'esprit et de l'intelligence. La douceur de Christ se manifeste clairement dans Sa soumission parfaite à la volonté de Son Père. C'est aussi pour cela que le Seigneur a sévèrement condamné toute hypocrisie religieuse.

La tempérance.

La tempérance signifie la modération, le contrôle de soi et l'abstinence. Jésus donna toujours un exemple parfait de contrôle de Soi. Il était constamment en butte aux persécutions et aux fausses accusations, mais Il a toujours refusé de S'emporter et de perdre le contrôle de Soi. Il aurait pu invoquer des légions d'anges pour Le secourir, mais Il choisit d'être comme un agneau que l'on conduit à l'abattoir, sans ouvrir la bouche.

Ces neuf aspects du fruit de l'Esprit décrivent la parfaite nature de Jésus. Nous héritons de cette nature quand nous demeurons en Christ. De même que le sarment qui reste attaché au cep produit beaucoup de fruit. Nous devons être connus pour les fruits que nous portons. Notre vie doit constamment rayonner du fruit de l'Esprit.

Méditez dans la prière sur ces aspects du fruit de l'Esprit.

Considérez sérieusement quel est leur potentiel dans votre vie ! Réfléchissez à la manière dont vous pourrez développer en vous ces vertus.

Si la manifestation de certains de ces aspects du fruit de l'Esprit laisse à désirer dans votre vie, demandez au Seigneur qu'Il perfectionne en vous les vertus qui manquent encore de substance.

Soyez déterminé à permettre le parfait développement de tout le fruit de l'Esprit dans votre vie.

Si vous demeurez continuellement en Christ, le Saint-Esprit vous assistera, et vous permettra d'atteindre une pleine maturité.

Nous sommes appelés à être des fils et des filles de Dieu parvenus à la perfection, qui reflètent parfaitement l'image du Seigneur.

Chapitre 7 : Le ministère des dons spirituels.

De même que les neuf aspects du fruit de l'Esprit constituent la nature et le caractère divins de Jésus, ainsi, les neuf dons de l'Esprit constituent Son divin ministère. Ces dons du Saint-Esprit sont décrits au chapitre 12 de la première épître aux Corinthiens :

"Il y a diversité de dons, mais le même Esprit ; diversité de ministères, mais le même Seigneur ; diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. En effet, à l'un est donnée par l'Esprit une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ; à un autre, la foi, par le même Esprit ; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit ; à un autre, le don d'opérer des miracles ; à un autre, la prophétie ; à un autre, le discernement des esprits ; à un autre, la diversité des langues ; à un autre, l'interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut" (1 Cor. 12 : 4-11).

Ces neuf dons de l'Esprit furent tous manifestés dans le ministère incomparable de Christ.

Parole de sagesse.

La sagesse de Jésus surprenait beaucoup de ceux qui L'écoutaient prêcher et enseigner le peuple.

"Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes" (Matthieu 7 : 28-29).

L'apôtre Paul a écrit de Christ qu'Il était "la puissance de Dieu et la sagesse de Dieu" (1 Cor. 1 : 24). "Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science" (Colossiens 2 : 2-3).

Quand les huissiers des principaux sacrificateurs décidèrent de ne pas arrêter Jésus, voici quelle fut leur excuse : "Personne n'a jamais parlé comme cet homme" (Jean 7 : 46).

Matthieu relate un exemple classique de parole de sagesse. Les Pharisiens, qui cherchaient à prendre Jésus en faute, Lui demandèrent : "Dis-nous donc ce qu'il t'en semble : est-il permis, ou non, de payer le tribut à César ?" (Matthieu 22 : 17).

"Jésus, connaissant leur méchanceté, répondit : Pourquoi me tentez-vous, hypocrites ? Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie le tribut. Et ils lui présentèrent un denier. Il leur demanda : De qui sont cette effigie et cette inscription ? De César, lui répondirent-ils. Alors il leur dit : Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Etonnés de ce qu'ils entendaient, ils le quittèrent, et s'en allèrent" (versets 18 à 22).

Parole de connaissance.

Jésus manifesta également le don de la parole de connaissance. Jean raconte ceci : "Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui : Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude. D'où me connais-tu ? lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit : Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu" (Jean 1 : 47-48).

La connaissance du caractère de Nathanaël fut donnée à Jésus par une révélation divine, et déclarée selon la vérité. A une autre occasion, très particulière, notre Seigneur ordonna à deux de Ses disciples de se rendre à Jérusalem pour préparer la Pâque.

Jésus leur donna des indications très précises. Il leur dit qu'un homme portant une cruche les guiderait jusqu'au lieu précis où ils devraient préparer le repas. Tout se passa exactement comme l'avait décrit Jésus.

La foi.

En ce qui concerne la foi, personne n'a jamais pu être égalé à Jésus. Sa parfaite confiance en Son Père était incontestable. Il n'est pas étonnant que Ses disciples Lui aient demandé d'augmenter leur foi.

Je me rappelle m'être trouvé devant une situation impossible, au cours de l'une de mes croisades en Inde. Ma foi chancela, et j'invoquai le Seigneur pour qu'Il me donne plus de foi. Le Saint-Esprit me rappela Galates 2 : 20 : "J'ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, (le texte grec dit : dans la foi du Fils de Dieu), qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi." A partir de ce moment-là, je sus que je pouvais avoir accès à la foi du Fils de Dieu.

Le don des guérisons.

Jésus allait partout, guérissant toute maladie et toute infirmité. Il est clair qu'Il a manifesté le don des guérisons. Car Jésus-Christ est Lui-même le divin Médecin. Selon, Hébreux 13 : 8, Jésus-Christ est le même, hier, aujourd'hui et éternellement. Son ministère de guérison nous est toujours disponible aujourd'hui, et Il continue à nous transmettre la guérison au moyen du don des guérisons. Le fait que ce don soit un don des guérisons, au pluriel, suggère qu'il y une diversité d'opérations du Saint-Esprit pour nous transmettre la guérison, que ce soit dans notre esprit, notre âme ou notre corps.

Le don d'opérer des miracles.

De grandes foules suivaient Jésus, quand elles voyaient les miracles qu'Il faisait. Le premier miracle qu'Il accomplit se passa à Cana, quand Il changea l'eau en vin. Son miracle le plus extraordinaire fur probablement la résurrection de Lazare de Béthanie, quatre jours après sa mort. J'ai personnellement assisté à de nombreux miracles accomplis par Jésus, au cours de mes cinquante années de ministère missionnaire.

La prophétie.

Jésus-Christ connaissait parfaitement l'avenir. C'est irréfutable. Dans Matthieu 24, Il décrit d'une manière détaillée la destruction future de Jérusalem. Cette prophétie est un modèle de prédiction divine ! Cet événement n'allait se produire que 37 ans plus tard, mais Jésus a annoncé des détails précis, qui se sont réalisés à la lettre.

Jésus avait aussi annoncé d'une manière précise Ses souffrances futures et Sa crucifixion.

"Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis" (Jean 10 : 11).

"Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis" (Jean 10 : 14-15).

"Jésus prit les douze auprès de lui, et leur dit : Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l'homme s'accomplira. Car il sera livré aux païens ; on se moquera de lui, on l'outragera, on crachera sur lui, et, après l'avoir battu de verges, on le fera mourir; et le troisième jour il ressuscitera" (Luc 18 : 31-33).

De nombreux prophètes loyaux et fidèles étaient apparus tout au long de l'Ancien Testament, mais Jésus les surpassa tous infiniment.

Le discernement des esprits.

Notre Seigneur possédait aussi la capacité de discerner les esprits. C'est un facteur essentiel lorsqu'il s'agit de chasser des démons.

La diversité des langues et l'interprétation des langues.

Le Nouveau Testament nous montre aussi, avec suffisamment d'évidence, que Jésus pouvait parler et comprendre des langues comme le Grec, l'Hébreu ou l'Araméen. Il est très probable, en raison de Sa divinité, qu'Il pouvait aussi comprendre et interpréter toutes les langues. Quand le Saint-Esprit tomba sur les disciples, le jour de la Pentecôte, ils purent tous parler en d'autres langues et magnifier Dieu (Actes 2).

De nombreuses années après la Pentecôte, l'apôtre Paul consacra tout un chapitre de sa première épître aux Corinthiens pour les enseigner sur les dons spirituels, en particulier sur les dons des langues, de l'interprétation des langues et de la prophétie. Etudiez soigneusement le chapitre 14 de cette épître, en notant comment toutes choses doivent se faire avec ordre et décence. Paul ajouta aussi :

"… et n'empêchez pas de parler en langues" (1 Cor. 14 : 39).

"Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous" (1 Cor. 14 : 18).

Paul n'était pas présent le jour de la Pentecôte. Mais il reçut ses dons spirituels plus tard.

Si l'on laisse agir en nous en permanence le Saint-Esprit, Il pourra produire en nous à la fois le fruit et les dons de l'Esprit. Si nous sommes constamment remplis du Saint-Esprit, nous pourrons faire face à n'importe quelle situation avec une confiance qui nous viendra du Seigneur. Le fruit et les dons de l'Esprit sont les manifestations extérieures de la présence en nous du Saint-Esprit. Ayons soif du Seigneur, et désirons de tout notre cœur rester remplis du Saint-Esprit du Dieu vivant, et être conduits par Lui !