Il faut savoir à qui a profité le crime !

Traduit de l'américain et publié sur le site de "Le Grand Soir" le 26 février 2006.
http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=3342

Article traduit par Henri Viaud-Murat, publié autrefois sur le site Internet paroledevie.org (site fermé depuis Août 2007).

Note de Parole de Vie : La preuve formelle est à présent faite : l'administration Bush était parfaitement au courant des attentats du 11 Septembre, et elle a laissé faire. Pour notre part, connaissant l'implication de George W. Bush dans le Nouvel Ordre Mondial, nous sommes convaincus que ces attentats, comme tant d'autres, ont été délibérément planifiés par les dirigeants de ce Nouvel Ordre Mondial pour préparer la manifestation de l'Antichrist. Il est facile de savoir à qui a profité le crime !

Chronologie des événements liés au 11 Septembre : Si la C.I.A. et le gouvernement américain n’étaient pas impliqués dans les attentats, alors que faisaient-ils ?[Données étoffées et révisées le 20 août 2002 : les preuves d’une connaissance par avance, voire d’une complicité, de la part de l’Administration Bush dans les préparatifs des attentats du 11 septembre sont maintenant irréfutables.]

Le 31 octobre 2001, Le Figaro lance une bombe. En juillet dernier, Oussama ben Laden rencontre un haut fonctionnaire de la C.I.A., vraisemblablement le Chef de Station local. Il se trouvait alors à l’hôpital américain de Dubaï où il était traité pour une infection chronique des reins. La réunion a eu lieu à l’hôpital, dans la suite privée de Ben Laden, alors même qu’il était censé être un fugitif recherché pour les attentats contre deux ambassades américaines et pour l’attaque menée l’année dernière contre le navire de guerre USS Cole. Ben Laden était également menacé d’exécution selon un rapport de renseignement datant de l’année 2000, diffusé par le Président Bill Clinton avant qu’il ne quitte la présidence en janvier. Cependant, le 14 juillet 2001, on lui aurait permis de quitter Dubaï dans un avion privé et aucun avion de l’US Navy n’était là pour l’intercepter.

Les choses empirent et de beaucoup. Une chronologie plus complète des événements cruciaux avant et après les attaques suicides du 11 septembre, dont Ben Laden a été accusé, prouve que la C.I.A. en avait connaissance par avance. Elle suggère même la possibilité d’une complicité criminelle de la part du gouvernement américain dans l’exécution de ces attaques. Cette chronologie démontre aussi que certains événements postérieurs au 11 Septembre répondent à une volonté qui n’a rien à voir avec les attentats.

A mesure que les révélations sur les informations dont disposait par avance l’Administration Bush au sujet des attaques passe du silence au compte-goutte puis au déluge, il ne s’agit plus seulement de divulguer des informations, il s’agit maintenant d’empêcher les médias et le public de nier la réalité sous prétexte de répondre à la peur de l’anormal. Nombreux sont ceux qui savaient déjà que l’anormal est devenu norme, ce n’est que plus clair encore depuis que le premier avion a heurté le World Trade Center. Et au vu de ce que l’on sait maintenant, les choses ne seront pas résolues par une simple commission d’enquête, au prix de budgets exorbitants, par quelques renvois ou même par une procédure de mise en accusation du Président. Ce dont l’Amérique a besoin, et également le système économique mondial, ce n’est pas d’une simple réparation mais d’une transformation radicale.

1. 1991-1997 - Les principales compagnies pétrolières américaines, parmi lesquelles ExxonMobil, Texaco, Unocal, BP Amoco, Shell et Enron, investissent directement des milliards de dollars cash pour corrompre les hauts fonctionnaires de l’Etat du Kazakhstan et s’assurer une part des énormes réserves pétrolières de cette région. Elles s’engagent à investir directement au Kazakhstan près de 35 milliards de $. Refusant de payer des droits exorbitants pour l’utilisation des pipelines russes, ces compagnies n’ont aucun moyen de rentrer dans leur fonds.?[Source : "The Price of Oil" de Seymour Hersh, the New-Yorker, le 9 juillet 2001 - Asia Times, "The Roving Eye Part I", le 26 janvier 2002].

2. Janvier 1995 - La police des Philippines, en enquêtant sur un possible attentat contre le Pape, découvre l’existence d’une Opération "Bojinka" qui serait liée au terroriste Ramsi Youssef et au World Trade Center (WTC). Cette opération semble consister à jeter des avions de ligne détournés sur des cibles civiles. Des détails du plan seront révélés au procès de Youssef Ramzi, en 1997, après l’attentat à la bombe perpétré contre le WTC en 1993. [Source : Agence France-Presse, le 7 décembre 2001].

3. Le 4 décembre 1997 - Des représentants Talibans sont invités au quartier général texan d’Unocal pour négocier un accord concernant le projet d’oléoduc trans-Afghan. Des rapports indiqueront par la suite que les négociations ont échoué, soi-disant parce que les Talibans demandaient trop d’argent. [Source : B.B.C., le 4 décembre 1997].

4. Le 12 février 1998 - Le Vice-président d’Unocal, John J. Maresca - qui deviendra ambassadeur spécial en Afghanistan - témoigne devant le Congrès que tant qu’il n’y aura pas un gouvernement unifié en Afghanistan, il ne sera pas possible de construire un pipeline permettant de tirer profit du pétrole. [Source : Témoignage devant le Comité des Relations Internationales du Congrès].

5. Août 1998 - Après les attaques aux missiles de croisière menées par les Américains contre des cibles d’Al Qaeda en Afghanistan, pour répondre aux attentats contre deux ambassades américaines en Afrique, Unocal se retire officiellement du projet de gazoduc trans-Afghan CentGas. [Sources diverses, Unocal].

6. 1998 - La C.I.A. ignore les avertissements de son agent en poste à Riyad Robert Baer, qui signale que l’Arabie Saoudite hébergerait une cellule d’Al Qaeda dirigée par deux terroristes connus. En août 2001, Robert Baer propose aux Saoudiens une liste plus détaillée de terroristes également connus, mais ceux-ci la refusent. [Source : "Financial Times" le 21 janvier 2001 : "See No Evil" par Robert Baer (date de publication : février 2002)].

7. Avril 1999 - Enron investit 3 milliards de $ pour construire une centrale électrique à Dabhol, en Inde, mais perd l’accès aux abondantes réserves de gaz naturel du Qatar prévues pour servir de carburant à la centrale. Sa seule option pour que l’investissement reste profitable est un gazoduc trans-Afghan qui doit être construit par Unocal depuis le Turkménistan et qui aboutirait près de la frontière indienne, dans la ville de Multan. [Source : The Albion Monitor, le 28 février 2002].

8. 1998 et 2000 - L’ancien Président George H.W. Bush se rend en Arabie Saoudite en tant qu’émissaire de la société Carlyle, le 11e plus grand fabricant d’armes américain. Il rencontre en privé la famille royale Saoudienne et la famille Ben Laden. [Source : "Wall Street Journal", le 27 septembre 2001. Voir aussi FTW, Vol. IV, No 7 - "Les meilleurs ennemis que l’on puisse se payer"
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/carlyle.html ].

9. Mars 2000 - Un agent du FBI, prétendument énervé par un mauvais fonctionnement du logiciel Carnivore, qui aurait mélangé du courrier électronique anodin avec un autre en provenance d’Al Qaeda, détruit, à la base du FBI de Denver, toutes les communications des complices de Ben Laden interceptées dans le cadre d’une enquête antiterroriste. [Source : "Washington Post", Le 29 mai 2002].

10. 2000 (estim.) - Le FBI refuse de révéler la date d’une note interne révélant qu’un pays du Moyen-Orient a tenté d’acheter un simulateur de vol. [Source : Los Angeles Times, Le 30 mai 2002].

11. Août 2000 - Suivant des transcriptions obtenues par le Los Angeles Times, des agents soupçonnés d’appartenir à Al Qaeda, mis sur écoute par la police italienne, ont fait référence à de vastes projets d’attaques contre des aéroports, des avions et contre les Etats-Unis. Le Times suggère que l’information n’aurait pas été transmise aux autorités américaines (difficile à croire), mais le journal rapporte que les autorités italiennes se sont refusées à tout commentaire. Le Times note aussi que "les experts anti-terroristes italiens et américains coopèrent étroitement" [Source : Los Angeles Times, Le 29 mai 2002].

12. 24-26 octobre 2000 - Des officiers supérieurs du Pentagone se livrent à un exercice "détaillé" de secours sur le thème de la chute d’un avion de ligne détourné sur le Pentagone. [Source : The Mirror, Le 24 mai 2002].

13. Janvier 2001 - l’Administration Bush suspend les enquêtes du FBI et d’autres agences de renseignement sur la famille Ben Laden, y compris sur deux proches parents d’Oussama Ben Laden (Abdullah et Omar) qui vivent alors à Falls Church, Va., tout prés du quartier général de la C.I.A. Ces directives suivent des ordres datant de 1996 qui avaient déjà contrecarré les débuts d’enquête sur la famille de Ben Laden. [Source : B.B.C. Newsnight, Correspondant Greg Palast, le 7 novembre 2001].

14. Le 13 février 2001 - Richard Sale, le correspondant pour les affaires de terrorisme d’UPI - alors qu’il couvre le procès des membres du réseau Al Qaeda de Ben Laden - rapporte que la National Security Agency a réussi à décoder les communications de Ben Laden. Même si cela implique que Ben Laden a changé de codage en février, c’est en contradiction avec l’affirmation par le gouvernement américain que ces attaques avaient été planifiées - en secret - depuis des années.

15. Mai 2001 - Le Ministre des Affaires Etrangères Colin Powell donne une aide de 43 millions de $ au régime Taliban, prétendument pour les fermiers affamés après la destruction des cultures d’opium en janvier, sur les ordres des Talibans. [Source : Los Angeles Times, Le 22 mai 2001].

16. Mai 2001 - Le secrétaire d’Etat adjoint Richard Armitage, vétéran des services secrets et ancien commando de marine, entame une tournée officielle en Inde, tandis que le Directeur de la C.I.A. George Tenet rend visite officieusement au général Pervez Musharraf, Président du Pakistan. Armitage a des rapports étroits et de longue date avec les services de renseignements pakistanais. Il est raisonnable de supposer qu’à Islamabad, Tenet, à l’occasion de ce qui a été décrit comme "une réunion exceptionnellement longue", a aussi rencontré son homologue pakistanais, le lieutenant général Mahmud Ahmad, chef de l’ISI, les services de renseignement pakistanais. [Source : agence de presse SAPRA indienne, Le 22 mai 2001].

17. Juin 2001 - Les services de renseignements allemands, le BND, avertissent la C.I.A. et Israël que des terroristes du Moyen-Orient "projettent de détourner des avions commerciaux et de les employer comme armes pour attaquer des symboles importants de la culture américaine et israélienne." [Source : Frankfurter Allgemeine Zeitung, le 14 septembre 2001 ; voir aussi
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/f_a_?zeitung_story.html ].

18. Juillet 2001 - Des agents du FBI en Arizona rédigent un rapport dans lequel ils mentionnent leurs soupçons concernant un groupe de personnes du Moyen-Orient qui tentent de prendre des leçons de vol à Phœnix. Leur rapport mentionne spécifiquement Oussama Ben Laden et met en garde contre la possibilité d’actes terroristes. [Source : "New York Times", Le 14 mai 2002].

19. Eté 2001 - Le Conseil de Sécurité Nationale (NSC) convoque un groupe de travail au sujet de Dabhol [NdT : projet de centrale électrique implantée en Inde par Enron], un fait révélé par une série de courriers électroniques émanant du gouvernement et obtenus par le "Washington Post" et le New York "Daily News". [Source : The Albion Monitor, le 28 février 2002].

20. Eté 2001 - Dans un article paru le 26 septembre dans le journal britannique The Guardian, David Leigh, un correspondant, annonce qu’un fonctionnaire du Pentagone, le docteur Jeffrey Starr, a visité le Tadjikistan en janvier. Felicity Lawrence, du Guardian, a établi que des Rangers américains entraînaient aussi des forces spéciales au Kirghizstan. Des informations non confirmées mentionnent que des forces spéciales Uzbek et Tadjik seraient également entraînées en Alaska et au Montana.

21. Eté 2001 (est.) - Le général pakistanais Ahmad, chef de l’ISI (voir ci-dessus), demande à un assistant d’effectuer un virement bancaire de 100,000 $ en faveur de Mohammed Atta qui était, selon le FBI, le chef de l’équipe responsable des détournements d’avions suicide. Ahmad a démissionné depuis cette révélation en Inde, confirmé par le FBI. L’individu qui a effectué le virement bancaire à la demande d’Ahmad est Ahmad Omar Sheik, le principal suspect dans l’enlèvement et le meurtre de Daniel Pearl, reporter du "Wall Street Journal". [Source : The Times of India, octobre 11 2001].

22. Eté 2001 - Newswire online.ie rapporte le 14 septembre qu’un Iranien a téléphoné a la police américaine pour prévenir d’une attaque imminente contre le WTC la semaine du 9 septembre. La police allemande confirme les appels, mais déclare que les Services secrets américains ne fourniraient pas d’informations supplémentaires.
[Sources :http://www.online.ie/news/viewer.adp?Article=1512332.html http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/online_ie_story.html ].

23. Eté 2001 - Les services de renseignements jordaniens, le GID, interceptent des communications jugées si importantes que les agents du Roi Abdallah les transmettent à Washington, probablement par la voie de la station de la C.I.A. à Amman. Pour être sûr que le message soit bien transmis, il est également relayé à un agent des services de renseignements allemands par le biais d’un intermédiaire arabe. Le message révèle qu'une attaque majeure est projetée à l’intérieur des Etats-Unis et qu'un ou plusieurs avions seront utilisés. Le nom de code de l’opération est "le Grand Mariage." Quand cette information devient embarrassante pour l’administration Bush et ses supporters au Congrès (ceux-ci ont d’abord nié avoir reçu un tel avertissement avant le 11 septembre), de hauts fonctionnaires jordaniens se sont rétractés. Cette affaire a été confirmée par le journaliste d’ABC John K. Cooley. [Source : International Herald Tribune (IHT), Le 21 mai 2002].

24. Eté 2001 (est). - L’Agence de Sécurité Nationale [NSA] intercepte des conversations téléphoniques entre l’adjoint de Ben Laden, Khalid Shaikh Mohammed, et Mohammed Atta, mais ne retransmet pas ces informations aux autres agences fédérales. [Source : Jonathan Landay, Knight Ridder, journaux, le 6 juin 2002].

25. Le 26 juin 2001 - Le magazine indiareacts.com déclare que "l’Inde et l’Iran collaboreront aux plans américains et russes pour "une opération militaire limitée" contre les Talibans." L’article indique que les combats seront menés par des troupes américaines et russes avec l’aide du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan. [Source : indiareacts.com, le 26 juin 2001].

26. Eté 2001 - Les services de renseignements russes signalent à la C.I.A. que 25 terroristes ont reçu une formation de pilotage spécifiquement pour des missions de détournement d’avions de ligne. L’annonce parue dans la presse russe est traduite pour FTW par un officier de la C.I.A. retraité. (Note : l’article, actuellement sur le site Web de Izvestia, a été tronqué depuis et il en manque un paragraphe clef.) [Source : Izvestia, le 12 septembre 2001,
http://www.fromthewilderness.com/free/?ww3/izvestia_story_pic.html ].

27.  4-14 juillet 2001 - Oussama Ben Laden est soigné pour sa maladie de reins à l’hôpital américain de Dubaï et il rencontre un fonctionnaire de la C.I.A., qui retourne au quartier général de la C.I.A. le 15 juillet. [Source : Figaro, le 31 octobre 2001].

28. Le 15 juillet 2001 - Les membres du G8, réunis à Gênes en l’Italie, discutent des Talibans, des pipelines et de la capture d’Oussama Ben Laden. Selon l’Ambassadeur pakistanais Naiz Naik, la délégation américaine, conduite par l’ancien Ambassadeur de Clinton au Pakistan Tom Simmons a prévenu "d’une option militaire" si les Talibans ne changeaient pas de position. [Source : Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquie, "Ben Laden : La Vérité Interdite," pp 76-77 avec l’aide du prof. Peter Dale Scott].

29. Juillet 2001 - Immédiatement après le sommet du G8, trois officiels américains, Tom Simmons (ancien ambassadeur américain au Pakistan), Karl Inderfurth (ancien Secrétaire d’Etat adjoint pour les affaires du Sud asiatique) et Lee Coldren (ancien conseiller au Département d’Etat pour le Sud asiatique), rencontrent des officiers de renseignements pakistanais et russes à Berlin et les préviennent que les Etats-Unis projettent une action militaire contre l’Afghanistan en octobre. Un livre français sorti en novembre, "Ben Landen - La Vérité Interdite," révèle que des représentants Talibans étaient souvent présents lors de ces réunions. Des journaux britanniques confirment que l’ISI pakistanaise a relayé les menaces aux Talibans. [Source : The Guardian,, le 22 septembre 2001 ; la B.B.C., le 18 septembre 2001 ; The Inter Press Service, le 16 novembre 2001 ; Alexander’s Gas and Oil Connections, le 21 février 2002].

30. Juillet 2001 - Durant le sommet du G8 en Italie, la défense anti-aérienne est en alerte autour de Gênes et l’espace aérien local est fermé aux vols commerciaux. Des fonctionnaires de la Sécurité italienne et égyptienne (le Président Hosni Moubarak compris), avaient averti les renseignements américains que des avions de ligne bourrés d’explosifs pourraient être employés pour attaquer le Président Bush. Des officiels américains déclarent que ces avertissements "ne sont pas fondés" (mais ne vont pas jusqu’à retirer les défenses antiaériennes.) [Source : Los Angeles Times, le 27 septembre 2001].

31. Le 26 juillet 2001 - CBS NEWS annonce que John Ashcroft a arrêté de voler sur des lignes aériennes commerciales du fait d’une réévaluation des menaces contre les vols commerciaux. Ashcroft déclare à la presse qu’il n’a aucune idée de ce qui a causé cette réévaluation.

32. Le 2 août 2001 - L’ambassadeur américain au Pakistan, Christine Rocca (un ancien officier de C.I.A.), rencontre à Islamabad un ambassadeur Taliban et exige l’extradition de Ben Laden. C’est la dernière réunion avérée sur ce sujet. [Source : Brisard et Dasquie, p 79 avec l’aide du prof. Peter Dale Scott].

33. Août 2001 - Le FBI arrête à Boston un militant islamique lié à Ben Laden. Des sources provenant des services de renseignement français confirment que l’homme est un membre clef du réseau de Ben Laden, et le FBI apprend qu’il a pris des leçons de vol. Au moment de son arrestation, l’homme est en possession d’informations techniques sur les avions Boeing et de manuels de vol. [Source : Reuters, le 13 septembre 2001].

34. Le 11 ou 12 août 2001, "Le lieutenant de Marines américain Delmart "Mike" Vreeland, emprisonné à Toronto pour accusations américaines de fraude, fait état de sa qualité d’officier de renseignement de l’US Navy et décrit en détail l’attaque imminente contre le WTC dans une lettre qu’il scelle et remet aux autorités canadiennes. [Source : The Toronto Star, le 23 octobre 2001 ; Comptes rendus d’audience de la cour d’appel de Toronto].

35. Août 2001 - Comme cela a été rapporté dans l’International Herald Tribune, un magazine français (dont le nom n’est pas communiqué) et un journal marocain annoncent simultanément qu’un agent marocain nommé Hassan Dabou avait infiltré Al Qaeda, au point de devenir proche de Ben Laden. Ce dernier aurait exprimé sa déception après l’échec de l’attentat de 1993 contre le World Trade Center. Dabou aurait été rappelé aux Etats-Unis suite à ce rapport, ce qui l’aurait empêché de rester en contact avec Al-Qaeda et de continuer à glaner des renseignements supplémentaires, qui auraient pu prévenir les attaques. Quoique non prouvées, ces informations n’ont suscité aucune réaction officielle. [International Herald Tribune, Le 21 mai 2002].

36. Août 2001 - Le Président russe Vladimir Poutine ordonne aux renseignements russes de mettre en garde le gouvernement américain sans ambiguïté quant à l’imminence d’attaques sur des aéroports et des bâtiments américains. [Source : MSNBC, interview avec Poutine, le 15 septembre 2001].

37. Août 2001 - Dans son ranch de Crawford, au Texas, le Président Bush reçoit des rapports de renseignement indiquant qu’Oussama Ben Laden pourrait projeter de détourner des avions de ligne commerciaux. [CBS NEWS ; CNN, Le 15 mai 2002].

38. Fin août 2001 - Le Prince Turki, chef pro-américain des services de renseignements saoudiens (connu également pour être proche de Ben Laden), est remplacé par son demi-frère, plus neutre, le Prince Nawwaf qui est un allié du Prince héritier Abdullah. [Source : Saudi Arabian Information Resource, le 31 août 2001 ; http://www.saudinf.com avec l’aide du Prof. Peter Dale Scott].

39. Août/septembre 2001 - L’indice du Dow Jones chute de presque 900 points dans les trois semaines qui précèdent l’attaque. Un crash boursier majeur est imminent.

40. Août/septembre 2001 - D’après une note détaillée de 13 pages écrite par l’agent du FBI Colleen Rowley de Minneapolis, le quartier général du FBI ignore des avertissements urgents et directs en provenance des services secrets français annonçant des attentats imminents. De plus, un Agent Spécial Superviseur (SSA) à Washington fait des efforts particuliers pour contrecarrer l’enquête du bureau de Minneapolis au sujet de Zacarias Moussaoui, allant jusqu’à réécrire une déclaration sous serment faite par Rowley pour obtenir un mandat afin de perquisitionner l’ordinateur portable de Moussaoui. La note de Rowley contient les termes "saboter délibérément", "bloquer", "intégrité", "omettre", "minimisé", "dissimulation", "représentation fallacieuse", "raisons politiques incorrectes", "contrecarrer délibérément", "saper délibérément", "supprimer" et "pas vraiment honnête." Ces termes ne décrivent pas tant la négligence que des décisions délibérées. Les agents de terrain du FBI réclament désespérément un soutien pour leur enquête, mais en vain. Un agent spécule que Ben Laden pourrait projeter de jeter des avions de ligne contre le WTC, tandis que Rowley note ironiquement que l’agent superviseur qui avait délibérément suspendu l’enquête a été promu après le 11 septembre. [Source : AP, le 21 mai 2002].

41. 3-10 septembre 2001 - MSNBC rapporte le 16 septembre qu’une semaine avant le 11 septembre, pendant une émission radio sur les Îles Caïman, un auditeur a prévenu d’une attaque imminente sur les Etats-Unis, qui serait perpétrée par Ben Laden.

42. Début septembre 2001 - Un document interne du FBI, basé sur des notes de terrain des agents du Minnesota, révèle que ceux-ci avaient enquêté puis interrogé "le 20e pirate de l’air," Zacarias Moussaoui. Les notes de terrain suggèrent que Moussaoui, qui avait pris des leçons de vol, pourrait vouloir jeter un avion de ligne contre le WTC. Il est intéressant de noter qu’un mandat demandé par ces agents, pour perquisitionner l’ordinateur portable de Moussaoui, leur a été refusé. Les renseignements français confirment au FBI que Moussaoui a bien des liens avec des groupes terroristes et qu’il se serait rendu en Afghanistan. Les agents n’avaient aucune connaissance du rapport Phœnix (voir paragraphe 18). Un article de presse rapporte que les agents étaient absolument convaincus que Moussaoui allait commettre quelque chose avec un avion." [Source : Newsweek, Le 20 mai 2002, par Michel Isikoff].

43. 1-10 septembre 2001 - Dans le cadre d’une opération militaire baptisée "Swift Sword," en préparation depuis quatre ans, 23.000 soldats britanniques sont dépêchés vers Oman. Les attentats causeront une hésitation dans leur déploiement, mais cette opération d’envergure se déroulera comme projetée. Dans le même temps, deux flottes de combat de la marine américaine prennent position dans le Golfe d’Arabie, tout près des côtes pakistanaises. Au même moment, environ 17.000 soldats américains rejoignent 23.000 soldats de L’OTAN déjà déployés en Egypte pour l’Opération "Bright Star." Toutes ces forces sont en place avant que le premier avion ne frappe le WTC. [Sources : The Guardian ; CNN ; Fox ; The Observer ;Professeur de droit international Francis Boyle, Université de l’Illinois].

44. Le 7 septembre 2001 - Jeb Bush, Gouverneur de Floride, (et frère du Président Bush) signe un décret d’état d’urgence pour deux ans (01-261) qui comprend de nouvelles dispositions plaçant la Garde nationale de Floride à disposition de la police et des services de secours en cas de catastrophes naturelles ou engendrées par des actes de terrorisme. [Source : listing sur site web des décrets du Gouverneur].

45. Les 6-7 septembre 2001 - Un total de 4.744 options d’achat à la baisse d’actions d’United Airlines, [spéculation sur la baisse des actions] sont achetés, contre seulement 396 options d’achat à la hausse (spéculation sur la hausse des actions). Il s’agit là d’une augmentation spectaculaire et anormale des ventes d’options d’achat à la baisse sur United Airlines. Un grand nombre en a été acheté à travers la Deutschebank/ A.B. Brown, une société dirigée jusqu’en 1998 par le directeur actuel de la C.I.A., A.B. "Buzzy" Krongard. [Source : The Herzlia International Policy Institute for Counterterrorism (ICT), le 21 septembre 2001 (Note : l’article sur l’éventuel délit d’initié commis par les terroristes est paru huit jours après les attentats du 11 sept.) ; "New York Times" ; "Wall Street Journal" ; San Francisco Chronicle, le 29 septembre 2001].

46. Le 10 septembre 2001 - 4.516 options d’achat à la baisse d’actions d’American Airlines sont achetées, contre 748 achetées à la hausse. [Source : Herzlia Institut - ci-dessus].

47. 6-11 septembre 2001 - Aucune action d’aucune autre compagnie aérienne ne s’échange de la même façon que pour United et American. Les achats d’options à la baisse sur ces deux compagnies sont de 600 % au-dessus de la normale. A noter que ceci arrive le 10 septembre, au moment où Reuters publie l’annonce que "les actions des compagnies aériennes sont sur le point de repartir à la hausse."

48. 6-10 septembre 2001 - Un nombre tout à fait anormal d’options à la baisse sont achetés à Merill Lynch, Morgan Stanley, AXA Re (assurance) qui possède 25 % d’American Airlines et Munich Re. Toutes ces sociétés subiront directement les conséquences des attentats du 11 septembre. [Source : ICT, ci-dessus ; FTW, le 18 octobre 2001,
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/oct152001.html ].

49. La C.I.A., le Mossad et beaucoup d’autres agences de renseignements surveillent les transactions financières en temps réel en utilisant des programmes dérivés du logiciel Promis. Leur but est justement d’alerter les services de renseignement nationaux, car une anomalie peut préfigurer de telles attaques. En juin 2001, on avait annoncé qu’Oussama Ben Laden était en possession du logiciel Promis. Par ailleurs, suite à de récentes informations diffusées par Fox, le FBI et le Ministère de la Justice ont confirmé avoir utilisé ce logiciel afin de collecter des renseignements, au moins jusqu’à l’été 2002. Cela tendrait à confirmer que la C.I.A. aurait eu d’autres avertissements sur l’imminence des attentats. [Sources : le "Washington Times", le 15 juin 2001 ; Fox, le 16 octobre 2001 ; FTW, le 26 octobre 2001,
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/magic_carpet.html FTW, Vol. IV, No 6, le 18 septembre 2001
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/sept1801.html FTW, Vol. III, No 7, septembre. 30, 2000
http://www.fromthewilderness.com/free/?pandora/052401_promis.html ].

50. Le 9 septembre 2001 - Le Président George W. Bush, se fait présenter des plans de guerre détaillés pour annihiler Al Qaeda, d’après des sources américaines et étrangères relayées par NBC news. [Source : MSNBC, Le 16 mai 2002, avec l’aide du prof Peter Dale Scott].

51. Le Grand Soir a été informé d’un changement concernant la chronologie de Michael Ruppert. Il porte sur le point numéro 51, la traduction des causes de changement est proposée à la suite : Le 10 septembre 2001 - Ce paragraphe a été modifié à la demande de la partie nommée dans cette entrée. Une procédure judiciaire récente - qui est arrivée après l’information que nous avons citée- a montré qu’il n’y avait pas de connexion entre l’information citée ici, la personne qui était citée et les attentats du 11 septembre. A la demande de la partie précédemment nommée, FTW a remplacé la récompense de 1000$ par une donation de 1000$ au Children's Defense Fund, de la part de la partie citée et la question est maintenant résolue à l’amiable sans animosité entre la partie concernée et FTW."

52. Le 10 septembre 2001, selon Newsweek, plusieurs hauts fonctionnaires du Pentagone ont soudain annulé leur voyage prévu pour le matin suivant, apparemment par souci de sécurité. [Source : Newsweek, le 24 septembre 2001, par Evan Thomas].

53. Le 11 septembre 2001 - Le vol 23 de United Airlines, prévu de New York à Los Angeles, est retardé après que quatre passagers musulmans aient exigé que l’avion décolle immédiatement. Cela s’est apparemment produit après que le premier avion ait frappé le WTC. Les passagers ont été évacués de l’appareil. [Source : The Globe and Mail, le 13 juin 2002].

54. Le 11 septembre 2001, le général Mahmud de l’ISI (voir §16), ami de Mohammed Atta, vient à Washington de la part des Talibans. Il rencontre les Présidents des Commissions de Renseignements des deux chambres du Congrès : le député Porter Goss (R-Fla) et le sénateur Bob Graham (D-Fla.) [Source : MSNBC, le 7 octobre 2001 ; "New York Times", le 17 février 2002].

55. Le 11 septembre 2001 - Des employés d’Odigo, en Israël, l'une des plus grandes sociétés mondiales de messagerie instantanée, et qui dispose de bureaux à New York, reçoivent des avertissements concernant un attentat imminent contre le WTC, moins de deux heures avant le premier impact. Les autorités n’ont fait mention d’aucune enquête relative à ces faits. Les bureaux de recherche et développement d’Odigo en Israël se trouvent dans la ville de Herzlia, une banlieue luxueuse de Tel-Aviv, où se trouve également l’Institut du Contre-Terrorisme, qui huit jours plus tard publiera un rapport détaillé sur les délits d’initiés d’avant le 11 septembre. [Source : Daniel Sieberg de CNN, le 28 septembre 2001 ; MSNBC Newsbytes, Brian McWilliams, le 27 septembre 2001 ; Ha’aretz, le 26 septembre 2001].

56. Le 11 septembre 2001 - Pendant 50 minutes, de 8h15 jusqu’à 9h05, alors que la FAA [Agence Fédérale de l’Aviation] et les militaires savent très bien que quatre avions ont été simultanément détournés, personne apparemment ne prévient le Président des Etats-Unis. Ce n’est que vers 9:30 que quelques avions de l’Armée de l’air sont dépêchés pour les intercepter, mais il est alors trop tard. Cela signifie que l’Autorité de Commandement National (NCA) a attendu 75 minutes avant de déployer des avions, tout en sachant que quatre détournements simultanés avaient eu lieu [Source : CNN ; ABC ; MSNBC ; Los Angeles Times ; "New York Times" ;
www.tenc.net ].

57. 11-12 septembre 2001 - Presque un mois avant la première attaque biochimique répertoriée, les employés de la Maison-Blanche reçoivent le puissant antibiotique Cipro contre le charbon (anthrax). Vers la fin de l’année, on apprendra que les bacilles d’anthrax envoyés contre les sénateurs Leahy et Daschle (deux démocrates libéraux) ont été produits dans le cadre de programmes de la C.I.A. coordonnés par Fort Detrick, le Batelle Memorial Institute et le Dugway Proving Ground [Source : NBC ; CNN ;
www.tetrahedron.org, www.judicialwatch.org].

58. Le 13 septembre 2001 - La Chine est admise rapidement dans l’Organisation Mondiale du Commerce, après des années de vaines tentatives. [Source : "New York Times", le 30 septembre 2001].

59. Le 14 septembre 2001 - Des employés de prison canadiens ouvrent l’enveloppe scellée par Mike Vreeland à Toronto et constatent qu’il a décrit les attaques contre le WTC et le Pentagone. La Navy déclare aussitôt que Vreeland a été réformé en 1986 pour mauvais service en tant que marin et qu’il n’a jamais travaillé dans les renseignements. [Source : The Toronto Star, le 23 octobre 2001 ; Comptes rendus d’audience de la cour d’appel de Toronto].

60. Le 15 septembre 2001 - Le "New York Times" annonce que Mayo Shattuck III a démissionné, avec effet immédiat, de son poste de chef de l’Unité Alex Brown (A.B.) de la Deutschebank.

61. Le 29 septembre 2001 - Le San Francisco Chronicle annonce que 2,5 millions de $ d’options à la baisse sur American Airlines et United Airlines n’ont pas été réclamées. C’est probablement le résultat de la suspension des transactions à la Bourse de New York après les attaques, qui ont donné à la Commission Securities and Exchange le temps de se préparer à identifier les acheteurs qui viendraient collecter leurs actions à la baisse.

62. Le 10 octobre 2001 - Le journal pakistanais The Frontier Post annonce que l’Ambassadrice américaine Wendy Chamberlain a appelé le ministre du pétrole pakistanais. Le gazoduc Unocal qui doit partir du Turkménistan et passer à travers l’Afghanistan jusqu’au Pakistan est de nouveau à l’ordre du jour "du fait des récents événements géopolitiques."

63. Le 11 octobre 2001 - Le Ministre de la Justice Ashcroft dessaisit le procureur de New York de tous les dossiers de terrorisme, alors que ses actions judiciaires précédentes contre des terroristes connectés à Oussama Ben Laden avaient été couronnées de succès. [Source : "New York Times", le 11 octobre 2001].

64. Mi-octobre 2001 - L’indice Dow Jones, après avoir chuté brutalement à la suite des attentats, est remonté pratiquement au même niveau qu'auparavant. La Bourse reste faible et vulnérable cependant aux comptes-rendus à la baisse. Mais un crash a été évité grâce à une injection massive de fonds publics dans des programmes de défense, à des subventions aux industries "touchées" par les attentats, et grâce à l’annonce de réductions sur l’impôt corporatif.

65. Le 21 novembre 2001 - Le journal Britannique The Independent publie un article intitulé "Les planteurs d’opium se réjouissent de la défaite des Talibans." L’article explique qu’une vague de plantation de pavot a commencé dans tout l'Afghanistan.

64. Le 25 novembre 2001 - The Observer publie une enquête intitulée "Les seigneurs de la guerre victorieux ouvrent le robinet de l’opium." ["Victorious Warlords Set To Open the Opium Floodgates."] Le journal annonce que les fermiers sont encouragés par des chefs militaires alliés aux Américains à "planter autant d’opium que possible."

67. Le 4 décembre 2001 - Ayub Afridi, un parrain connu du trafic d’opium, est recruté par le gouvernement américain pour établir un contrôle sur l’Afghanistan en unifiant les divers chefs militaires pachtounes. L’ancien trafiquant d’opium, qui était l'un des principaux atouts de la C.I.A. dans la guerre contre les Russes, est libéré de prison pour cette mission. [Source : The Asia Times Online, le 4 décembre 2001].

68. Le 25 décembre 2001 - Le Premier Ministre afghan nouvellement nommé, Hamid Karzai, se révèle être un ancien consultant d’Unocal. [Source :Le Monde].

69. Le 3 janvier 2002 - le Président Bush nomme Zalmy Khalilzad représentant spécial en Afghanistan. Khalilzad, ancien employé d’Unocal, avait aussi écrit des chroniques et commentaires dans le "Washington Post" en 1997, qui soutenaient le régime Taliban. [Source : Pravda, le 9 janvier 2002].

70. Le 4 janvier 2002 - Le trafic de drogue en Floride explose après le 11 septembre. Comme pendant les années 1980, le fait de canaliser ailleurs des ressources prévues pour la lutte contre la drogue ouvre la porte à un déferlement de cocaïne et d’héroïne en provenance d’Amérique du Sud. ["Christian Science Monitor", le 4 janvier 2002].

71. Le 10 janvier 2002 - Depuis la salle d’audience et en présence de la cour, les avocats de Mike Vreeland appellent le central téléphonique du Pentagone, qui confirme que Vreeland est en effet un lieutenant naval en activité. L’opératrice fournit le numéro de son bureau et celui de sa ligne directe. [Source : avocat Rocco Galati ; Toronto, Comptes rendus d’audience de la cour].

72. Le 10 janvier 2002 - Le Ministre de la Justice John Ashcroft se récuse de l’enquête sur Enron, parce que l’entreprise avait été l’un des donateurs principaux de sa campagne sénatoriale en 2000. En revanche il omet de se récuser de deux grands jurys fédéraux convoqués pour examiner des accusations de corruption contre Exxon Mobil et BP Amoco, qui ont chacun des intérêts pétroliers énormes en Asie Centrale. Ces deux sociétés avaient également contribué à la campagne sénatoriale d’Ashcroft en 2000. Les accusations en l’occurrence seront déboutées. [Source : CNN, le 10 janvier 2002 ; FTW, "The Elephant in the Living Room, Part I," le 4 avril 2002
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/0326?02_elephant.html ].

73. Le 23 janvier 2002 - Le reporter du "Wall Street Journal" Daniel Pearl est enlevé au Pakistan. Sa mort est annoncée le 21 février. Ahmad Omar Sheik, ancien assistant du Général Ahmad, est arrêté le 12 février et désigné comme le suspect principal. Des sources judiciaires proches du gouvernement pakistanais révèlent à FTW que Pearl s’intéressait à l’ISI, les services secrets pakistanais. [Source : www.CNN.com ].

74. Le 9 février 2002 - Le général pakistanais Musharraf et le Président Afghan Hamid Karzai annoncent leur "coopération dans tous les domaines," y compris en ce qui concerne le projet de pipeline centre asiatique. Le Pakistan donnera 10 millions de $ au gouvernement afghan pour aider à payer les ouvriers. [Source : The Irish Times, le 9 février 2002].

75. Le 18 février 2002 - Le "Financial Times" annonce que la moisson d’opium en Afghanistan au printemps 2002 devrait atteindre un record de 4,500 tonnes.

76. Mi-avril, 2002 - Le président de la Banque Mondiale James Wolfensohn annonce, lors de l’ouverture des bureaux de la Banque Mondiale à Kaboul, qu’il a entamé des pourparlers pour le financement du gazoduc trans-Afghan. Il confirme que 100 millions de $ de nouvelles subventions seront mis à la disposition du gouvernement intérimaire afghan. Wolfensohn annonce également qu’un certain nombre de sociétés ont déjà exprimé leur intérêt pour le projet. [Source : Alexander’s Gas and Oil Connectiols, citant l’agence France-Presse].

77. Le 13 mai 2002 - La B.B.C. annonce que l’Afghanistan est sur le point de signer un accord portant sur 2 milliards de $ pour la construction du gazoduc qui irait du Turkménistan au Pakistan et à l’Inde. L’article précise que le travail sur le projet commencera dès qu’un accord aura effectivement été conclu à l’occasion d’un sommet prévu pour la fin du mois. Unocal construira le pipeline. [Source : B.B.C., Le 13 mai 2002].

78. Mai 2002 - Différentes sources rapportent des progrès dans les projets de construction d’un gazoduc et d’un l’oléoduc. Ces sources laissent entendre qu’Unocal sera à nouveau prétendant à la construction du gazoduc Centgas, bien que la société se soit retirée du projet en 1998. Interrogée, Unocal déclare ne pas chercher à raviver le projet de gazoduc, mais ne fait aucune mention de l’oléoduc présenté par des sources locales comme un projet en voie de réalisation. [Source : The Dawn Group of Newspapers, Le 7 mai, Le 17 mai, Le 22 mai 2002].

79. Le 30 mai 2002 - Le président intérimaire afghan, Hamid Karzai, le Président Niyazov du Turkménistan et le président pakistanais Musharraf se rencontrent à Islamabad pour signer un mémorandum sur le projet de gazoduc trans-Afghan. Les trois présidents se rencontreront pour davantage de pourparlers sur le projet en octobre. L’accord Turkmeno-Afghano-Pakistanais sur le gazoduc a été publié et peut être consulté sur le site web suivant :
http://www.gasandoil.com/goc/news/nts22622.html [Source : NewsBase, le 5 juin 2002].

80. Le 16 mai 2002 - Le Porte-parole pour la presse de la Maison Blanche Ari Fleischer déclare que le Président Bush a bien été averti de la possibilité de détournements d’avions, mais que "celui-ci n’a pas été informé de la possibilité que des kamikazes puissent utiliser des avions comme missiles." [Source : CBS NEWS, Le 15 mai 2002].

81. Le 19 mai 2002 - L’ancien agent du FBI Tyrone Powers, maintenant professeur au Anne Arundel Community College, déclare sur la station de radio KISS 98.7 disposer de preuves tangibles que l’Administration Bush a en fait "permis" les attentats du 11 septembre, afin de mettre en application une politique cachée.
[Source : http:// www.indymedia.org - Le 20 mai 2002].

82. Le 31 mai 2002 - Emu aux larmes, l’Agent du FBI Robert Wright donne une conférence de presse au Club de Presse National et décrit le procès qu’il a intenté contre le FBI. Il accuse l’agence fédérale d’avoir délibérément entravé des enquêtes qui auraient pu empêcher les attentats du 11 septembre. Il emploie des mots comme "empêché", "contrecarré", "entravé", "menacé", "intimidé" et "vengeance" pour décrire les actions entreprises par ses supérieurs, qu’il accuse d’avoir bloqué ses tentatives de couper les sources de financement d’Al Qaeda et d’autres groupes terroristes. Il ne parle pas de négligence mais d’actions délibérées et malveillantes. [Source : site Web de Cspan].

83. Le 4 juin 2002 - Le Lieutenant-Colonel Steve Butler de l’US Air Force, qui avait traité le Président Bush de "farce" et l’avait accusé d’avoir permis les attentats du 11 septembre, est suspendu de son poste à la Defense Language School de Monterey en Californie et pourrait passer en cour martiale. [Source : AP, le 4 juin 2002].

84. Le 17 juin 2002 - Reuters annonce que le Colonel Butler ne passera pas en cour martiale. (Je suppose qu’il y avait assez d’éléments en l’occurrence pour prouver qu’il avait raison. - MCR) [Reuters, le 17 juin 2002].

85. Le 2 juillet 2002 - Une demande écrite faite par Zacarias Moussaoui auprès la cour fédérale est décachetée ; Moussaoui indique qu’il veut témoigner devant un grand jury et le Congrès. Il affirme être en possession d’informations qui prouvent que le gouvernement américain voulait que ces attentats se produisent. [Source : le "Washington Post", le 3 juillet 2002].

86. Le 3 juillet 2002 - Le tout premier envoi de pétrole russe, 200,000 tonnes, arrive à Houston. [Source : The Moscow Times, le 6 juillet 2002].

87. Le 6 juillet 2002 - Le vice-président Afghan Hajji Abdul Qadir est assassiné par des chefs militaires Afghans. Le "New York Times" rapporte que Qadir pourrait avoir été assassiné par des trafiquants d’opium contrariés par ses efforts pour ralentir l’explosion des cultures d’opium, depuis l’arrivée des Américains. Qadir supervisait un programme d’éradication, en collaboration avec l’Ouest, selon le Times. Toutefois, les trafiquants d’opium de la région sont patronnés, protégés et, dans certains cas, ont même été sortis de prisons par la C.I.A., quand ils ne sont pas carrément sous la protection du représentant spécial du Président Bush, Zalmay Khalilzad. L’information circule que l’opium cru serait raffiné près des bases américaines de Kandahar. [Sources : "New York Times", le 8 juillet 2002 ; Far Eastern Economic Review, le 18 avril 2002].

L’article paru dans le Figaro le 31 octobre

Maintenant, revenons à l’article paru dans le Figaro le 31 octobre, au sujet de la réunion entre Oussama Ben Laden et un officier de la C.I.A. à Dubaï en juillet 2001.

L’article relate ceci : "Au cours de son séjour à l’hôpital, Oussama Ben Laden a reçu la visite de nombreux membres de sa famille [finie la théorie que Ben Laden serait la brebis galeuse de sa famille ! - MCR] et de dignitaires des Emirats et d’Arabie Saoudite. Au même moment, de nombreux témoins attestent de la venue du représentant local de la C.I.A., observé prenant l’ascenseur et se rendant à la chambre de Ben Laden.

"Plusieurs jours plus tard, l’agent de C.I.A. s’est vanté en privé d’avoir rendu visite au millionnaire saoudien. De sources autorisées, cet agent s’est ensuite rendu au quartier général de la C.I.A. le 15 juillet, le lendemain du départ de Ben Laden pour Quetta.

"Selon diverses sources diplomatiques arabes et d’après les services de renseignements français eux-mêmes, des informations précises ont été communiquées à la C.I.A. concernant des attaques terroristes qui viseraient des intérêts américains dans le monde, y compris aux Etats-Unis.

"Embarrassés, des officiers de renseignements américains ont demandé, lors d’une réunion avec leurs homologues français, des détails précis sur des activistes algériens connectés à Ben Laden par le biais d’institutions bancaires à Dubaï, sans donner d’explication sur la nature exacte de leur enquête. A la question : "Que craignez-vous dans les jours à venir ?", les Américains ont répondu par un incompréhensible silence. "Au cours de son enquête, le FBI a découvert l’existence de projets conjoints élaborés au fil des années entre la C.I.A. et ses alliés islamistes. La réunion à Dubaï, en ce sens, cadrerait avec "une certaine politique américaine."

Bien que le Figaro ait publié la confirmation par le personnel de l’hôpital de Dubaï du passage de Ben Laden, un article publié le 1er novembre cite des membres du personnel de l’hôpital infirmant les premières déclarations. Le 1er novembre également, suivant l’agence de presse Ananova, la C.I.A. affirmait catégoriquement n’avoir jamais eu aucun contact avec Oussama Ben Laden.

Qui croyez-vous ?

Michael C. Ruppert

Ancien enquêteur de la police de Los Angeles, Michael C. Ruppert est devenu rédacteur en chef de From the Wilderness.?www.fromthewilderness.com.

© COPYRIGHT 2001, Michael C. Ruppert et Wilderness publishing. Peut être copié et distribué pour des buts non lucratifs uniquement.

Conclusion de Parole de Vie :

Nous pourrions reproduire ou citer de nombreux autres articles, faits par des enquêteurs sérieux, qui vont tous dans le même sens : le gouvernement américain savait ce qui allait se passer, et préparait déjà activement la suite des attentats du 11 septembre, notamment la "guerre contre l'extrémisme islamiste" et l'invasion de l'Irak.

Ce que l'article ci-dessus ne dit pas, car cela n'était pas encore révélé, c'est que le propre frère du Président Bush, Marvin Bush, contrôlait la sécurité du World Trade Center au moment des attentats. Au cours du week-end précédent ces attentats, une grande partie des tours du WTC a été fermée au public, sous prétexte de "refaire les câblages informatiques." Il était alors facile à des équipes spécialisées d'installer des explosifs qui pourraient être déclenchés à distance au bon moment, pour provoquer l'effondrement contrôlé des tours. Tous les spécialistes de la construction s'accordent à dire que ces tours se sont effondrées exactement de la même manière que des immeubles subissant une démolition contrôlée. Des vidéos prises au moment de l'effondrement montrent nettement de petites explosions précédant l'effondrement de certains étages.

Par ailleurs, une troisième tour proche des tours jumelles du WTC s'est aussi effondrée sans raison, alors qu'elle n'avait pas été percutée. L'un des avions détournés devait s'abattre sur elle, mais s'est écrasé avant. Il a donc fallu faire effondrer cette tour, pour que l'on ne puisse pas découvrir les explosifs qui y étaient cachés ! Selon les autorités, cette tour se serait effondrée à la suite d'incendies provoqués par des débris enflammés provenant du WTC. Or, c'est la première fois dans le monde que de telles tours à structure d'acier s'effondrent à la suite d'un incendie ! Rappelons que ces tours avaient été conçues pour résister à l'impact d'un avion de ligne.

Les trois tours effondrées appartenaient au même propriétaire, Larry Silverstein, qui fit un profit énorme sur les primes d'assurance qu'il reçut.

Par ailleurs, il a été prouvé que le Pentagone, qui fut frappé lui aussi, ne fut pas atteint par un avion de ligne, comme les autorités l'ont prétendu, mais par un missile de croisière.

Devant tous ces éléments qui sont dévoilés de plus en plus, de nombreux démocrates américains sont convaincus que Bush et son équipe forment le plus grand groupe de gangsters sans scrupules qui aient jamais gouverné l'Amérique !

Prescott Bush, le grand-père de George W. Bush, était l'un des principaux financiers de Hitler, et a construit une partie de sa fortune sur le dos des travailleurs forcés des camps de concentration. Le propre père de George W. Bush, le Président Herbert Walker Bush, a lui-même lourdement armé Saddam Hussein lors de la guerre irako-iranienne, et aussi financé et armé Oussama Ben Laden lors de la guerre en Afghanistan contre les Russes ! Comme l'a dit lui-même l'auteur de cet article, dans un autre document : "Cette famille Bush a l'habitude d'armer ceux qui tuent les Américains !" (rapporté en 2001 par The Wilderness Publications, www.copvcia.com ).

Les attentats du 11 Septembre, et la mort de plus de 2.800 Américains innocents, ont en outre permis :

  • Le vote de "lois antiterroristes" aux Etats-Unis qui donnent au Président Américain des pouvoirs absolument dictatoriaux, et la possibilité, quand il le décidera, au nom de "l'intérêt national," de supprimer les libertés individuelles, de suspendre la Constitution, d'arrêter et d'emprisonner sans mandat ni jugement tout suspect, et de contrôler directement toute la vie politique, économique et sociale du pays. Il est ahurissant de voir avec quelle rapidité la majorité des Américains ont accepté ces lois, sous prétexte de garantir leur "sécurité."
  • L'invasion de l'Irak, avec les conséquences actuelles que l'on sait : chaos, guerre civile, explosion du cours du pétrole… Sans oublier l'exploitation de l'Irak par les sociétés américaines qui s'enrichissent, sous prétexte de remettre l'Irak sur les rails. Ces sociétés sont aussi très liées à de nombreux dirigeants américains, qui s'enrichissent sans vergogne au passage.
  • Le contrôle du pétrole Moyen Oriental et Centre Asiatique par les Américains, et le lancement de la construction du grand pipe-line trans-Afghan.
  • Le développement et le contrôle de la production de l'opium Afghan, dont une bonne partie se retrouve ensuite sur le marché américain.
  • La montée de l'extrémisme islamiste dans le monde entier (Hamas, Syrie, Egypte, Iran, Pakistan), et la préparation d'autres interventions militaires américaines contre certains de ces pays, qui font partie de l'Axe du Mal défini par G. W. Bush, notamment l'Iran.

Il est grand temps que les Chrétiens ouvrent les yeux sur ce qui se passe, et sur ce qui se prépare. Tout cela fait partie d'un plan d'ensemble longuement préparé par les responsables du Nouvel Ordre Mondial aux ordres de Satan. Il est aussi grand temps de cesser de considérer George W. Bush comme un "bon Chrétien né de nouveau" !

Nous sommes à la fin des temps, et l'Antichrist est à la porte ! Le Seigneur Jésus revient bientôt, soyons prêts !