Envoyer à un ami

A423 Objectifs planétaires de Rick Warren

Article de Eric Ropp tiré d'un livre de Rudolf Ebertshäuser

Article paru sur la Revue La Bonne Nouvelle du 4ème trimestre 2007

Vu l’influence qu’a Warren déjà présentement au sein du mouvement évangélique, et plus encore celle qu’il est appelé à exercer sur lui dans le futur, également en France, il nous paraît important de faire meilleure connaissance avec l’homme, autant à propos des concepts qui guident son action que de ses méthodes de travail et des objectifs qu’il vise pour le futur. Son rôle dans l’égarement des Eglises est, et va être, un des plus importants. Le présent article est essentiellement tiré du livre de Rudolf Ebertshaüser : ‘Croissance des églises ou séduction des églises’

1. Concepts qui guident son action

            Le plan de "campagne" de Rick Warren est déployé selon une nouvelle stratégie qui consiste à faire croître les églises en nombre et en taille en les adaptant à l’esprit du monde. Ebertshäuser observe que : " Le résultat final n’est pas un monde conduit à Christ pour le salut des perdus (bien que, exceptionnellement, cela puisse se produire), mais l’Eglise du Seigneur est mondanisée, corrompue et détruite de l’intérieur . […] Le saint temple de Dieu est profané par des accommodations ciblées : musiques pop et rock, théâtre mondain et autre style de vie du monde . " (pp.31s )

            Les livres de Warren ne contiennent pas ouvertement et massivement de fausses doctrines. En "évangélique" averti, il sait comment il faut dire les choses pour ne pas susciter la méfiance auprès de ses lecteurs croyants. Cependant, en de nombreux points, il avance des idées portant la marque de faux enseignements. Par exemple, d’anciens adeptes du Nouvel-Age devenus chrétiens nous ont rendus attentifs au fait que Warren adopte des concepts de ce mouvement et cite des personnes qui en font partie (p71s).

            Cet esprit du Nouvel-Age transparaît dans sa campagne ‘40 jours pour découvrir l’essentiel’ : le concept-clé de "voyage spirituel" qui la sous-tend est très utilisé dans le langage du Nouvel-Age. Il traduit le processus de changement qui conduit à un nouvel état de conscience. Sans le faire ouvertement, Warren invite ses lecteurs à le prendre, lui, comme guide spirituel dans ce "voyage" qu’il a préparé avec soin, pour que, tout au long de ces 40 jours, le lecteur reçoive une "nouvelle perspective" pour sa vie. Cela apparaît plus clairement lorsqu’on lit, à la fin de l’introduction du livre, que le lecteur signe son engagement avec Warren à passer les 40 jours en sa compagnie. Ce faisant, le lecteur se place, en quelque sorte, sous le contrôle de son "mentor" (p.39).

            Formé à l’école de Robert Schuller, un charismatique extrême, Warren a lui-même enseigné à l’école de ce dernier. Dès 1974, il a été marqué par le livre de Schuller : ‘Votre église a un avenir fantastique’ . Selon le témoignage de sa propre épouse, il a été profondément influencé par Schuller, et ce malgré ses prises de distance à partir de 1998. Cette attitude s’explique par le fait que la proximité avec ce charismatique lui portait préjudice auprès des évangéliques conservateurs. Cependant, il maintient les principes d’action de son mentor, l’un des plus fondamentaux étant : " Une église devrait veiller à pourvoir aux besoins de la population environnante. " Et, dans son livre : ‘Une vie, une passion, une destinée’, Warren a repris la "pensée positive" de Schuller sur l’importance qu’il y a à cultiver l’estime de soi. Cela apparaît encore plus nettement dans un article qu’il a écrit pour un journal féminin profane (Ladies Home Journal, mars 2005), dans lequel on lit, entre autres : " Apprenez à vous aimer vous-mêmes ! Votre estime de vous-mêmes (self-esteem) est-elle toujours encore aussi peu solide après tant d’années ?… Occupez-vous de vous-mêmes… Dieu nous accepte sans conditions, et, à ses yeux, nous sommes précieux et d’un prix inestimable […]. Croyez en vous-mêmes… " (pp.77ss).

            Son plan de travail consiste aussi à établir une passerelle remarquablement dangereuse vers l’unité mondiale des religions en faisant appel à la mystique "chrétienne". C’est ainsi qu’il recommande les enseignements de frère Laurence, un moine catholique, auteur du livre : ‘La présence de Dieu’ (livre également recommandé par Bill Hybels). De plus, il encourage à entretenir (et à ressentir) la présence de Dieu par des prières "au rythme de la respiration" . De fait, il s’agit de techniques de méditation païennes dans lesquelles des phrases sont reprises à la manière de mantras. Bien d’autres mystiques sont également citées (pp.73s).

2. Méthodes de travail

            Une évaluation de son livre ‘Une vie, une passion, une destinée’, nous fait dire qu’il ne transmet pas un enseignement biblique sur l’Evangile ni sur la vie chrétienne ; il s’agit plutôt d’une manipulation difficile à déceler qui induit en erreur. Ses cinq principes sont un raccourci et une falsification de la vérité biblique qui détourne le croyant de la véritable nature de la vie de disciple. La simple obéissance à la Parole de Dieu, et la constante dépendance de Dieu sous la conduite du Saint-Esprit, sont détournées au profit d’une indépendance par rapport à Christ, et au profit d’une manipulation de la part du chargé d’âmes. Rappelons que, le plus souvent, les nombreuses citations bibliques ne sont pas clairement en rapport avec les assertions de Warren, surtout lorsqu’on les compare à des traductions bibliques fiables (pp.67s).

            L’étude des deux livres de Rick Warren (le 2e étant : ‘L’Eglise : une passion, une vision’) amène Ebertshaüser à ce constat : " L’enseignement de ces livres n’est pas celui, sain et pur, des Ecritures, mais un mélange séducteur de vérités, demi-vérités et fausses doctrines. Il ne s’agit pas de juger les motifs qui animent Warren. On peut subjectivement croire servir Dieu, tout en étant dans l’erreur et en induisant d’autres en erreur. Ici, certains faits doivent être placés côte à côte pour montrer que Rick Warren n’est pas un serviteur de Dieu fidèle selon les critères bibliques. " (p.77)

            Rappelons l’avertissement de S.Hatzakortzian : " Il y a là un nouveau phénomène spirituel qui peut, dans quelques années, changer radicalement le sens biblique de la prédication de la croix si rien n’est fait pour contrecarrer cette déviation doctrinale. " (Revue La Bonne Nouvelle, 3/2007)

            Warren reconnaît avoir été conseillé durant une vingtaine d’années par un autre mentor, Peter Drucker. Tout en se disant chrétien, celui-ci ne représentait pas un christianisme biblique. Son travail consistait à mettre en œuvre des concepts permettant de développer des organisations séculières. Pour ce faire, il s’appuyait essentiellement sur des concepts purement humains, ainsi que sur des notions zen-bouddhistes et confucianistes, espérant l’avènement d’un "nouvel âge" pour le monde. Pour ce faire, il voulait améliorer le système non seulement économique, mais également les secteurs politiques et sociaux en attribuant un rôle particulier aux églises. (p.81)

            Depuis quelques années, Ken Blanchard est un troisième guide pour Warren. Expert en gestion, il se déclare chrétien "né de nouveau", mais cela ne l’empêche pas de recommander des livres à contenu occulte et ésotérique. Il cherche son inspiration auprès des grands prophètes tels que : Bouddha, Mahomet… Yogananda et le Dalaï-Lama. En 2005, Warren demanda à Blanchard de l’assister dans la mise en place de son plan "PEACE" .

            Les méthodes de travail de Warren sont caractérisées par son ouverture à l’œcuménisme et ses dispositions à travailler avec toutes sortes de mouvements qui portent la marque de la séduction annoncée pour les temps de la fin. Ce qui reste discret dans ses livres apparaît ouvertement dans ses interviews. Il a été orateur à la journée de prière universelle organisée par des charismatiques extrêmes, à Dallas en 2005, comme également lors des festivités à l’occasion du 100e anniversaire du mouvement de la pentecôte, à Los Angeles, en avril 2006, aux côtés de Benny Hinn, D. Yonggi Cho, K. Copeland. John Wimber et Peter Wagner . Ces personnalités font aussi partie du nombre de ses collaborateurs.

            Est particulièrement significatif, le rejet deWarren des chrétiens attachés aux Ecritures (les fondamentalistes ). Tout en se comptant parmi les "évangéliques", il trouve ces derniers très légalistes et étroits, et il n’hésite pas à les comparer aux fondamentalistes musulmans. Dans une interview au Philadelphia Inquirer, le 8 janvier 2006, il prédit : " Le fondamentalisme, sous toutes ses formes, sera l’un des grands ennemis du 21e siècle, qu’il s’agisse du fondamentalisme musulman, du fondamentalisme chrétien, du fondamentalisme juif ou du fondamentalisme séculier ; ils sont tous animés par la peur de l’autre. " Par une telle déclaration, Warren se place sur le front de ceux qui, dans le monde, combattent le christianisme authentique ! (p.84)

            Bien entendu, il prône la collaboration avec l’Eglise Catholique. Lors de la Hope and Future Conference (Conférence Espoir et Avenir), le 25 novembre 2005, il déclare dans une interview : " Je ne partage pas tout ce que font les catholiques et les pentecôtistes, mais ce qui nous unit est tellement plus fort que ce qui nous sépare […]. Je m’applique à établir des ponts avec l’Eglise Orthodoxe, avec l’Eglise Catholique, avec l’Eglise Anglicane, et je dis : "Que pouvons-nous faire ensemble que nous ne pourrions pas faire tout seuls ?" " (p.85)

            Warren est aussi prêt à se mélanger avec d’autres religions : " Il y a de la vérité dans toute religion… Mais je crois simplement qu’il n’y a qu’un seul sauveur. Nous pouvons aussi apprendre des vérités d’autres religions… J’ai appris beaucoup de vérités de diverses religions ; car elles ont toutes une part de vérité. " Et, lors d’une fête des idées, le 06 juillet 2005, il déclare : " Je connais des gens qui sont disciples de Christ dans d’autres religions. " Il n’est pas surprenant qu’il reçoive des échos favorables d’adeptes d’autres religions (musulmans, bouddhistes…) sur son livre : ‘Une vie, une passion, une destinée’.(p.86)

Ici encore, rappelons que la théologie de cet homme et de ses livres s’est infiltrée dans presque toutes les dénominations chrétiennes. Ses ouvrages se trouvent dans des hôpitaux, des centres commerciaux, et même dans l’armée. Il a été nommé en 2002 "le pasteur le plus influent des USA" par le magazine chrétien Christianity Today. (cf. 3/2007). Selon le Time, il a été l’un des 15 leaders mondiaux les plus significatifs en 2004, et l’un des 25 meilleurs leaders américains (p.87)

3. Objectifs visés

            Déjà dans son livre, ‘Une vie, une passion, une destinée’ , l’objectif de Warren était : " Un projet pour la vie chrétienne du 21e siècle – un style de vie basé, non sur des valeurs culturelles, mais sur les dispositions divines éternelles " (p.37). Cependant, ses ambitions vont bien au-delà, elles sont planétaires. Il emploie toute son énergie pour viser une "Nouvelle Réformation" dans le christianisme, qui doit être globale. Son influence s’étend sur des centaines de milliers de conducteurs spirituels dans le monde entier. Il compte mobiliser, pour le royaume de Dieu, une armée d’un milliard de "fantassins " en vue de réaliser son PEACE-plan (plan de Paix), d’ici 2020, l’objectif étant de vaincre les cinq géants que sont les "plaies planétaires" : le vide spirituel, l’égoïsme, la pauvreté, les maladies (en particulier le sida) et l’analphabétisme (pp.87s). Mais quel "vide spirituel" (un euphémisme pour une notion totalement inconnue dans la Bible) pourrait être comblé par cette masse de "fantassins" qui va jusqu’à inclure des musulmans dans son projet ?

Annonçant son plan, le 17 avril 2005, il déclare, devant la foule rassemblée : " Dieu va vous employer pour transformer le monde ! " Hélas, ses méthodes sont anti-bibliques. Déformant l’esprit de la parole de Jésus dans Luc 10.5-6, il recommande de faire appel à toute bonne volonté influente, d’un lieu donné, chrétienne ou non, pour atteindre ce but.

Déjà dans ‘L’Eglise : une passion, une vision’, Warren désigne des pasteurs (reconnus par les autorités locales) " stratégiquement les plus capables d’apporter des changements ("change agent") dans les problèmes de société. " Dans une lettre accompagnant son PEACE-plan, il écrit : " Nous projetons d’exploiter l’attention suscitée par ‘Une vie, une passion, une destinée’, pour mettre en œuvre, dans l’Eglise, une toute nouvelle manière de penser et d’agir par rapport à notre responsabilité dans le monde. " (p.90, note 33)

            Sa stratégie est déjà bien en place. Selon ses propres sources , il a enseigné plus de 400 000 pasteurs, responsables d’églises et collaborateurs, de plus de 125 pays, par le moyen de séminaires pour la croissance de l’Eglise, et un bien plus grand nombre encore par ses livres et vidéos. Son influence s’étend sur de nombreuses dénominations. Plus de 157 000 pasteurs reçoivent sa lettre hebdomadaire de nouvelles par Internet.

            En fait, sa méga mobilisation sera l’un des pas déterminants dans l’établissement de la grande union antichrétienne mondiale des Eglises. (p.89). C’est là que l’on se pose des questions sur l’objectif final du plan de Rick Warren.

4. Au-delà de l’immédiatement perceptible…

            Le PEACE-plan n’induit pas seulement les chrétiens en erreur : il les entraîne aussi dans une collaboration totalement anti-biblique – avec des entreprises séculières et gouvernementales –, au sein de laquelle la vraie évangélisation sera obligatoirement laissée de côté. Bien plus, les chrétiens seront, à leur insu, rattachés aux projets de changements dans le monde établis par les Nations Unies en vue d’instaurer le "Nouvel-ordre mondial", sous l’égide d’un gouvernement mondial. Et là il s’agit très clairement de pas conduisant au règne de l’Antéchrist ! (p.90)

            Son initiative est presque couverte par les objectifs de l’ONU pour le nouveau millénaire . Elle s’oriente comme le "Défi Michée" , lancé par ses collègues néo-évangéliques de l’Alliance Evangélique mondiale.

Plus préoccupantes encore apparaissent les ambitions de Warren, qui a lui-même reconnu récemment qu’il est membre du Conseil des Relations Etrangères (Council of Foreign Relations - CFR), qui travaille, lui aussi, à l’établissement du "Nouvel-ordre mondial" et d’un gouvernement mondial. Il est impensable qu’un chrétien soit appelé à faire partie de ce conseil des ténèbres (cf. Ps 1.1 et 2.1-3) !

            Le concept de "Nouvelle Réformation", annoncée en grande pompe par Rick Warren, n’est pas nouveau. Déjà R. Schuller avait parlé d’une telle "Réformation" qui, en fait, n’était qu’une apostasie par rapport au christianisme biblique. Celle annoncée par P. Wagner, et qu’il qualifiait d’apostolique, devait attirer les chrétiens dans les eaux troubles des fausses doctrines d’un charismatisme radical. Toutes ces réformes ne conduisent pas à un rétablissement du christianisme biblique, mais plutôt à sa dégénérescence vers une foi mondaine, antichrétienne, une "transformation" de l’église dans la direction de l’esprit du Nouvel-Age. La voie s’ouvre toujours plus clairement vers la fausse Eglise mondiale qu’est Babylone, la prostituée de l’Apocalypse (cf. Ap 17.3-5). (p.91)

            Il est significatif que dans son livre, ‘L’Eglise : une passion, une vision’, Warren donne des indications aux pasteurs en vue de "transformer" leurs églises pour qu’elles adoptent des principes de croissance du monde dont l’efficacité doit être contrôlée et sans cesse optimisée. Il préconise la mise en place d’un système permettant le suivi de chaque membre. Celui-ci s’engage à respecter le "règlement" de son église, à défaut de quoi il est exclu de son sein. L’exercice d’une telle pression par l’église n’est pas biblique. Le pasteur occupe la position du "patron" dont tout dépend ! (pp.96s)

5. Une autre voie

            Des foules de chrétiens, bibliquement bien fondés, sont concernées par les progrès du mouvement de Rick Warren . Ils ne sont plus encouragés à porter l’opprobre de Christ, mais à plaire au monde. Pourtant, seule une marche fidèle sur les traces du Maître aura Son approbation au Jour où ils devront Lui rendre des comptes.

            Puissions-nous ne jamais oublier la parole que Jésus a adressée à ses disciples : "Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ?" (Mt 16.24-26a). "Marcher en nouveauté de vie", selon Romains 6.4, nous conduit à ne pas nous laisser entraîner par les sirènes du monde, fût-il religieux. Aujourd’hui, il nous faut être d’autant plus vigilants que les plus grandes tentations auxquelles nous sommes soumis, en tant qu’enfants de Dieu, viennent du monde qui a "les apparences de la foi chrétienne", mais ce ne sont que des apparences ! A nous d’exercer notre discernement avec les yeux de la seule foi qui ait été transmise aux saints une fois pour toutes !

            La victoire est possible. Avec les armes spirituelles, Dieu nous garantit d’être en mesure d’éteindre tous les traits enflammés du Malin (cf. Ep 6.6-17).

Quant à ce que doit être notre attitude face aux infidèles, ne nous associons pas avec eux (cf. 2Co 6.14ss). Et si nous étions encore associés avec eux, Dieu nous dit : "Sortez du milieu d’elle , mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux." (cf. Ap 18.1 à 4)

            N’est-ce pas à ceux qui se sanctifient, et qui se laissent sanctifier par la Parole de Dieu, que les plus précieuses promesses sont faites ?