Ce sont les réponses qui sont intéressantes !

Source http://www.jglm2.atomicshops.com/jglmqanda.htmlv Le Pasteur Curry Blake est actuellement Directeur des "John G. Lake Ministries (JGLM)." Cette organisation a repris les enseignements de John G. Lake, ainsi que la formation de tous ceux qui s'intéressent à la guérison divine. Le Pasteur Blake répond ici à certaines questions qui lui ont été posées à propos de la guérison. Notre site Parole de Vie présente, en page Livres, l'un des ouvrages écrits par John Lake : "Victoire sur les démons, la maladie et la mort."

Question 1 : Quelle est la différence entre les "John G. Lake Ministries" (JGLM) et les autres ministères qui s'intéressent à la guérison divine ?

Vous comprendrez déjà certaines différentes en lisant les réponses aux questions posées ci-dessous. La principale différence réside dans le fait que nous avons repris les enseignements de John G. Lake. Certaines différences sont très faciles à observer, tandis que d'autres sont plus subtiles.

Il existe de nombreux groupes ou ministères qui enseignent la guérison divine. Certains d'entre eux se réclament même d'une filiation avec John G. Lake.

De son vivant, le Dr Lake avait fondé plusieurs organisations, huit en fait. Seules deux ou trois existent toujours. Parmi ces dernières, nous sommes les seuls à avoir fidèlement repris les enseignements de John G. Lake. En fait, seuls les JGLM sont dépositaires du manuel utilisé par John Lake pour former ses "techniciens en guérison divine."

Tous ceux qui ont connu les formations données par différents groupes peuvent témoigner du caractère unique et authentique des enseignements des JGLM, par rapport aux enseignements des autres groupes.

Lorsque John G. Lake a créé ses "chambres de guérison," son objectif principal était de former les Chrétiens, pour qu'ils puissent pratiquer la guérison divine n'importe où et n'importe quand. Son but n'était pas d'ouvrir simplement des "chambres de guérison," mais de former les Chrétiens, pour qu'ils puissent démontrer la puissance de Dieu. Aujourd'hui, notre objectif est exactement le même : former les Chrétiens pour qu'ils puissent guérir les malades n'importe où et n'importe quand.

Le simple fait d'ouvrir une "chambre de guérison" ne suffit pas pour garantir la guérison des malades. Mais il faut leur enseigner à marcher comme Jésus a marché.

Question 2 : Quelle est la différence essentielle, en ce qui concerne l'autorité des Chrétiens ?

La plupart des groupes qui enseignent la guérison divine ne permettent d'exercer qu'une autorité très limitée. Les JGLM enseignent, et prouvent par la Bible, que les Chrétiens doivent marcher dans la plénitude de l'autorité de Jésus-Christ. La plupart de ces différences sont présentées dans une série d'enseignements de John G. Lake, intitulés : "Il faut tuer les vaches sacrées." Nous reviendrons sur certains de ces sujets dans les réponses à certaines des questions suivantes.

Voici quelques-uns des thèmes abordés par ces enseignements :

  • La direction du Saint-Esprit. La nécessité d'attendre cette direction.
  • Les obstacles à la guérison. "Le seul obstacle à la guérison est de croire qu'il y a des obstacles à la guérison" (citation du Pasteur Curry Blake).
  • La vérité sur le baptême dans le Saint-Esprit.
  • La vérité sur l'onction divine.
  • La vérité sur les "malédictions des ancêtres."
  • L'état d'esprit de la "Nouvelle Alliance," par opposition à celui de l'Ancienne Alliance.

Question 3 : Pour être guéri, est-ce qu'un malade doit avoir la foi pour sa propre guérison ?

On croit et on enseigne généralement que tout malade ayant besoin d'une guérison doit avoir la foi pour sa propre guérison. Mais regardons plus précisément ce que la Bible nous révèle.

Le serviteur du centenier Romain de Matthieu 8 n'avait aucune foi pour sa propre guérison. Dans ce passage, l'accent essentiel est placé sur l'autorité. Le centenier a dit que Jésus pouvait guérir son serviteur, parce qu'Il savait ce qu'était la véritable autorité. Jésus avait alors dit que cet homme avait la plus grande foi qu'Il ait jamais rencontrée. Ainsi, l'un des aspects de cette "plus grande foi" consiste à comprendre en quoi consiste notre véritable autorité. Il est tout à fait clair que ce centenier Romain avait la foi pour son serviteur.

La femme Syro-Phénicienne vint trouver Jésus pour qu'Il guérisse sa fille tourmentée par un démon. La Bible ne dit nullement que sa fille avait la foi pour sa délivrance. Mais Jésus a déclaré que cette femme avait une grande foi. Grâce à cette grande foi, sa fille fut guérie. Cette femme avait la foi pour sa fille.

Les quatre hommes qui ont porté sur une civière leur ami paralysé devant Jésus avaient la foi pour ce paralytique. Il est écrit que "Jésus vit leur foi." Il ne s'agissait pas de la foi du paralytique. Ces quatre hommes avaient la foi pour leur ami paralysé.

Quand Jésus a ressuscité Lazare d'entre les morts, qui avait la foi pour cette résurrection ? Il ne s'agissait pas de la foi de Lazare. C'est Jésus qui avait la foi pour Lazare.

Lorsque Pierre a guéri le boiteux devant la Belle Porte du Temple, il n'y a aucune mention de la foi de ce boiteux pour sa propre guérison. Pierre dit : "Ce que j'ai, je te le donne. Au Nom de Jésus, lève-toi et marche !" Pierre avait foi en ce Nom. Pierre donna un ordre rempli d'autorité. Il prit cet homme par la main et le fit lever. Cet homme fut aussitôt guéri. Plus tard, Pierre donna le secret de cette guérison, en disant : "C'est grâce au Nom de Jésus, et par la foi en ce Nom, que cet homme a été guéri." Qui avait la foi en ce Nom ? C'était Pierre ! Pierre avait la foi pour la guérison de cet homme.

Je reviens à présent à votre question : "Pour être guéri, est-ce qu'un malade doit avoir la foi pour sa propre guérison ?" Manifestement, si l'on s'en tient à la Bible, la réponse est : "Non !" Mais permettez-moi d'ajouter quelque chose.

Est-ce qu'un malade devrait avoir la foi pour sa propre guérison ? Bien entendu ! Cela ne peut être qu'une bonne chose. Tout d'abord, si vous n'avez pas la foi pour votre propre guérison, vous êtes toujours à la "merci" de quelqu'un d'autre. Vous devrez toujours dépendre de la foi de quelqu'un. Et vous ne serez jamais sûr que les autres auront la foi qu'ils devraient avoir, lorsqu'ils prieront Dieu pour vous.

D'ailleurs, si vous n'avez même pas la foi pour votre propre guérison, comment aurez-vous la foi pour la guérison de quelqu'un d'autre ? Les Chrétiens doivent cesser de faire de "l'auto-stop spirituel," et doivent commencer à exercer leur propre foi, non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour tous ceux qui ont besoin d'aide autour d'eux.

Ensuite, si vous avez la foi pour votre propre guérison, vous n'aurez pas besoin que quelqu'un vous impose les mains pour que vous soyez guéris !

Relisons ce qui est écrit dans Jacques 5 : 14-15 : "Quelqu'un parmi vous est-il malade ? Qu'il appelle les anciens de l'Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l'oignant d'huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné."

Ce passage nous montre clairement que la seule responsabilité du malade est d'appeler les anciens de l'Eglise. C'est tout ce qui est demandé à sa foi ! Quand les anciens sont réunis auprès de lui, c'est à eux qu'incombe la responsabilité de prononcer la prière de la foi. Si ce sont les anciens qui doivent prononcer la prière de la foi, quels sont donc ceux qui sont censés avoir la foi ? Si vous n'avez pas la foi, comment pourrez-vous prononcer la prière de la foi ? Notez qu'il n'est pas écrit que c'est la foi du malade qui doit le guérir. Il est écrit que c'est la prière de la foi prononcée par les anciens qui doit guérir le malade. Ce passage montre aussi que si le malade a commis des péchés, ce n'est pas cela qui doit bloquer la foi des anciens, ni la puissance de Dieu. Le malade sera pardonné et guéri.

Le fait d'enseigner que le malade doit avoir lui-même la foi pour sa guérison vient du diable, qui l'a inspiré aux prédicateurs qui étaient incapables de manifester la puissance de Dieu. Il leur fallait trouver une raison "spirituelle" pour justifier que le malade n'était pas guéri. Ils ne voulaient pas que les gens les accusent et n'aient plus confiance en eux. Alors ils ont fait porter la responsabilité du manque de guérison au malade lui-même, en disant que s'il n'était pas guéri, c'est parce qu'il n'avait pas la foi.

Mais quand un pasteur impose les mains à un malade et que ce dernier est guéri, il se hâte en général de s'attribuer le mérite de cette guérison, et de dire que c'est sa foi qui a guéri le malade !

Quand Jésus voyait que quelqu'un avait la foi, Il le félicitait. Mais quand quelqu'un n'avait pas la foi, Il l'avait pour lui, et lui donnait la solution de son problème. Les seuls que Jésus ait sévèrement repris pour leur manque de foi étaient Ses propres disciples, et tous les autres hypocrites religieux.

Quand Jésus a sévèrement repris Ses disciples, ce n'est pas parce qu'ils n'avaient pas la foi pour être guéris, mais parce qu'ils n'avaient pas la foi pour guérir les autres !

Quelqu'un pourrait me dire : "La Bible dit qu'un jour, Paul "vit" qu'un malade avait la foi pour être guéri, et que c'est pour cela qu'il l'a guéri." Je dirai que ce passage, tout comme celui où Pierre a guéri un homme qui n'avait pas la foi en sa propre guérison, prouve aussi mon point de vue. Si un malade a la foi pour sa propre guérison, c'est parfait ! Mais si un malade n'a pas cette foi, vous devez l'avoir pour lui !

Question 4 : Certains enfants sont nés avec des handicaps. J'ai entendu certains pasteurs dire que si ces enfants n'étaient pas guéris, c'était parce que leurs parents n'avaient pas assez de foi. Est-ce vrai ?

J'aimerais dire que si jamais j'entendais un pasteur, ou quiconque, dire cela aux parents d'un enfant handicapé ou malade, je reprendrais aussitôt publiquement ce pasteur ou cette personne, sans hésiter une seule seconde. Si quelqu'un manque autant de compassion et d'amour, il n'a rien à faire dans le ministère ! Il n'est qu'un Pharisien, qui met des fardeaux sur les gens, et qui ne lève pas le petit doigt pour les aider à les porter. J'aimerais qu'un "pasteur" qui dirait cela ne soit qu'un ignorant qui répète ce qu'on lui a enseigné. Mais, pour le moins, une telle déclaration déconsidèrerait complètement son auteur à mes yeux, et l'empêcherait d'avoir une quelconque influence spirituelle positive sur ma vie. Si j'entendais un pasteur dire cela du haut d'une estrade, je quitterais aussitôt cette réunion, et toute ma famille partirait avec moi.

Si un pasteur disait qu'un enfant handicapé n'était pas guéri à cause du manque de foi de ses parents, j'espère que les parents de cet enfant, ou qu'un simple Chrétien rempli de hardiesse, exigeraient que ce pasteur ait la foi pour guérir sur le champ cet enfant ! Cela permettrait au moins à de telles personnes de réfléchir à deux fois avant d'exprimer de telles inepties.

Revenons à présent au cœur de la question. Qu'en est-il de cet enfant ? Tous les parents chrétiens devraient avoir la foi pour leurs propres enfants, et même pour tous les membres de leur famille. C'est Dieu qui a donné cet enfant à ses parents. Ces parents ont donc la responsabilité d'avoir foi en Dieu pour leurs enfants.

Mais, s'ils n'ont pas la foi, il est très inconvenant de les montrer du doigt ou de les blâmer. En tant que Chrétiens ou pasteurs, nous devons porter les fardeaux de ceux qui sont plus faibles. Alors cessez de dire aux gens qu'ils n'ont pas assez de foi ! Ayez la foi pour eux ! Et enseignez-leur à avoir la foi !

Question 5 : J'ai entendu certains pasteurs dire que si un enfant est né avec un handicap, c'est à cause de ses parents. Est-ce vrai ?

D'abord, permettez-moi de dire qu'il y a plusieurs raisons possibles pour qu'un enfant naisse avec un handicap, une maladie, ou une malformation.

L'une de ces raisons est due au fait que certains aspects génétiques sont présents parce que nous vivons dans un monde infesté de péché, et rempli de germes, de bactéries et de virus. Ce sont donc des choses qui arrivent.

Mais je voudrais aller un peu plus loin. Cela peut arriver à des gens qui ne sont pas Chrétiens, mais cela ne devrait jamais être le cas pour des parents chrétiens. Notez bien que je dis : "cela ne devrait jamais arriver." Le diable est semblable à un avocat retors, qui essayera toujours de voir si vous savez bien tout ce qu'inclut votre héritage. Si vous ne le savez pas, il vous dérobera votre héritage, et vous penserez que ce qui vous arrive est normal. Au pire, vous croirez même que cela vous vient de Dieu. Il se peut que des parents soient des Chrétiens zélés, mais ils ignorent peut-être le fait qu'ils ne doivent pas avoir un enfant anormal. Peut-être font-ils beaucoup de bonnes choses pour Dieu. A cause de cela, le diable essaye de les arrêter ou de les freiner, en attaquant la santé de leur enfant. Cela peut se produire à la naissance de l'enfant, ou plus tard.

Parfois, un problème physique ou génétique peut être provoqué par certaines substances que l'un des parents, ou les deux, ont absorbées avant la naissance de l'enfant, ou au cours de la grossesse. Cela peut inclure des drogues, des médicaments, du tabac ou de l'alcool. Peut-être ont-ils aussi absorbé des fumées toxiques. Dans ce sens, il est donc vrai que le problème de l'enfant a pu être provoqué par ce qu'ont fait ses parents. Mais nous qui sommes dans le ministère, nous ne sommes pas des médecins. Notre travail n'est pas de diagnostiquer des maladies ou des infirmités, ni de savoir qui est coupable, mais d'apporter une solution au problème. Nous devons délivrer les opprimés. Jésus n'a jamais parlé des problèmes des malades qui venaient Le trouver. Il les guérissait, tout simplement.

C'est aussi un domaine qui permet à certains d'évoquer le thème des "malédictions des ancêtres." Nous en reparlerons plus tard dans une section à part. Mais je voudrais dire ceci : Si vous êtes en Christ, Christ est devenu malédiction pour vous, et Il vous a racheté de la malédiction. Il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, et qui marchent, non selon la chair, mais selon l'esprit. En Jésus-Christ, il est donc clair qu'il n'y a plus aucune "malédiction des ancêtres." La Bible enseigne que ceux qui sont morts sont libérés de la Loi. Ils sont donc aussi libérés de la malédiction de la Loi. Si vous êtes en Christ, vous êtes mort ! Ce n'est plus vous qui vivez, mais c'est Christ qui vit en vous.

Ensuite, comment pourrait-il y avoir dans votre vie une "malédiction des ancêtres," étant donné que c'est Dieu qui est votre Père, et que votre seule hérédité vient à présent de Dieu ? Vous êtes maintenant un fils ou une fille de Dieu. D'où viendrait donc cette "malédiction des ancêtres" ? Si vous dites que vous êtes encore sous la malédiction de vos ancêtres, vous devez vous rendre compte qu'en disant cela, vous proclamez que vous n'êtes pas né de nouveau, et que vous avez encore pour père le diable !

Certains diront que si leur père terrestre était un alcoolique, la malédiction causée par ce péché viendra sur eux. C'est ce qu'ils veulent dire quand ils parlent de "malédiction des ancêtres." Mais chacun est responsable de ses propres péchés, et non des péchés de ses parents !

Un jour, les disciples de Jésus Lui ont demandé qui avait péché, l'homme né aveugle, ou ses parents. Jésus a répondu : "Ni lui, ni ses parents." Cela aurait pu être l'occasion idéale pour Jésus de parler de la "malédiction des ancêtres." Ce que la plupart des gens appellent "malédiction des ancêtres" n'est rien d'autre, en fait, que les péchés qu'ils commettent eux-mêmes. Si l'on enseignait correctement sur la nouvelle naissance, et sur ce qu'elle implique, il ne serait même pas nécessaire de parler de la "malédiction des ancêtres." Mais comment tous ceux qui ont écrit tant de livres sur ce sujet obtiendraient-ils alors l'argent des autres ? Ce sujet de la "malédiction des ancêtres" a permis de développer une véritable industrie, avec ses livres, ses séminaires, ses conseillers, etc…

Récemment, j'ai entendu un célèbre télé-évangéliste de Portland, dans l'Oregon (il a aussi une église à Dallas, au Texas), dire qu'il ne suffisait pas de briser une malédiction, mais qu'il fallait "la renvoyer à ceux qui l'avaient lancée" ! Hélas, la plupart de ses auditeurs étaient trop pris par leurs émotions pour contrôler ce qu'il avait dit, à la lumière des Ecritures. Jésus a dit : "Bénissez ceux qui vous maudissent." Il faut quand même que les Chrétiens parviennent à réaliser que ce n'est pas parce que quelqu'un passe à la télé ou a écrit un livre, qu'il a forcément raison ! Cela veut simplement dire qu'il a de l'argent, et que cet argent, il l'a en général reçu de Chrétiens faciles à duper.

Question 6 : Si je continue à prendre des médicaments après avoir reçu la prière pour ma guérison, est-ce que cela m'empêchera d'être guéri ?

Je ne crois pas qu'il existe un seul médicament qui soit plus fort que la puissance de Dieu ! Au début du Mouvement de Pentecôte, il y avait de sérieux problèmes causés par les pratiques médicales de l'époque. C'est encore le cas aujourd'hui. Ceux qui enseignent que le fait de continuer à prendre des médicaments empêchera la guérison de se manifester croient qu'il faut mettre sa foi en action après avoir reçu la prière. Ils disent que nous devons alors nous comporter comme si nous étions guéris. Ils disent aussi que celui qui a été guéri n'a plus besoin de prendre des médicaments, et que celui qui continue à prendre des médicaments prouve qu'il ne croit pas réellement qu'il a été guéri, lorsqu'on a prié pour lui.

John Lake a un jour témoigné sous serment, devant la justice, que les membres de son église n'avaient pas besoin qu'on leur dise de ne plus se rendre chez un médecin, et qu'ils avaient assez de bon sens pour le comprendre eux-mêmes. John Lake avait étudié la médecine, et en avait conclu que toutes les pratiques médicales ne reposaient que sur des suppositions et des pures conjectures. Ses pires ennemis, dans le Nord-Ouest des Etats-Unis, étaient les médecins et les fonctionnaires de la Santé.

Il a déclaré un jour aux membres de son église que s'ils gardaient chez eux des médicaments, ils feraient mieux de les jeter aux toilettes, et de demander ensuite pardon aux toilettes !

J'approuve pleinement la position de John Lake, comme celle de tous les pionniers du Mouvement de Pentecôte, concernant les médecins et la médecine. Toutefois, je crois que nous devons édifier et encourager les gens, et ne pas dire des choses qui risquent de les mettre sous un esprit de condamnation, s'ils ne marchent pas dans une pleine consécration ou une pleine compréhension de la Parole de Dieu. Je le répète, si les pasteurs commençaient à avoir la foi pour les malades, ceux-ci pourraient être guéris, et ils pourraient ensuite les enseigner pour leur montrer comment marcher dans la santé divine. Je ne crois pas que nous devions forcer les gens à adopter une ligne de conduite, c'est du légalisme. Il vaut bien mieux prêcher simplement la Parole de Dieu, montrer aux gens ce que Dieu veut, et leur présenter toutes les possibilités qui sont les nôtres en Christ, en les laissant atteindre eux-mêmes le niveau de foi nécessaire.

Question 7 : Comment se fait-il que certains pasteurs qui prêchent la guérison portent des lunettes ?

Tout d'abord, laissez-moi vous dire franchement quelque chose. Personne n'a le droit de fonder son interprétation de l'Ecriture sur la marche chrétienne de quelqu'un d'autre. Vous ne devez jamais être convaincu de ce que Dieu veut que vous fassiez, uniquement en imitant ce que font les autres ! Un sage étudiera toujours la Parole de Dieu pour y trouver son modèle, et aussi pour y trouver ses limitations. Les hommes font des erreurs. Ceux qui imitent ce que font les autres, dans leur propre marche avec Dieu, finiront toujours par chuter. Cessez donc de chercher des exemples, et devenez vous-même un exemple pour les autres !

Je reviens maintenant à votre question. Un pasteur peut prêcher la guérison, sans avoir pourtant une pleine compréhension des raisons pour lesquelles Dieu guérit, ou des moyens qu'Il utilise pour guérir. Il peut croire que Dieu veuille guérir les autres, et pourtant ne pas être pleinement convaincu que Dieu veuille le guérir lui-même. Il se peut aussi qu'il commette un péché secret, petit ou grand, et qu'il croie que Dieu ne voudra pas le guérir tant qu'il n'aura pas abandonné ce péché. Notez bien que ce qui est important ici, c'est que ce pasteur croie que Dieu ne le guérira pas tant qu'il n'aura pas abandonné son péché. Si c'est cela qu'il croit, alors c'est ce qu'il recevra. Nous ne recevons de Dieu que ce que nous croyons que nous allons recevoir, car il nous est toujours fait selon notre foi.

Beaucoup de pasteurs croient aussi que leur problème de vue est leur "écharde dans la chair," tout comme ceux qui prétendent que l'écharde de Paul était une maladie des yeux.

Nous reparlerons plus tard de l'écharde de Paul.

Les pasteurs ne sont pas exemptés de la nécessité de vivre par la foi, ce que Dieu exige de nous tous. Le fait d'être pasteur ne signifie pas que nous ayons moins de problèmes que les autres ! Cela signifie que nous devons porter leurs fardeaux, en plus de nos propres problèmes. Souvent, les pasteurs qui prêchent la guérison divine doivent combattre la maladie ou l'infirmité dans leur propre corps, plus souvent que ceux pour lesquels ils prient ! Ce n'est pas le plan de Dieu, mais c'est ainsi que l'ennemi travaille. Le principe biblique, c'est que l'ouvrier doit être le premier à profiter de ce qu'il prêche ! En fait, les pasteurs qui continuent à prêcher la guérison, alors qu'ils portent eux-mêmes des lunettes, devraient plutôt être félicités pour leur force d'âme, au lieu d'être critiqués.

Si les lunettes d'un pasteur vous gênent, priez pour lui, et ne le critiquez pas. Mais, si vous devez prier pour lui, faites-le entre Dieu et vous. N'allez pas le trouver pour lui parler de ce problème. Il est déjà sans doute en train de lutter contre le diable, qui s'efforce constamment de mettre tous les pasteurs sous un esprit de condamnation, comme il le fait pour tout le monde. L'ennemi attaque toujours les pasteurs en essayant de leur faire croire qu'ils feraient mieux de quitter le ministère, parce qu'ils ne vivent pas au niveau des exigences de la Parole de Dieu, ni même des messages qu'ils prêchent. Ne travaillez donc pas pour le diable ! Priez en privé pour ce pasteur. Même si vous allez le trouver pour lui offrir de prier pour lui, l'ennemi s'efforcera de faire passer votre compassion pour de la condamnation. Priez donc pour lui dans votre chambre. Il en est de même pour tous les autres problèmes physiques qu'un pasteur peut avoir.

Question 8 : Pourquoi les pasteurs qui prêchent la guérison ont-ils des membres de leur famille qui tombent malades ?

Souvent, ceux qui sont les plus difficiles à persuader et à atteindre sont les membres de notre propre famille. Certains disent que tous les malades doivent avoir la foi pour eux-mêmes ; ainsi, si un membre de notre famille tombe malade, ce serait à lui d'avoir la foi pour lui-même. Mais j'ai déjà dénoncé ce mythe dans ma réponse à une question précédente.

Comme dans le cas d'un enfant malade et de ses parents, dont nous avons déjà parlé, il peut y avoir plusieurs facteurs qui interviennent dans la guérison d'un membre de notre famille.

La première chose à considérer est la suivante : est-ce que ce pasteur, qui enseigne la guérison, a effectivement prié pour le membre de sa famille qui était malade ?

Ensuite, même si un pasteur peut guérir un membre de sa famille qui était malade, c'est à ce dernier de faire ce qu'il faut pour rester guéri. Jésus a dit à quelqu'un : "Va, et ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire" (Jean 14 : 4). Vous ne savez pas nécessairement si ce pasteur a bien prié pour le membre de sa famille, qui a été guéri, mais qui a continué à faire certaines choses qui ont fait revenir la maladie. La guérison divine ne signifie pas que l'on soit ensuite complètement immunisé de toute maladie et de toute infirmité. Il s'agit simplement d'un événement qui a modifié la situation présente. Celui qui a été guéri a ensuite la responsabilité de se plonger dans la Parole de Dieu, et de laisser la Parole de Dieu entrer dans son cœur.

Je l'ai déjà dit, vous ne devez jamais juger la Parole de Dieu, ni juger un pasteur, mais vous devez juger le message qu'il apporte.

Les familles des pasteurs qui prêchent la guérison passent souvent par de terribles épreuves et souffrances. Non pas parce que c'est la volonté de Dieu pour elles, mais elles sont persécutées à cause de la Parole. Quand vous marchez dans la vérité de la Parole de Dieu, votre vie subira des changements, mais souvent ces derniers sembleront aller pour le pire. L'ennemi vous tient dans son collimateur. Auparavant, vous n'étiez qu'un visage anonyme dans la foule, allant dans la même direction que tout le monde. Mais quand vous commencez réellement à marcher comme Jésus a marché, vous devez vous préparer à être persécuté d'une manière ou d'une autre par l'ennemi, tout comme il l'a fait pour Jésus.

Je le répète, si vous voyez un membre de la famille d'un pasteur qui prêche la guérison être attaqué par une maladie physique, ne l'embarrassez pas en lui disant par exemple : "Comment se fait-il que vous soyez malade, si ce que prêche votre mari est exact ?" Ou encore : "Comment se fait-il que vous portiez des lunettes, si ce que prêche votre mari est exact ?" Chacun doit mener ses propres combats. Et, je vous l'assure, les épouses des pasteurs qui prêchent la guérison sont constamment sur le champ de bataille ! Elles sont constamment la cible de l'ennemi, parce que, bien souvent, elles ne sont pas aussi actives que leur mari dans le domaine de la guérison. L'ennemi les considère donc comme une "cible fixe," de même qu'il considère leur mari comme une "cible mouvante" ! Vous savez, il est toujours plus facile de toucher une cible fixe qu'une cible mouvante ! Priez pour les familles des pasteurs qui prêchent la guérison divine ! Souvent, en raison de la notoriété de leur mari, leurs épouses n'osent pas demander la prière, parce qu'elles pensent que cela pourrait pousser des gens à perdre la foi. Je ne dis pas que cette manière de penser soit juste, mais je dis simplement que cela arrive.

Question 9 : Combien de fois pouvez-vous ressusciter quelqu'un d'entre les morts ?

Aussi longtemps que vous êtes disposé à rester avec eux et à continuer à prier pour eux !

Question 10 : Combien de temps, après la mort de quelqu'un, est-il encore possible de le ressusciter ?

"Qu'il vous soit fait selon votre foi !"

Question 11 : Les guérisons n'ont-elles pas cessé après la mort des apôtres ?

Aucun verset des Ecritures ne nous permet de le croire. La puissance qu'avaient les apôtres n'était pas due au fait qu'ils étaient apôtres, mais parce qu'ils étaient des Chrétiens qui édifiaient l'Eglise. Dans la Bible, en réalité, il n'y a que deux époques principales : celle de l'Ancien Testament, et celle du Nouveau Testament. Les apôtres agissaient à l'époque du Nouveau Testament. Le Nouveau Testament nous offre une meilleure alliance, fondée sur de meilleures promesses. Jésus a dit qu'Il ne nous quitterait jamais, et qu'Il serait avec nous jusqu'à la fin du monde. Le "monde" dont Il parlait est celui de la Nouvelle Alliance.

Question 12 : A partir de quel âge pouvez-vous commencer à guérir les malades et à ressusciter les morts ?

En fait, plus vous êtes jeune, et plus vous êtes susceptible de faire réellement quelque chose ! Plus vous êtes jeune, et moins on doit passer de temps à corriger les mauvais enseignements que vous pouvez avoir reçus ! Cela est vrai aussi quand vous atteignez l'âge d'un senior ! En général, à cet âge, vous ne vous souciez plus tellement de ce que les gens vont penser de vous, et vous oserez faire plus de choses ! Les problèmes viennent souvent du fait que les gens n'ont pas reçu de bons enseignements. Beaucoup attendent de recevoir une "parole précise" du Seigneur, avant de commencer à agir. Supposez que vos parents doivent partir pour le week-end, et qu'avant de partir ils vous laissent quelques instructions écrites, concernant certaines tâches qu'ils vous confient pendant leur absence. Puis, à leur retour, ils constatent que vous n'avez rien fait. Ils vous demandent pourquoi vous n'avez rien fait, et vous leur répondez que vous n'étiez pas certain que c'était bien ce qu'ils voulaient que vous fassiez, et que vous attendiez qu'ils vous téléphonent pour vous confirmer ce qu'ils vous avaient écrit. Pensez-vous que cela marcherait, ou qu'ils vous traiteraient d'enfant désobéissant ?

Question 13 : Pourquoi certaines personnes, qui souffrent de beaucoup de maladies, ne guérissent que d'une seule de leurs maladies quand on prie pour eux ?

Cela dépend de la foi qu'ils avaient quand on a prié pour eux, ou de la foi de celui qui a prié pour eux ! Ils ont obtenu ce qu'ils attendaient. Souvent, les malades ne détaillent pas tous leurs problèmes à ceux qui prient pour eux. Ils ne mentionnent qu'un ou deux problèmes. Certaines personnes m'ont demandé de ne prier que pour une ou deux de leurs maladies les plus graves, parce qu'ils pouvaient vivre avec les autres ! Je m'efforce de leur expliquer que si Dieu est prêt à guérir une ou deux de leurs maladies graves, Il peut aussi guérir leurs problèmes moins graves !

Question 14 : Que pensez-vous de prières à distance ? Est-ce qu'un malade peut être guéri même s'il n'est pas présent quand on prie ?

Jésus a guéri à distance le serviteur du centurion Romain. Il a aussi guéri à distance la fille de la femme Syro-Phénicienne. Alors, oui, on peut guérir un malade même quand il n'est pas présent. En général, je dis aux gens que, puisque la foi est agissante par l'amour, votre foi pourra toucher une personne, et la guérir, aussi loin que votre amour pourra la toucher. Si vous pouvez aimer une personne qui se trouve à l'autre bout du monde, vous aurez la foi pour cette personne, même si elle est à l'autre bout du monde ! En fait, il est parfois plus facile d'avoir la foi pour quelqu'un qui n'est pas en face de vous. Si une personne est en face de vous, vous pouvez avoir des raisons qui finissent par vous faire croire qu'elle ne peut pas être guérie. Cette personne peut, par ses paroles, vous empêcher d'avoir la foi !

Question 15 : Comment se fait-il que Jésus n'a guéri qu'un seul malade à la piscine de Béthesda ?

L'Evangile de Jean, au chapitre 5, nous donne le récit de cette guérison à la piscine de Béthesda. Rappelez-vous d'abord que c'est aussi l'apôtre Jean qui a dit que s'il avait fallu écrire tout ce que Jésus a fait, le monde entier ne pourrait pas contenir tous les livres qu'il faudrait écrire. Tout d'abord, la Bible ne nous dit pas combien de malades ont été guéris à cet endroit. Ce passage nous donne le détail d'une guérison particulière, pour que nous en recevions un enseignement spécifique. La Bible ne nous dit pas non plus que Jésus n'a guéri que cet homme à cet endroit. Toute spéculation ne restera donc qu'une spéculation.

J'ai entendu des prédicateurs dire que Jésus avait contourné tel ou tel malade avant d'arriver à celui qu'Il voulait guérir. Tout cela n'est que conjecture, et n'est pas écrit dans la Bible. Ceux qui veulent utiliser ce passage de l'Ecriture pour prouver que Jésus choisit de guérir qui Il veut, ne se rendent pas compte qu'on peut aussi l'utiliser pour prouver exactement le contraire !

Au début du chapitre 5, il est écrit que cette piscine de Béthesda était un endroit célèbre pour les guérisons qui s'y opéraient à une certaine période de l'année. Certains spécialistes pensent que cette période était celle de la Pâque, ce qui confirmerait le fait que la guérison de nos maladies est comprise dans le sacrifice de Jésus à la croix. Un ange venait alors "remuer" l'eau de la piscine. Quand l'eau était remuée, la première personne qui se jetait alors dans la piscine était guérie de sa maladie, quelle qu'elle soit.

  • Cela prouve le fait que ce n'était pas Dieu qui choisissait la personne qui devait être guérie, ni le moment de sa guérison, ni le type de maladie dont elle devait être guérie.
  • Cela prouve que ce n'était pas Dieu qui dictait le moment de la guérison de tel ou tel malade. Cela anéantit donc la doctrine qui nous dit que nous devons attendre le "moment de Dieu pour être guéri."
  • Cela prouve que ce n'était pas Dieu qui décidait que certains devaient rester malades, jusqu'à ce qu'ils apprennent quelque chose. Cela anéantit la doctrine selon laquelle "je suis malade parce que Dieu est en train de m'apprendre quelque chose."
  • Cela prouve que ce n'était pas la volonté de Dieu que certains restent malades, alors qu'Il voulait que d'autres soient guéris. Cela anéantit la doctrine selon laquelle "ce n'est pas la volonté de Dieu de guérir tout le monde." Notez que dans ce passage de l'Evangile, il n'est nullement fait mention de la repentance des péchés. Cette histoire nous prouve que Jésus, notre Pâque, nous a acquis une complète libération de toute maladie et de toute infirmité.
  • Question 16 : Comment pouvons-nous nous attendre que tous soient guéris, alors que Jésus, dans sa propre ville, n'a pas pu guérir tous les malades ?

    Cette question est très souvent posée. La plupart des gens ne peuvent même pas citer cinq versets qui nous promettent la guérison, et pourtant, même ceux qui ne sont pas Chrétiens savent qu'il est écrit quelque part dans la Bible que Jésus n'a pas pu guérir les gens dans Sa propre ville, que Paul était affligé d'une maladie mystérieuse, et que Dieu lui avait répondu "non" quand il lui avait demandé de le guérir. Ils savent aussi que Paul a laissé quelqu'un malade, sans se rappeler qui et où, et que Paul a demandé à Timothée de boire un peu de vin, parce qu'il avait des problèmes d'estomac. J'aurai l'occasion de revenir sur toutes ces choses plus tard.

    Tout d'abord, la Bible ne dit nullement que Jésus a "essayé de guérir des malades dans Sa ville, et qu'Il a échoué." Pourtant, c'est souvent ce qui est prêché. En réalité, c'est exactement le contraire, car il est écrit que Jésus a guéri tous ceux auxquels Il a imposé les mains.

    Voici ce qui est écrit : "Il ne put faire là aucun miracle, si ce n'est qu'il imposa les mains à quelques malades et les guérit. Et il s'étonnait de leur incrédulité" (Marc 6 : 5-6). Ceux à qui Jésus a imposé les mains ont été guéris. On peut donc dire qu'Il les a tous guéris.

    Même si Jésus ne put accomplir aucun miracle en ce lieu, à cause de leur incrédulité, cela ne L'a pas empêché d'accomplir quelques œuvres puissantes. Quels sont donc les miracles qui n'ont pas pu se produire ?

    Personne n'a été guéri en touchant le bord de Son vêtement. Personne n'est venu Lui demander de guérir un enfant ou un serviteur à distance. Rappelez-vous le centurion Romain ou la femme Syro-Phénicienne, dont Jésus a loué la "grande foi." Ainsi, apparemment, à Nazareth, personne n'a été guéri en raison de sa propre foi, mais ceux qui ont été guéris l'ont été grâce à la foi de Jésus. L'incrédulité de la population de Nazareth les a sans doute empêchés de venir à Jésus pour être guéris. Ceux qui n'ont pas confiance en vous, ou qui sont "offensés" par ce que vous faites, comme certains l'ont été dans le cas de Jésus, ne viennent pas en général vous trouver pour que vous les guérissiez !