Envoyer à un ami

A183 Le Baptême dans le Saint-Esprit (1/3).

Article de John G. Lake (Première partie)

Ce qu'est un véritable Baptême dans le Saint-Esprit !

L'original a été publié en anglais dans le livre : "John G. Lake : The Complete Collection of His Life Teachings", compiled by Roberts Liardon, Albury Publishing, Tulsa, Oklahoma.

Cette prédication a été donnée par John G. Lake le 23 février 1921. Elle est la première d'une série de trois.

Le baptême dans le Saint-Esprit est le plus grand événement de l'histoire de la Chrétienté, plus grand que la crucifixion, plus grand que la résurrection, plus grand que l'ascension de Jésus-Christ, et plus grand que Sa glorification.

Si la crucifixion de Jésus-Christ n'avait pas été suivie par Sa résurrection, Sa mort serait restée vaine, pour ce qui concerne le salut de l'humanité. De même, s'Il était ressuscité d'entre les morts, mais sans avoir pu atteindre le trône de Dieu, pour recevoir du Père le don du Saint-Esprit, Il n'aurait pas atteint l'objectif pour lequel Il est mort et ressuscité.

Jésus n'a connu aucun échec dans Sa mission. Jésus est allé jusqu'au bout, Il est parvenu jusqu'au trône et au cœur de Dieu. Il a obtenu, dans les trésors de l'Ame Eternelle, le Saint-Esprit Tout-Puissant, et Il l'a déversé sur le monde entier pour lui accorder ce divin baptême. C'est grâce à cela que nous sommes ici ce soir.

La naissance du Christianisme.

Le jour de la Pentecôte est celui de la naissance du Christianisme. Avant que le Saint-Esprit ait été répandu du Ciel, le Christianisme n'existait pas. Le ministère de Jésus sur la Terre fut celui qu'Il a exercé pour préparer le monde à Son ministère ultime. Ce ministère ultime devait être celui du Saint-Esprit.

Le ministère de Jésus, au cours de Sa vie terrestre, fut limité par Son humanité. En outre, Son message ne s'adressait qu'à Israël. Mais la descente du Saint-Esprit permit à chaque être humain d'avoir accès au ministère universel de Jésus. C'est cela que Dieu avait au plus profond de Son cœur. Le fait d'être en contact céleste avec le Dieu éternel et avec Sa puissance, a enflammé l'être entier des disciples, pour Dieu et avec Dieu, leur a permis de pénétrer dans la nature même de Dieu, et de devenir semblable à Lui. L'homme est devenu semblable au Seigneur !

Une terre sainte.

Il n'y a, dans toute la Parole de Dieu, aucun sujet qui me semble devoir être abordé avec autant de saint respect, que celui du Baptême dans le Saint-Esprit. Bien-aimés, mon cœur saigne chaque jour de ma vie, quand j'entends avec quelle légèreté des Chrétiens peuvent parler du Baptême dans le Saint-Esprit.

Quand Moïse est entré dans la présence de Dieu, devant le Buisson Ardent, Dieu lui a dit : "N'approche pas d'ici, ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte" (Exode 3 : 5). C'est encore plus vrai quand nous venons dans la présence de Dieu pour rechercher le Baptême dans le Saint-Esprit, en nous rappelant que, pour obtenir ce don, Jésus-Christ a vécu dans ce monde, a versé Son sang sur la croix, a pénétré dans les ténèbres de la mort, des profondeurs de la terre et du tombeau, a affronté et vaincu la puissance du mal, est ressuscité, et est finalement monté au Ciel pour nous assurer cette grâce, à vous et à moi. S'il y a quelque chose sous les cieux qui doit nous pousser au plus grand respect, au respect le plus sacré, plus que toute autre chose au monde, c'est certainement le sujet du Baptême dans le Saint-Esprit !

Oh ! Mon âme est parfois profondément blessée quand j'entends certains Chrétiens demander avec légèreté : "Avez-vous reçu votre Baptême dans l'Esprit ?" Supposons que nous ayons le privilège, ce soir même, de nous trouver devant la croix en présence du Seigneur agonisant, je me demande quels seraient les sentiments de notre cœur ? Supposons que nous fassions partie du groupe de disciples en larmes qui ont dû porter Son corps mort dans le tombeau, quels auraient été nos sentiments ? Supposons que nous L'ayons rencontré dans le jardin, comme Marie, dans la gloire de Sa résurrection, ou encore que Dieu, dans Sa grâce, nous ait permis d'assister à cette scène extraordinaire dans le Ciel, quand les portes célestes élevèrent leurs linteaux pour laisser entrer le Roi de Gloire… Bien-aimés, si cela avait été le cas, nous aurions une bien meilleure compréhension de ce qu'est le Baptême dans le Saint-Esprit !

Combien j'aime ce vieux mot anglais "Ghost" (Esprit) ! Il s'agit d'un visiteur céleste de l'Au-delà, de la présence spirituelle de l'Ange de l'Eternel. Cet Ange de l'Eternel qui vient vers vous et vers moi nous vient directement du cœur du Dieu Eternel, comme un souffle de l'âme de Jésus-Christ ! Quand le Saint-Esprit est descendu au début sur les 120 disciples, à Jérusalem, personne ne s'est promené en disant à la ronde : "Frère, as-tu reçu ton Baptême ?" Ils ont enlevé leurs chaussures, et ont découvert leurs têtes et leurs cœurs devant le Dieu Eternel !

Je crois que la première chose, et la plus essentielle, dans une église réellement conduite par le Saint-Esprit, comme dans une œuvre réellement spirituelle, commence par le fait d'accorder au Baptême dans le Saint-Esprit le divin respect que l'on doit à une expérience aussi sacrée, et que le Seigneur nous a acquise en payant un prix aussi élevé.

Une leçon de vénération.

Quand j'étais en Afrique du Sud, je me suis trouvé un jour en compagnie de Madame Dockrall, une magnifique femme de Dieu, baptisée dans le Saint-Esprit. Nous étions assis sur des rochers, méditant et priant, à quelque distance du reste de notre groupe. A un moment donné, le Saint-Esprit est venu sur elle avec puissance, et elle fut submergée dans l'Esprit. Elle commença à donner un message en langues, puis en donna l'interprétation en Anglais. J'ai entendu, sur le thème de la vénération, le plus profond message qu'il m'ait été donné d'entendre de toute ma vie.

Je lui dis ensuite : "Dites-moi tout ce que vous pouvez me dire concernant l'expérience que vous venez de vivre !"

Elle n'avait jamais été en Europe, mais elle me dit : "J'ai été transportée par l'Esprit quelque part en Europe. Je me suis approchée d'une grande cathédrale." Elle m'en décrivit l'architecture, puis ajouta : "En approchant de l'entrée, je fus accueillie par un prêtre Anglais qui me conduisit vers l'autel, par la nef latérale, et je m'agenouillai. Une nuée blanche commença à descendre. Au milieu de la nuée, je distinguai la forme et le visage de Jésus-Christ. Le prêtre se tenait sur la tribune et commença à parler. Mais je me rendis compte que, par l'action de l'Esprit, les paroles qu'il prononçait étaient en réalité celles que prononçait le Seigneur Jésus Lui-même." L'un des plus grands regrets de ma vie fut de ne pas avoir à mes côtés une sténographe, pour transcrire ce merveilleux message sur la vénération que nous devons avoir pour les œuvres de Dieu.

J'ai eu l'occasion de lire l'un des livres les plus magnifiques que j'ai jamais lus. Il a été écrit par Madame Parker, une missionnaire Anglaise en Inde. Elle y décrivait la vie, les enseignements et la mission du Saddhou Sundar Singh. Un saddhou est un "saint homme," qui renonce au monde de manière absolue, qui ne se marie jamais, qui ne prend jamais aucune part aux affaires de ce monde, et qui se met à part pour mener sa vie religieuse et pour méditer sur Dieu et la vie spirituelle. Sundar Singh, quand il a rencontré le Seigneur Jésus-Christ, eut l'idée de devenir un saddhou chrétien. Il allait de lieu en lieu, ne portait pas de chaussures, abandonnant entièrement sa vie entre les mains de Dieu.

Voici l'une des déclarations de Madame Parker, concernant le Saddhou Sundar Singh : "Lorsque vous veniez en sa présence, votre âme était remplie d'un profond respect, comme si vous vous trouviez en présence de Jésus le Nazaréen." Approchons-nous du lieu très saint avec le même profond respect. Soyons remplis de vénération lorsque nous sommes dans la présence de Celui qui a été glorifié.

La Baptême dans le Saint-Esprit est quelque chose qui est particulier au Seigneur Jésus-Christ. Jean-Baptiste a dit :

"Moi, je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. Il a son van à la main ; il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint point" (Matthieu 3 : 11-12).

Jésus-Christ a été glorifié. Il doit poser Ses mains sur vous et sur moi, pour nous conférer Sa propre nature, nous transmettre l'onction de Dieu, la substance de Son âme, la qualité de Son intelligence, et la vraie nature de Dieu Lui-même. "Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?" (1 Cor. 6 : 19). Un temple de Dieu, une maison de Dieu, dans laquelle Dieu demeure !

Une habitation de Dieu.

Parfois, je m'efforce de concevoir clairement dans mon âme le fait que Dieu vit en moi. Je me suis efforcé de noter l'influence grandissante et la puissance de cet Esprit pur, doux et vivant, qui est celui du Dieu Eternel. Je me suis efforcé de réaliser Sa présence dans mon esprit, dans mon âme, dans mes mains, dans mes pieds, dans ma personne et dans tout mon être. Je suis une habitation de Dieu, une habitation de Dieu ! Dieu est en train d'équiper mon âme pour que Lui-même puisse faire du bien au monde. Dieu veut équiper l'âme de l'homme, pour qu'il puisse vivre éternellement en harmonie de pensée avec Dieu. Dieu veut offrir à l'âme de l'homme la puissance de Sa personnalité, grâce à laquelle l'homme peut être rendu semblable à Dieu. Car toutes les qualités divines de votre cœur sont dues au fait que Dieu, par Son Esprit, demeure en vous. Que recherchez-vous en fait dans un autre être humain ? C'est Dieu ! Vous plongez vos yeux dans les yeux d'un autre être humain pour y voir Dieu ! Si vous ne pouvez pas discerner la présence de Dieu dans un autre être humain, votre cœur est troublé. Vous recherchiez Dieu, et vous ne L'avez pas trouvé !

Je ne suis pas intéressé par l'apparence, la forme ou le nom d'un individu. Ce qui m'intéresse, c'est de voir Dieu en lui. Dieu est-Il présent en lui ? Dieu est-Il présent dans cet homme, dans cette femme ? Est-ce Dieu qui parle au travers de lui ? Est-ce Dieu qui agit en lui ? Pouvez-vous voir Dieu ?

Vous pouvez avoir Dieu en vous.

Le Baptême du Saint-Esprit représente la venue de Dieu à l'intérieur de la personnalité de l'homme, afin que, par Sa puissance, Dieu puisse le diriger. Dieu vit alors en lui et parle au travers de lui. Dieu est l'inspiration de son âme. Dieu demeure réellement en lui.

Vous pouvez donc avoir Dieu en vous. C'est la merveilleuse réalité du Baptême dans le Saint-Esprit. Il ne s'agit pas d'une œuvre de la grâce. Mais c'est Dieu qui vous possède littéralement. Votre cœur a pu être celui d'un pécheur, car le cœur de tout homme est celui d'un pécheur. Mais Christ vient habiter dans votre âme. Cet esprit des ténèbres qui vous possédait est parti et, à sa place, un nouvel Esprit a pénétré en vous, l'Esprit de Christ. Vous êtes devenu une nouvelle créature, un homme sauvé, un homme rempli de Dieu !

Une transformation.

Le péché se manifeste de trois manières différentes : dans nos pensées, dans nos actes et dans notre nature. Le salut nous fait bénéficier d'une complète transformation. Dieu prend possession de l'homme et change ses pensées. Ses actes changent donc aussi, car l'homme reçoit une nouvelle nature. Un Chrétien n'est pas un homme réformé. Un Chrétien est un homme renouvelé, refait à neuf par l'Esprit de Dieu. Un Chrétien est un homme habité par Dieu. Il est la maison de Dieu, le tabernacle du Très Haut !

L'homme, une fois qu'il est habité par Dieu, devient les mains, le cœur, les pieds et la pensée de Jésus-Christ. C'est Dieu qui descend dans l'homme et l'homme qui s'élève jusqu'à Dieu ! Voilà le but et la puissance du Baptême dans le Saint-Esprit ! Comment Jésus-Christ peut-Il toucher une âme et la sauver ? Par vos mains, par votre cœur, et par votre foi. Quand Dieu vous baptise dans le Saint-Esprit, Il vous donne le cadeau le plus grand que l'on puisse recevoir sur la terre et dans le ciel ! Il Se donne Lui-même à vous ! Il vous unit à Lui pour toujours par Son Esprit !

Les conditions.

Pour cela, les conditions sont les suivantes : un cœur consacré, des pensées consacrées, et une vie consacrée. Dès le jour où un homme devient un enfant de Dieu, et qu'il est baptisé dans le Saint-Esprit, l'intention du Seigneur, par Jésus-Christ, est que cet homme devienne une révélation de Jésus.

Si vous vouliez savoir si un homme est baptisé dans le Saint-Esprit, comment pourriez-vous le savoir ? Vous chercheriez à savoir si Dieu est en lui. Vous chercheriez à savoir s'il révèle en lui la personnalité de Dieu, si Dieu agit en lui, s'Il parle en lui, s'Il parle au travers de lui, si Dieu utilise Ses mains, ses pieds et ses pensées, s'il est en harmonie avec Dieu, si son âme est en contact avec le Ciel, si son esprit est uni avec Jésus-Christ !

Nous n'avons pas assez compris le plan magnifique de Dieu.

Je n'ai aucune intention de décourager qui que ce soit ! Je ne cherche nullement à vous faire douter de la réalité de votre propre Baptême dans le Saint-Esprit. Je crois, par l'Esprit, que Dieu a baptisé beaucoup d'entre vous dans le Saint-Esprit. Au cours des dernières six années, des centaines et des centaines de personnes ont été baptisées dans le Saint-Esprit dans cette église. Mais, bien-aimés, nous n'avons pas encore assez compris la grandeur des intentions de Dieu. Nous avons bien reçu le Saint-Esprit, mais nos vies n'ont pas été suffisamment consacrées à Dieu. Nous devons continuer à nous élever jusque devant le trône de Dieu, jusque dans le cœur de Dieu, jusqu'au centre de l'âme de Celui qui a été glorifié.

Le Saint-Esprit n'est pas un don de puissance, mais le don de Dieu Lui-même.

Dans mon cœur, je m'efforce de combattre un enseignement assez commun aujourd'hui, selon lequel le Baptême dans le Saint-Esprit ne serait qu'un don de puissance pour le Chrétien, afin de lui permettre de manifester certaines caractéristiques de cette puissance. Non ! Dieu vient Se présenter Lui-même à vous. Nous ne recevons cette puissance qu'après la venue du Saint-Esprit sur vous et en vous.

Jésus est monté au Ciel pour vous permettre de recevoir ce grand trésor qui vient du cœur même du Dieu éternel, afin que les flots de Sa vie et de Sa nature puissent vous posséder de la tête aux pieds, et que chaque partie de votre corps puisse contenir un maximum possible de la présence du Dieu éternel ! En d'autres termes, chacune des cellules de votre corps, jusqu'au dernier cheveu de votre tête, doit servir de résidence au Dieu vivant. C'est Dieu qui donne Sa vie à l'homme par Son Esprit. Au sens le plus vrai de ce terme, l'homme devient la demeure de Dieu, l'habitation de Dieu, le tabernacle du Très Haut.

Ecoutez ! "Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres" (Jean 14 : 10).

Dans quelle partie de Jésus-Christ le Père demeurait-Il ? Dans toutes les parties de Son Etre, dans Son Esprit et hors de Son Esprit, dans Son âme, dans Son cerveau, dans Son corps, dans Son sang, et dans Ses os ! Chacune des cellules du corps de Jésus était la demeure de Dieu, de Dieu, de Dieu !

Quand vous recherchez Dieu, vous ne vous contentez pas de regarder à l'apparence externe. Vous regardez à l'intérieur. Quand vous cherchez à savoir si Dieu demeure en quelqu'un, vous considérez son esprit, son âme et les profondeurs de son être intérieur. C'est là que vous discernerez la présence de Dieu.

Toutes ces controverses sur le Baptême dans le Saint-Esprit sont tellement vaines ! Les Chrétiens se disputent pour des problèmes sans importance ! Par exemple, s'il faut ou pas parler en langues. Pensez-vous un seul instant que je veuille diminuer l'importance du parler en langues ? Non. Mais, bien-aimés, je vais vous dire ce à quoi mon âme aspire ! A Jérusalem, le jour de la Pentecôte, ils ne se sont pas contentés de parler en langues, mais ils ont parlé les langues de toutes les nations présentes.

Si cela fut possible pour Pierre, pour Paul ou pour les membres de la nation Juive, c'est donc possible pour quiconque aujourd'hui ! Il ne s'agit donc pas simplement du fait de parler en langues, comme nous le comprenons d'habitude, mais de parler en langues parce que Dieu demeure en vous, et qu'Il parle à qui Il veut dans la langue qu'Il veut ! Et si votre expérience actuelle du parler en langues n'est pas satisfaisante, que Dieu vous bénisse, mettez-vous à parler en langues comme Dieu voudrait que vous le fassiez ! Chers amis, j'en ressens le besoin, et je le ressens douloureusement au plus profond de mon cœur. J'ai vécu un certain nombre d'années en Afrique du Sud. On dit là-bas qu'il y a dans ce pays cent mille tribus différentes. Chacune de ces tribus parle un dialecte différent. Certaines tribus ne comptent que dix mille membres, d'autres en comprennent des centaines de milliers, ou même des millions.

Supposez que vous vouliez évangéliser rapidement l'Afrique. Il serait nécessaire que vous disposiez de cent mille missionnaires différents, et que vous leur fassiez apprendre couramment un dialecte particulier à chacun ! Mais non ! Je crois de toute la force de mon âme, devant le Seigneur, que lorsque l'Esprit du Dieu éternel sera répandu sur toute chair, de ce Corps vivant de Christ se lèveront cent mille hommes et femmes qui parleront chacun l'une de ces langues différentes, par la puissance de Dieu !

Cette langue divine, que vous ne connaissez pas, vous est donnée pour vous révéler Dieu, pour édifier votre âme dans la foi, et pour vous engager dans cette immense tâche pratique du salut du monde. C'est pour cette raison, chers amis, que je vous parle de cela ce soir. En ce qui concerne le Baptême dans le Saint-Esprit, nous sommes encore dans un état de petite enfance. Nous ne faisons que commencer à comprendre comment Dieu veut nous diriger et nous faire assimiler notre environnement, y compris les langues.

Les écoles sont divisées en classes de différents niveaux. Un jour, je parlais à un jeune instituteur. Il enseigne dans la campagne, dans une petite école publique. Je lui demandai combien d'élèves il avait dans son école. Il me répondit : "Quinze." - "Combien de niveaux avez-vous ?" - "J'ai huit niveaux différents !" Quinze élèves répartis en huit niveaux !

L'Eglise du Seigneur est la grande école de Dieu. Que penseriez-vous d'un élève de terminale qui dirait à un élève de sixième : "Tu ne connais rien ! Pourquoi ne comprends-tu rien du programme de terminale ?" Mais il ne comprendra ce programme que quand il sera en terminale ! Il y parviendra ! C'est pour cela qu'un élève de terminale ne parle pas de cette manière. Il sait que l'élève de sixième parviendra un jour à son niveau. Il finira par comprendre ce que lui-même comprend aujourd'hui. Dans l'Eglise, ceux qui n'ont pas atteint la maturité veulent souvent rejeter ceux qui sont imparfaits, et s'adapter à la mentalité de la majorité. Mais un vrai Chrétien cherche toujours à être rendu parfait en Dieu, que ce soit sur le plan du caractère ou sur celui des dons spirituels.

Mon expérience personnelle.

Chers amis, je voudrais vous parler un peu, ce soir, de mon expérience personnelle, en ce qui concerne le Baptême dans le Saint-Esprit. Je sais que cela clarifiera vos pensées.

Ma conversion.

Vers l'âge de seize ans, je me suis agenouillé un jour au pied d'un arbre, dans la repentance, et j'ai demandé à Dieu d'entrer dans mon âme. J'ai été sauvé de mes péchés et, à partir de ce jour, j'ai connu Jésus-Christ comme un Sauveur vivant. Je n'ai jamais remis en question un seul instant la réalité de Sa venue dans ma vie, en tant que Sauveur, car Il m'a sauvé de mes péchés. Un ami m'a dit : "A présent, tu es baptisé dans le Saint-Esprit."

Sanctifié.

Un peu plus tard, je pense que je ne devais pas encore avoir vingt ans, j'ai rencontré un fermier Chrétien, Melvin Pratt. Il s'assit sur les poignées de sa charrue, et m'enseigna sur le thème de la sanctification. Dieu me permit de faire cette expérience. Mes amis me dirent alors : "A présent, tu as certainement été baptisé dans le Saint-Esprit."

Plus tard, j'ai bénéficié du ministère de George B. Watson, de l'Alliance Chrétienne et Missionnaire. Il me donna un enseignement plus clair et plus précis, me permettant de mieux faire la différence entre le Baptême dans le Saint-Esprit et la sanctification. Je suis entré dans une vie spirituelle plus riche. J'ai reçu une très belle onction du Saint-Esprit dans toute ma vie.

Le ministère de guérison.

Puis le ministère de guérison s'ouvrit à moi, et je l'ai exercé pendant dix ans dans la puissance de Dieu. Des centaines et des centaines de gens ont été guéris par la puissance de Dieu au cours de ces dix ans, et je pouvais sentir le flot conscient du Saint-Esprit traverser mon âme et mes mains.

Mais, à la fin de cette période, je crois que j'étais encore l'homme le plus affamé de Dieu qui ait jamais existé. J'avais une telle faim de Dieu que je quittais mon bureau à Chicago pour aller marcher dans les rues, et mon âme explosait littéralement, au point que je m'écriais : "Oh, Dieu !" Les gens s'arrêtaient et me regardaient avec stupéfaction. J'exprimais la passion de mon âme, demandant à Dieu qu'Il me donne une plus grande mesure de ce que j'avais alors. Mais mes amis continuaient à me dire : "Monsieur Lake, vous avez reçu un beau baptême dans le Saint-Esprit !" Oui, c'était déjà bien, mais cela ne satisfaisait pas le cri de mon cœur. Je grandissais dans une compréhension plus profonde de Dieu et des besoins de mon âme. Mon âme avait besoin d'entrer plus profondément en Dieu, dans Son amour, Sa présence et Sa puissance.

Mon Baptême dans le Saint-Esprit.

Un jour, un vieil homme entra dans mon bureau, s'assit, et me donna, au cours de la demi-heure qui suivit, plus de connaissance de Dieu que tout ce que j'avais reçu auparavant. Quand il partit, je me dis : "Que Dieu bénisse cette vieille tête grisonnante ! Par la grâce de Dieu, si le baptême dans le Saint-Esprit avec parler en langues donne de tels résultats, je veux l'avoir !" Oh, quelle chose merveilleuse le Seigneur venait de révéler à mon cœur !

Je me mis alors à jeûner, à prier, et à m'attendre à Dieu, et cela dura neuf mois. Puis, un jour, je reçus une nouvelle manifestation et une nouvelle irruption de la gloire de Dieu dans ma vie. Lorsque ce phénomène s'arrêta, la gloire qui l'accompagnait demeura dans mon âme, et je découvris que je commençais à manifester les divers dons du Saint-Esprit. Je me mis à parler en langues par la puissance de Dieu, et Dieu Se manifesta au travers de moi avec une puissance nouvelle. Les guérisons devinrent plus puissantes. Dieu vivait en moi, Se manifestait en moi, et parlait au travers de moi. Mon esprit était uni à celui de Dieu, et je reçus une compréhension nouvelle de la volonté de Dieu, un nouveau discernement de l'esprit, et une nouvelle révélation de Dieu en moi.

Pendant neuf mois, chaque fois que je regardais quelque chose, je m'exprimais en poésie et en vers. Je ne pouvais pas regarder des arbres sans exprimer spontanément un glorieux poème de louange. Soir après soir, jour après jour, je prêchais à des auditoires de milliers de personnes. Les gens venaient du monde entier pour m'étudier. Ils ne pouvaient pas comprendre ce qui se passait. Tout ce que je disais était un flot de poésie. Mon âme s'exprimait de cette manière. Mon esprit était devenu une fontaine de vérité poétique !

Puis un autre prodige se manifesta. Je devins tellement sensible qu'il me suffisait d'imposer les mains à quelqu'un pour savoir quel organe était malade, et dans quelle mesure il était atteint. J'ai fait contrôler ces révélations. Je suis allé dans des hôpitaux, j'ai rencontré des médecins qui étaient incapables de diagnostiquer certains cas. Je posai mes mains sur le patient, et je savais instantanément quel organe était atteint et dans quel état il se trouvait exactement. Puis, un jour, cette faculté me fut retirée. Quand un enfant joue avec un jouet et que ce jouet attire toute son attention, il en oublie quelquefois de manger !

Dites-moi, quand vous avez reçu pour la première fois le Baptême dans le Saint-Esprit et que vous avez commencé à parler en langues, vous rappelez-vous comment vous bouillonniez et vous ne vous arrêtiez pas de parler ? C'était si merveilleux, si étonnant ! Nous voulions simplement être comme des bébés qui babillent en riant ! A présent, nous nous demandons ce qui se passe. Cette effervescence semble s'être évanouie ! Mais je crois que c'est une bonne chose qu'elle se soit évanouie ! Dieu permet que votre âme touche le fond ! Là où vous arrêtez de vous préoccuper des simples manifestations de Dieu. Car ce que Dieu veut, c'est que vous ne vous préoccupiez que de Lui ! Dieu commence par venir en vous, puis Il S'efforce de vous attirer à Lui.

Parlerez-vous en langues quand vous êtes baptisé dans le Saint-Esprit ? Oui, vous parlerez en langues, mais vous ferez bien plus que cela, que Dieu soit béni ! Vous parlerez en union avec l'âme de Jésus-Christ. Vous sentirez comme sent le cœur du Fils de Dieu ! Votre cœur battra avec le désir céleste de bénir le monde, parce que c'est le pouls de Jésus qui battra dans votre âme ! Et je ne crois pas qu'il y aura la moindre inclination de votre cœur de dire à un autre enfant de Dieu : "Vous n'êtes pas dans la même catégorie que moi ! Moi, je suis baptisé dans le Saint-Esprit !" C'est quelque chose qui n'a absolument rien à voir avec l'Esprit du Fils de Dieu, de même que le jour n'a rien à voir avec la nuit ! Bien-aimés, si vous êtes baptisés dans le Saint-Esprit, il y aura dans votre âme une tendresse si profonde que vous ne briserez jamais les aspirations de quiconque, que ce soit par une simple suggestion. Mais votre âme sera motivée par une pulsation d'amour, et votre cœur sera plutôt poussé à élever les autres vers Dieu, et à les pousser dans la gloire, aussi loin que votre foi pourra les pousser !

Je veux vous dire avec la franchise la plus claire que mon ministère a été façonné grâce au parler en langues ! C'est une communication très particulière avec Dieu, par laquelle Dieu révèle à mon âme les vérités que je vous transmets jour après jour par mon ministère. Pour moi, c'est surtout pendant la nuit que j'ai ces moments de communication avec Dieu. Très souvent, je sors de mon lit, je prends mon crayon et mon carnet de notes, et j'y inscris les belles révélations de Dieu, les choses magnifiques de Dieu, qu'Il communique à mon esprit et révèle à mon cœur.

Beaucoup de Chrétiens ne comprennent pas la signification des langues, pas plus que des hommes perdus ne peuvent comprendre ce qu'expérimente votre âme quand vous recevez le salut. C'est quelque chose qui s'est installé en vous. C'est dans votre cœur, c'est dans vos pensées, c'est dans tout votre être. Ceux qui essayent de vous faire douter de la réalité du contact que vous avez avec Dieu, quand Il vous a sauvé de vos péchés, sont des insensés. C'est quelque chose qui est enraciné en vous ! Les anciens Méthodistes ne pouvaient pas expliquer cette expérience, mais ils disaient : "C'est plus facile à ressentir qu'à expliquer !" Ils le savaient par une connaissance intérieure. Il en est de même pour le véritable Baptême dans le Saint-Esprit. Il en est de même pour la prophétie. Il en est de même pour la guérison. Et il en est de même pour les langues. Ne rejetez donc pas ce que vous avez ! Mais avancez dans la perfection.

La langue de l'esprit.

L'esprit de l'homme a une voix ! Comprenez-vous cela ? L'esprit de l'homme a une voix ! C'est l'action de Dieu dans votre esprit qui pousse votre esprit à parler et à utiliser sa voix ! Mais pour que votre intelligence puisse comprendre ce langage, il faut le traduire dans une langue que votre cerveau puisse reconnaître. Pourquoi ? Parce qu'il existe une langue commune à l'esprit de l'homme. Cette langue n'est pas l'anglais, ni l'allemand, ni le français, ni l'italien, ni aucune autre langue de la terre. C'est la langue de l'esprit de l'homme. Quelle joie, quand votre esprit se libère, bouillonne, découvre sa voix et "parle en langues" !

Bien souvent, j'ai parlé aux hommes dans l'Esprit, par l'Esprit, au moyen des langues. Je savais tout ce qui m'était dit, mais je ne l'avais pas reçu dans mon oreille humaine. Ce n'était pas le son de mots familiers. Mais quelque chose d'indéfinissable me le rendait intelligible. L'esprit parle à l'esprit, tout comme la bouche parle à la bouche, ou l'homme parle à l'homme. Votre esprit parle à Dieu. Dieu est Esprit. Il répond. Que Dieu soit béni ! Et je crois de tout mon cœur que c'est à cela que Paul pensait quand il parlait des "langues qui ne sont pas intelligibles." Ces langues inconnues sont le moyen utilisé par Dieu pour vous communiquer des révélations intérieures. C'est la langue commune de l'esprit de l'homme, par laquelle Dieu communique avec notre esprit.

Des révélations intérieures rendues intelligibles par l'interprétation.

Mais si voulez que cette révélation intérieure soit rendue intelligible aux autres, elle doit être traduite dans une langue qu'ils connaissent. C'est pour cela que l'apôtre Paul a écrit : "C'est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d'interpréter" (1 Cor. 14 : 13). C'est pour que l'Eglise en soit édifiée. Paul a aussi écrit : "Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous ; mais, dans l'Eglise, j'aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d'instruire aussi les autres, que dix mille paroles en langue" (1 Cor. 14 : 18-19).

La révélation que vous avez reçue de Dieu vous est donnée dans une langue inconnue, mais vous la donnez à l'Eglise dans une langue que tous peuvent comprendre.

Bien-aimés, que cela soit clair ! Il s'agit de l'un des moyens et méthodes de communication entre votre esprit et Dieu. Aussi longtemps que vous vivrez, quand vous parlerez des langues, parlez-en avec respect, car cela vient de Dieu ! Quand vous parlerez de la prophétie, rappelez-vous aussi que cela vient de Dieu !

Une illustration.

Une dame Allemande vint un jour dans nos chambres de guérison, et un frère a prié pour elle. Elle avait été institutrice, mais avait dû abandonner sa profession à cause de sa mauvaise vue. Elle est revenue nous voir quelques semaines plus tard. Elle était restée seule pendant trois semaines. Elle n'avait jamais été dans une réunion où l'on parlait en langues, elle n'avait aucune connaissance biblique en la matière. Elle revint me voir avec un véritable volume de tout ce que Dieu lui avait révélé, et qu'elle avait mis par écrit. Quand on avait prié pour sa guérison, l'Esprit de Dieu était venu sur elle et elle avait été baptisée dans le Saint-Esprit. A présent, Dieu avait commencé à Se révéler à elle, à lui enseigner Sa Parole et Sa volonté, jusqu'à ce qu'elle finisse par écrire un volume de toutes ses conversations avec Dieu. Elle communiait avec Dieu en langues, son esprit parlait à Dieu, mais quand elle est revenue me voir, elle m'a communiqué ces révélations en anglais.

La personne qui est assise à côté de vous ne peut pas comprendre cela, si elle n'a jamais parlé ainsi à Dieu. Elle ne sait pas ce que c'est que de se lever au milieu de la nuit pour écrire ce que Dieu lui révèle. Eh bien, elle a besoin de quelque chose d'autre pour la convaincre que Dieu existe ! "Par conséquent, les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants" (1 Cor. 14 : 22). Mais la prophétie, qui consiste à parler sous l'inspiration de Dieu dans une langue intelligible, est pour tous ! Par conséquent, Paul ne veut pas que vous empêchiez quelqu'un de parler en langues, mais il veut que vous le laissiez faire et que vous ne vous en mêliez pas. Laissez-le seul avec Dieu ! Laissez-le voyager dans Son amour et Sa puissance, et laissez-le revenir avec un message divin dans son âme. Mais il ne doit pas monopoliser le temps des centaines de personnes qui sont dans l'église, par les messages privés que Dieu donne à son âme. Quand il a terminé son interview avec Dieu, il doit donner cette connaissance par une interprétation ou une prophétie.

Les dons du Saint-Esprit sont réapparus les uns après les autres, et il y a eu beaucoup de controverses à leur sujet. Il y a vingt-cinq ou trente ans, quand nous avons commencé notre ministère de guérison, nous avons dû nous battre pour ne pas être submergés par nos frères en Jésus-Christ qui s'opposaient à nous. Ils pensaient que nous étions devenus fous, parce que nous affirmions que Jésus-Christ pouvait toujours guérir aujourd'hui. Dans l'Etat du Michigan, il a fallu que j'aille en justice pour empêcher certains de mes amis d'être jetés dans des asiles psychiatriques, parce qu'ils croyaient que Dieu pouvait guérir sans que nous ayons à prendre des pilules ou d'autres choses semblables. Dans leur désir de populariser la guérison, certains on fait des compromis en ce qui concerne les médicaments. Mais les vrais Chrétiens font toujours confiance à Dieu seul !

C'est parce qu'ils ne comprenaient pas la nature éternelle et invisible de Dieu. Ils ne pensaient absolument pas que Dieu pût être communiqué au travers des mains ou de l'âme d'un homme, qu'Il pouvait remplir le corps d'un homme malade, prendre possession de lui, et le guérir complètement. Le monde avait besoin d'apprendre cela. Il s'agit d'une science spirituelle, bien plus avancée que ce qu'on appelle la science matérielle ou physique.

Puis il y eut une merveilleuse vague de Dieu qui submergea notre pays entre 1900 et 1906. Des centaines de milliers de gens ont été baptisés dans le Saint-Esprit et ont parlé en langues. Le vieux John Alexander Dowie, qui se laissait porter par la vague de cette merveilleuse manifestation de la puissance de guérison, voulut bâtir une église sur cette seule vérité de la guérison divine. Il y parvint pratiquement, mais cette église finit par disparaître. D'autres églises ont été fondées sur le seul principe de la sanctification, et ont aussi disparu. D'autres ont été fondées sur une onction du Saint-Esprit qu'ils ont appelée "Baptême dans le Saint-Esprit," et elles ont aussi disparu, malgré leur puissance. Plus tard, nous avons voulu bâtir une grande structure fondée sur les langues. Après quelque temps, ces langues sont devenues sèches et sans vie. D'une manière ou d'une autre, la gloire et l'éclat se sont retirés. Les langues sont devenues un caquetage qui ne sonnait plus juste.

Quel était le problème ? Cette expérience n'a rien de mauvais en soi. Dieu n'a pas quitté notre vie, mais Il S'est dissimulé à notre vue. Nous avons été absorbés par tous ces phénomènes divins, au lieu d'être absorbés par Dieu Lui-même. A présent, nous devons aller de l'avant.

Bien-aimés, étant conscient de ce qu'il y a dans le cœur des hommes, et connaissant le désir de Dieu, je peux discerner dans mon esprit que nous allons recevoir à l'avenir une nouvelle manifestation de la puissance du Saint-Esprit, et que cette manifestation se fera dans la douceur, dans l'amour, dans la tendresse et dans la puissance du Saint-Esprit. Cela dépassera tout ce que vous et moi aurons jamais vu. La puissance de Dieu se manifestera dans l'âme des hommes comme un éclair. Les fils de Dieu affronteront les fils des ténèbres et les vaincront. Jésus-Christ détruira l'Antichrist !

Un déluge de l'Esprit.

Un soir de 1908, pendant que je prêchais à Pretoria, en Afrique du Sud, Dieu est descendu sur moi avec une telle puissance que de véritables flots de gloire liquide et de puissance s'écoulaient consciemment de mes mains, comme des courants électriques. Il me suffisait de désigner quelqu'un du doigt pour que cette puissance le frappe. A un moment donné, quelqu'un interrompit la réunion. Je le pointai du doigt en lui disant : "Asseyez-vous !" Il tomba comme frappé de la foudre, et resta dans cette position pendant trois heures. Quand il eut repris ses esprits, on lui demanda ce qui s'était passé, et il répondit : "Quelque chose m'a frappé et m'a traversé. J'ai cru qu'on avait tiré sur moi !"

A deux heures du matin, j'ai prié pour soixante-cinq malades qui étaient présents, et les flots divins qui se déversaient par mes mains étaient si puissants que les gens tombaient comme s'ils avaient été frappés. Je fus troublé, parce qu'ils tombaient avec une telle violence. Alors le Saint-Esprit me dit : "Tu n'as pas besoin de poser tes mains sur eux. Garde tes mains à une certaine distance." Je tenais mes mains à une trentaine de centimètres de leur tête, et ils s'écroulaient alors en tas sur le sol. Et ils furent tous guéris, à quelques exceptions près.

Tout cela n'était que des manifestations extérieures. C'est ce que les gens voyaient. Mais, bien-aimés, il y avait dans mon cœur quelque chose qui rendait mon âme semblable à celle de Jésus-Christ. Je ressentais une telle tendresse, une nouvelle tendresse divine, qui était tellement merveilleuse que mon cœur se répandit en larmes devant tous ces hommes dans le péché. J'aurais pu les serrer tous dans mes bras et les aimer. Jésus-Christ se manifestait au travers de moi et les délivrait. Des ivrognes furent sauvés et guéris, simplement en se tenant devant moi, pétrifiés, et en me regardant.

Certains venaient vers moi en marchant dans l'une des allées. A quelques mètres de moi, ils tombaient prostrés, les uns sur les autres. Un pasteur qui avait péché me regarda et tomba prostré à terre. Il fut sauvé et baptisé dans le Saint-Esprit sous mes yeux, pendant que je prêchais et que je priais.

J'ai continué ce ministère de guérison, et j'ai vu des centaines de milliers de malades guéris. A la fin, j'étais épuisé. Jour après jour, je guérissais des malades, comme si j'étais une machine ! Pendant toute cette période, je continuais à demander à Dieu, dans mon cœur : "Oh, Dieu, permets-moi de Te connaître mieux. C'est Toi que je veux, mon Dieu, c'est Toi que mon cœur désire !" Mon âme n'était pas pleinement satisfaite par le seul fait de voir des gens sauvés, guéris et baptisés dans le Saint-Esprit. J'aspirais ardemment à avoir une plus grande conscience de Dieu, et mon être intérieur recherchait plus que tout la vie et l'amour de Christ. Après quelque temps, mon âme atteignit le point où je finis par dire : "Si mon âme ne peut pas être remplie de Dieu, au point d'être entièrement satisfaite, tout le reste est vide !" Je n'étais plus intéressé par ce que je faisais, mais je continuais à imposer les mains aux malades, et ils continuaient à être guéris par la puissance de Dieu.

Je n'oublierai jamais qu'à Spokane, au cours de mes six premiers mois dans cette ville, Dieu finit par satisfaire le cri de mon cœur. Dieu me visita, mon intelligence s'ouvrit, et mon esprit reçut une nouvelle compréhension. Je fus capable de parler de Dieu, et de parler du plus profond de mon cœur, comme jamais je n'avais pu le faire auparavant. Dieu me fit atteindre une nouvelle profondeur dans mon esprit, et me révéla de nouvelles possibilités divines. C'est pourquoi, bien-aimés, priez jusqu'au bout ! Priez jusqu'au bout pour cette église, priez jusqu'au bout pour cette œuvre ! Oh, Dieu viendra ! Dieu viendra, et vous entendrez plus de langues que vous n'en avez jamais entendues ! Dieu manifestera une puissance plus grande que celle que vous avez vue jusqu'ici ! Dieu viendra avec des vagues d'amour et de douceur célestes, et votre cœur sera satisfait en Lui, que Son nom soit béni !

Un Chrétien parlera-t-il en langues quand il sera baptisé dans le Saint-Esprit ? Oui, certainement ! Il guérira aussi les malades quand il sera baptisé dans le Saint-Esprit ! Et il glorifiera Dieu dans son esprit, par des louanges plus magnifiques et plus célestes que toutes celles que vous avez pu entendre ! Il aura un maintien majestueux ! Il ressemblera au Seigneur Jésus-Christ, et vous aussi vous serez comme Lui ! Que Dieu soit béni !

La plus grande manifestation de Dieu, dans la vie de ceux qui ont été baptisés dans le Saint-Esprit, n'a pas été la prédication des apôtres, ni toutes les merveilleuses manifestations de Dieu accomplies par leurs mains. Mais elle a été l'amour désintéressé qui se manifestait dans l'Eglise. Réfléchissez à cela ! Trois mille Chrétiens, baptisés dans le Saint-Esprit le jour de la Pentecôte, qui aimaient les enfants de leurs voisins autant que leurs propres enfants, qui étaient prêts à vendre leurs propriétés et à en déposer la valeur aux pieds des apôtres, pour que leurs frères aient assez à manger ! Ils disaient : "Distribuez tout cela, donnez au monde entier la gloire, le feu et la magnificence de ce salut divin !" Cela démontrait ce que Dieu avait fait dans leurs cœurs. Oh, combien je désire que nous parvenions au même point qu'eux, quand l'Eglise sera baptisée dans le même amour désintéressé !

Cela serait une manifestation divine plus grande que la guérison, plus grande que la conversion même, plus grande que le Baptême dans le Saint-Esprit, plus grande que les langues ! Ce serait une manifestation de l'amour de 1 Corinthiens 13, dont tant de personnes parlent sans le posséder ! Quand un homme vend tout ce qu'il possède par amour pour Dieu, et qu'il le distribue pour le bien du Royaume, cela parle d'amour, bien plus fort que tous ces évangélistes qui font de beaux discours sur l'amour, tout en s'opposant aux langues et aux autres dons de l'Esprit !

C'est ce même Saint-Esprit qui est venu sur les premiers disciples, et qui les a fait parler en langues. Ils ne retenaient plus rien pour eux-mêmes. Ils ne cherchaient plus à obtenir un plus grand salaire, ils ne manœuvraient plus pour se mettre, eux et leurs amis, dans une position sociale plus influente. Toutes les caractéristiques de leur ancienne vie avaient disparu. Ils étaient véritablement aimés, et ils aimaient véritablement. Parce que leur cœur était devenu comme celui de Jésus, leur âme était comme l'âme de Dieu, ils aimaient comme Dieu aime, ils aimaient le monde et ils aimaient les pécheurs, au point qu'ils étaient prêts à donner tout ce qu'ils avaient pour les sauver.

Voulez-vous le Seigneur ? Vous pouvez L'obtenir ! Il viendra et Il remplira votre âme ! Puis le Saint-Esprit prendra possession de votre vie. Il vous révélera les merveilles du Ciel et la gloire de Dieu, ainsi que la richesse et la pureté de Sa sainteté, Il vous donnera la douceur de Dieu et vous transformera pour toujours à Son image !

Oh Dieu, Tu n'es pas loin ! Nos âmes sont plongées dans sein du Dieu éternel ! Nous Te sentons tout autour de nous. Nous ressentons Tes bras précieux et aimants, le battement de Ton cœur et les pulsations de Ton âme divine. Mon Dieu, nous Te demandons que la Vérité de l'Eternel soit insufflée en nous pour toujours, jusqu'à ce que toute notre nature soit submergée en Dieu, soit remplie de Dieu, et qu'elle révèle pleinement Dieu !

Suite sur le prochain article